CONGRÈS/DIJON. L'an dernier, Dijon Congrexpo a réalisé « une activité exceptionnelle » avec 72.210 journées congressistes, près du double de l’année précédente. Le meilleur score en vingt années d'existence de l'équipement.

Les 210 congrès et conventions d'entreprises accueillies ont généré un chiffre d'affaires de 2,9 millions d’€, soit désormais près du tiers de celui de l'association qui exploite les installations de congrès, foires et salons, par une délégation de service public (DSP) de la ville de Dijon.

Les retombées économiques locales sont estimées à 29 millions d’€, a précisé son président Jean Battault, dans une conférence de presse hier 17 janvier.

2017, année électorale, s'annonce plus modeste.

 

palaisdescongres
Le parc des expositions et congrès de Dijon abrite un amphithéâtre de 610 places, 20 salles modulables de 20 à 600 places et 5 halls d'exposition de 800 à 12 000 m².


Une année de tous les records qui tombe à point nommé : le 20ème anniversaire du palais des congrès de Dijon coïncide avec sa plus belle performance depuis sa création en 1996, dans le prolongement des halls d’expositions dédiés historiquement aux foires et salons.

L’association Dijon Congrexpo qui exploite l’équipement par une délégation de service public (DSP) pour la ville de Dijon, propriétaire, a réalisé en 2016 « une activité exceptionnelle » avec 72.210 journées congressistes, près du double de l’année précédente. Il y a exactement 10 ans, ce résultat avait été presque atteint avec près de 70.000 journées congressistes.

pub-gif-juin-v10

 

La progression de l’activité se mesure également en nombre de manifestations, 210 congrès et conventions d’entreprises (192 en 2015), et en taux d’occupation : 222 jours (195 en 2015).

Avec 2,9 millions d’€, le chiffre d’affaires généré représente désormais près du tiers du chiffre d’affaires de Dijon Congrexpo qui s’est élevé à 7,4 millions d'€ l'an dernier, avec toujours la foire internationale et gastronomique  comme meilleur apporteur d’affaires (3,5 millions).

Les retombées économiques locales sont estimées à 29 millions d’€ en 2016 (dépenses des congressistes auprès des prestataires locaux + dépenses pour l’organisation de  la manifestation) et sur 20 ans, à 342 millions.

 

La conjonction de grosses manifestations

ongresexpertscomptables
Le congrès national de l'ordre des experts-comptables en 2013 fait partie des plus gros congrès accueillis avec 5.000 personnes.

 

« Ce bon résultat est la conjonction de grosses manifestations et de la politique de promotion et de commercialisation déployée », indique Jean Battault, président.

 

Certes, les 13.000 congressistes de la Semaine fédérale internationale de cyclotourisme du 30 juillet au 6 août 2016 ont gonflé les chiffres.

 

Cependant, on observe que la durée des congrès s’allongent : 42 se sont déroulés sur plus de trois jours. Et que leur thématique de plus en plus spécialisée mobilise un public de dimension nationale, voire internationale.


L’activité congrès recueille les fruits d’une politique de promotion auprès des réseaux professionnels, mais aussi « d’un excellent indice de satisfaction de nos clients que nous recueillons après chaque manifestation par questionnaire », indique Christine Le Guernic.

Banniere-Fondation-TracesEcrites

 

En ce début d’année, trois petits films de promotion seront bientôt disponibles sur le site Internet de l’association et serviront aussi d’outils de vente ajoutés aux dossiers de candidature.

Dijon Congrexpo fait valoir les atouts de son emplacement à proximité immédiate du centre-ville, petit rappel pernicieux quand on se souvient qu’il fut question un temps de déplacer le parc des expositions au-delà des faubourgs, pour des commodités d’accès.

« L’augmentation des capacités de l’hôtellerie de qualité joue également en notre faveur ; nous pourrons maintenant organiser le congrès national des HLM auquel nous avions renoncé il y a quelques années, faute d’hébergement suffisant d'un certain standing », rappelle Jean Battault.

dijoncongrexpodirigeants
De droite à gauche : Jean Battault, président, Christine Le Guernic, directrice commerciale et Yves Bruneau, directeur général. © Traces Ecrites.

 

Le président y ajoute le voisinage des halls d’expositions dédiés ordinairement aux salons qu’utilisent de plus en plus souvent les organisateurs de congrès en complément de l’auditorium et des salles de réunions.

 

Ainsi que son tout récent équipement en fibre optique très haut débit et haute définition, qu’il serait seul à posséder en France avec Paris.

Reste que les congrès sont un marché très concurrentiel - dans l’Est, Dijon est souvent en concurrence avec Reims et Nancy -. Et structurellement déficitaire : « Sans aucune subvention, nous parvenons à un équilibre grâce à l’activité des foires et salons et la mutualisation des services support », précise Yves Bruneau, le directeur général.

Les congrès sont également une activité cyclique comme l’ont montré les résultats 2015, avec moins de 40.000 journées congressistes. La preuve, 2017 sera moins fructueuse, annonce le président, comme le sont généralement les années d’élection, surtout présidentielle.

Commentez !

Combien font "2 plus 2" ?