Qui regrettera l’année 2020 ? Bien peu monde, assurément. Aussi, bienvenue à 2021 et haut les coeurs ! L’espoir d’une vaccination rapide et générale nous redonne la force d’affronter une grande inconnue : la crise économique. Pour l’heure, elle ne montre pas encore trop le bout de son nez.

 

Dans l’Est, quelques grands groupes ont toutefois flairé la bonne aubaine pour leurs actionnaires et en profitent pour dégraisser, comme on dit. A l’instar de SKF qui ferme son site de 140 personnes à Avallon dans l’Yonne, supprime 113 postes à Saint-Cyr-sur-Loire (Indre-et-Loire) et prévoyait un plan social de 123 autres postes à Lons-le-Saunier (Jura). Et pourtant, selon le syndicat FO de la métallurgie, l’activité s’établissait à 13,5 % de rentabilité au troisième trimestre, « soit le meilleur résultat depuis 10 ans. »

Ou encore de GE (General Electric), à Belfort, qui n’en finit pas de dépecer la branche énergie d’Alstom, une acquisition pour laquelle Clara Gaymard, feu sa présidente-directrice générale France, s’engageait en 2015 à créer main sur le cœur, « 1 000 emplois nets en France. » Bilan des courses, c’est presque l’inverse qui se produit aujourd’hui. Et comme le dit un proverbe oriental :  « Deux choses sont inséparables du mensonge, beaucoup de promesses et beaucoup d'excuses. »

De leur côté, les PME résistent du mieux qu’elles peuvent. Chez elles, être contraintes de se séparer de leurs collaborateurs, c’est bien souvent se couper un bras, voire deux, tant les compétences, notamment dans l’industrie qui évolue à pas de géant, sont de plus en plus difficiles à trouver. Et puis, on ne crée pas une culture d’entreprise, on ne fédère pas une communauté de salarié(e)s avec des robots mués par des automatismes bourrés d’intelligence artificielle et pilotés à distance...

Et maintenant, on fait comment ?

On vous propose une recette faite d’ingrédients glanés au fil de nos nombreuses rencontres : une plus forte dose d’empathie dans les contacts, une politique d’achats locaux, régionaux ou nationaux payés au juste prix chaque fois que possible, de la transparence dans la décision à tous les niveaux hiérarchiques, le partage de l’information…, à vous d’en juger.

En guise de conclusion à l’arrivée de cette nouvelle année, nous tenons à remercier tous les annonceurs qui sont restés fidèles, ou pas, car ceux qui nous ont quitté l’ont fait à regret, les membres du Club TEN (85 au total) et les abonnés qui nous permettent la poursuite d’une aventure médiatique aussi enrichissante qu’exaltante.

Aussi, promis, juré, craché pour sa onzième année d’existence, Traces Ecrites News restera fidèle à sa ligne éditoriale. La rédaction privilégiera toujours une information constructive, faite d’explications et de mise en perspective. Une parenthèse dans le flot de nouvelles anxiogènes qui, demeureront sans nul doute encore très prégnantes ces prochains mois.

Bonne année à toutes et à tous, et si ce n’est déjà fait, pensez à vous abonner… C'est par ici.

L’équipe de Traces Ecrites News
Christiane Perruchot et Didier Hugue
Co-éditeurs et journalistes associés

 

Commentez !

Combien font "9 plus 4" ?