Le fabricant de machines spéciales a concrétisé une belle mutation avec ses distributeurs automatiques de pizzas et autres produits alimentaires qui génèrent désormais 80% de son chiffre d’affaires. Plus à l’aise dans les 1200 m² où elle s’est installée en décembre, à Seichamps, dans l’agglomération de Nancy, Api Tech entame un virage à l’export.


Les distributeurs automatiques de pizzas fraîches d’Api Tech partent à la conquête du globe. Afin de se donner les moyens de ses ambitions, cette PME de 40 salariés a déménagé en décembre dernier du nord à l’est de l’agglomération de Nancy, à Seichamps plus précisément, où elle exploite désormais 1.200 m² d’ateliers. « La production n’a été stoppée que pendant trois jours », insiste le fondateur et directeur général d’Api Tech, Frédéric Deprun qui recevait la presse hier 11 février.
Cette année, l’entreprise envisage de construire 200 de ses machines supplémentaires, soit un doublement du parc déployé ces dernières années. Si l’essentiel se trouve actuellement dans l’hexagone, le virage à l’export entamé l’an passé l’a conduit à implanter une quinzaine de ses points de cuisson en Allemagne, au Royaume-Uni, aux Etats-Unis, en Norvège, etc.
L’accroissement du chiffre d’affaires de 5,3 millions d’€ en 2019 pourrait à terme être porté par l’international, estime le dirigeant. Api Tech compte en effet deux commerciaux au Royaume-Uni et recrute actuellement un technicien pour l’export. L’entreprise conserve toutefois 20% de son activité dans son secteur « historique » qui est l’automatisme industriel, avec la fabrication sur-mesure de machines spéciales.

 
bpalc


Si le concept de distributeur de pizzas artisanales n’est pas nouveau – il est proposé notamment par Adial à Lisieux (Calvados) – , le développement du numérique et les nouveaux modes de consommation lui ouvre de nouveaux horizons. Sur ce segment de la distribution alimentaire, l’entreprise fonde sa croissance sur trois modèles de machines conçus dans son bureau d’études de 10 ingénieurs. Il s’agit de deux distributeurs automatiques de pizzas, l’un doté de 64 casiers, l’autre de 96, et d’un distributeur automatique de baguettes de pain.


La base aérienne de Saint-Dizier goûte le concept

carlaresto
Frédéric Deprun, dirigeant d’Api Tech entouré du restaurateur haut-marnais Olivier Lepicier (à gauche) et de Loïc Michaux, directeur-commercial. © Philippe Bohlinger

Le concept permet par exemple à des patrons de pizzerias de générer du chiffre d’affaires supplémentaire par un autre biais. En Haute-Marne, le restaurateur Olivier Lepicier, venu témoigner, s’est doté d’un laboratoire de 200 m² entièrement destiné à alimenter dix distributeurs dans un rayon de 30 km autour de Saint-Dizier. « Je me suis donné un an pour tester le concept. Aujourd’hui, je reçois des demandes de mairies qui souhaitent proposer à leurs administrés ce service de proximité », se félicite Olivier Lepicier, gérant de Pizzao (4 salariés). Les militaires de la base aérienne 113 de Saint-Dizier apprécient aussi l’offre, raconte t-il  !
Dans le détail, le pizzaïolo prépare ses pizzas, les cuit partiellement ou cuit seulement le fond de pâte, conditionne ses préparations dans des cartons sur lesquelles il colle un QR code destiné à la traçabilité. Les pizzas sont acheminées par transport frigorifique dans les distributeurs où elles peuvent être conservées 72h maximum à une température d’environ 4°C. La commande d’un client entraîne le réchauffage ou la cuisson des pizzas en 3 minutes environ. La totalité des paramètres sont pilotables à distance par l’exploitant grâce à une application web et/ou mobile.

 
solutionsec


Api Tech fabrique ses machines de A à Z, depuis la conception jusqu’au graphisme en passant par l’assemblage des composants. « Nos techniciens assurent l’installation, la formation des clients, ainsi que les éventuelles interventions de maintenance », complète le dirigeant. Les carcasses d’acier inoxydable sont montées par les quatre salariés de la filiale Api Smart Manufacture à Cracovie (Pologne). Les sous-ensembles (four, systèmes automatiques, terminal de paiement, etc.) sont assemblés dans les ateliers de Seichamps puis placés dans les modules.
La société entrevoit une infinité de déclinaisons possibles. Elle pourrait lancer en fin d’année un distributeur de pâtes fraiches. D’ici là, la PME va présenter au salon des professionnels de la restauration italienne Parizza, du 29 au 31 mars, une gamme de distributeurs modulables pouvant associer jusqu’à quatre services : des distributeurs compacts de pizzas (27 unités) et baguettes (100), un distributeur de boissons et des casiers réfrigérés destinés aux denrées alimentaires.

fabapi
Dans les ateliers de Seichamps sont assemblés les sous-ensembles (four, systèmes automatiques, terminal de paiement, etc.) ; les carcasses d’acier inoxydable sont montées par la filiale Api Smart Manufacture en Pologne. © Philippe Bohlinger

 

hautemarnesia

 


apitechdirigeantQui est Frédéric Deprun ?

Le directeur général d’Api Tech a fondé son entreprise d’automatisme industriel en 2004, à l’âge de 29 ans. L’entrepreneur et son associé, Éric Valette, actuel directeur technique, cherchait à commercialiser ses propres produits. 
Il y a quatre ans, le tandem en quête d’un partenaire pour déployer ses distributeurs automatiques de pizzas, a rencontré Benoit Michaux, le patron du groupe Mentor à Nancy. Ce spécialiste de l’immobilier et du rachat de crédits (970 collaborateurs, 152 millions d’€ de chiffre d’affaires) cherchait à diversifier ses activités.
« Nous avions l’expertise en ingénierie et en automatisme, mais aucune expérience dans le marketing et la vente directe. Mentor nous a fait bénéficier de son savoir-faire », se félicite Frédéric Deprun. Mentor est entré à hauteur de 75% au capital d’Api Tech.
Photo © Philippe Bohlinger

Commentez !

Combien font "4 plus 3" ?