La start-up parie sur la discrétion voulu par l'usager pour élargir le marché de la réalité virtuelle : ses cabines permettent de se lancer dans des univers 3D sans la crainte du ridicule. Jaluxi a déjà séduit une chaîne européenne de produits électroniques pour un nouveau magasin à Zurich, en Suisse. Des démonstrations ont lieu à Numerica, à Montbéliard pour tester le marché des entreprises.

Ingénieur de l’UTBM (Université de Technologie de Belfort-Montbéliard), Philippe Denoyer s'est d’abord intéressé à la réalité virtuelle par curiosité. Aujourd'hui, il en fait son activité professionnelle : Jaluxi, une SAS au capital de 25 000 €, est née le 1er octobre 2018 et s'est installée dans la pépinière du quartier des Résidences, lancée par le Grand Belfort et gérée par BGE. Il était auparavant directeur des services informatiques (DSI) dans une grande entreprise, en région parisienne. Avant de se lancer, Philippe Denoyer a testé des jeux vidéo ou éducatifs en réalité virtuelle dans des salons. « Je me suis aperçu que peu de gens les essayaient, alors que beaucoup de gens regardaient les autres essayer ».


BPBFC

 

En discutant avec les récalcitrants, il a compris que le frein résidait dans la crainte d'avoir l'air stupide, affublé d'un casque 3D, et qui plus est, en train de faire des mouvements incompréhensibles. Voire de se retrouver en photo ou en vidéo sur des réseaux dans cette posture peu avantageuse. C'est ainsi qu'est née l'idée de créer des cabines de réalité virtuelle : « J'ai compris qu'il faut soigner l'environnement », explique Philippe Denoyer. Il a fait appel à un designer du haut Doubs, Nicolas Wetzel, pour faire les premières ébauches de ses cabines sur ordinateur, les transférer en une présentation 3D par casque virtuel et les présenter sur son site Internet.

Trois cabines déjà vendues pour un nouveau concept de magasin à  Zurich

jaluxizurich
Les cabines installées dans le magasin MédiaMarkt à Zurich. © Jaluxi.

La solution a très vite séduit MédiaMarkt, une grande chaîne européenne (mais non implantée an France) de produits électroniques : elle a passé commandes de trois cabines pour l'ouverture d'un magasin à Zurich (Suisse), qui se veut un nouveau concept : un « centre d'expérience » pour concurrencer Internet. Une aubaine pour Jaluxi, puisque ses cabines de réalité virtuelle permettent de tester, en l'occurrence, des jeux éducatifs.
Pour la construction des cabines elles-mêmes ; Philippe Denoyer a fait appel à Franche-Comté Agencements, installé lui-aussi dans le haut Doubs. Chaque cabine peut être montée en quatre heures et démontée en deux heures.
Jaluxi vise pour l'instant les activités de loisirs, pour proposer une activité supplémentaire ; les offices de tourisme et les agences de voyage, avec des vidéos sur les destinations de vacances,  et le secteur de l'événementiel (par exemple une visite virtuelle d'un vignoble et de ses caves lors d'une foire aux vins).

 Kremernouvellepub


La déclinaison des cabines de réalité virtuelle est en fait très large. Philippe Denoyer envisage par la suite de s'adresser aux entreprises, par exemple pour mettre en valeur un produit dans un salon via une visite virtuelle de l'atelier dans lequel il est construit. « Il ne faut pas remplacer le produit, mais le compléter », argumente-t-il.
Pour réaliser les vidéos qu'il assemble ensuite, il fait appel à un réseau de vidéastes professionnels inscrits sur un site Internet dédié. Il couvre ainsi toute la France, voire au-delà. Il explore pour l'instant les marchés français, belge et suisse.
Philippe Denoyer a recruté un commercial et un assistant début janvier. Il prévoit un troisième recrutement en janvier 2020. L'objectif est de vendre 4 cabines par mois, sachant que pour des solutions de jeux, il faut la plupart du temps au moins deux cabines connectées entre elles qui abritent deux adversaires jouant au même jeu. Le prix d'une cabine est de l'ordre de 25.000 €.

denoyer
Philippe Denoyer devant sa cabine virtuelle. © Pierre-Yves Ratti.
En test à Numerica, à Montbéliard

Une cabine de Jaluxi est actuellement installée à Numerica, pôle régional numérique de Bourgogne – Franche-Comté à Montbéliard. Une des missions de cette société d'économie mixte dédiée au développement du numérique est de faire émerger des produits et des services numériques innovants. 

Dans ce cadre, Jaluxi propose aux professionnels de tester sa cabine de réalité virtuelle, en présence de son fabricant du haut-Doubs le jeudi 31 janvier à 10 h.
La cabine restera chez Numerica jusqu'au 14 février pour des démonstrations et des tests aux entreprises, sur réservation. Le 12 février, toujours à Numerica, est programmée une présentation d'entreprises du nord Franche-Comté qui oeuvrent  dans la réalité virtuelle.

 

2 commentaire(s) pour cet article
  1. Vincent Jeannerotdit :

    Un très bel outil à découvrir. En plus vous pouvez tester nos vidéos Time Prod à 360° à l'intérieur ;)

  2. Paul-Even du Foudit :

    Encore merci de nous ouvrir à toutes ces entreprises innovantes de belle région Franc-Comtoise

Commentez !

Combien font "1 plus 3" ?