L'Alsacien Marx Reliures veut faire un carton près de la machine à café avec son mobilier de collecte de déchets

Publié par Mathieu Noyer, le 10 octobre 2017

RECYCLAGE/HAUT-RHIN. Pour se libérer d'une forte concurrence dans son métier historique de la reliure, en provenance d'opérateurs low cost, la PME se diversifie dans la fabrication de mobilier en carton.

En plus de recycler un matériau très abondant, Marx Reliures ajoute une fonction "tri des déchets" au mange-debout qui a vocation à se poser près des machines à café.

 

marxequipe
Le mobilier "Caf & Tri" distingué au concours Lépine, qu'entourent, de gauche à droite : Jean-Luc Remond, gérant, Florian Groshaeny, responsable commercial et Olivier Brungard, responsable technique et concepteur du produit. © Traces Ecrites.

 

Au Concours Lépine 2017, Marx Reliures a cartonné au sens propre et au sens figuré. La PME de 40 salariés établie à Hagenbach (Haut-Rhin) est repartie avec deux médailles d’or, dont le prix de l’Assemblée permanente des chambres de métiers. Enfin, pas tout à fait repartie avec : les breloques et le trophée ont disparu en cours de route. Avis aux honnêtes gens qui remettraient la main dessus…

 

Sa distinction, Marx Reliures la doit à un mobilier de tri de déchets qui a vocation à se poser près des machines à café et boissons. Caf & Tri, son nom, applique le principe du « mange-debout » en carton par pièces emboîtables, que la PME a conçue il y a quelques années.

 

Elle lui adjoint un dispositif de collecte de déchets : le mobilier se parsème d’orifices dans lesquels on peut déposer gobelets à café, petites bouteilles en plastique, cannettes, mais aussi des piles, des petites batteries, des cartouches d’imprimantes ou encore des ampoules électriques.

 

 Bannière Traces Ecrites Lancement Site LCR_ ac fond

 

Tous ces déchets sont collectés dans des tubes d’une contenance de 30 litres sous le support du mange-debout, et sont ainsi aisément récupérés. « On conjugue la convivialité et un geste pour l’environnement », relève Olivier Brungard, responsable technique de Marx Reliures à l’origine de l’innovation.

 

Le mange-debout s’inscrit dans un cadre plus large, car il est aussi le fruit de la rencontre avec Cernay Environnement, récupérateur et recycleur de déchets dans la commune haut-rhinoise du même nom, dont Marx est le client.

 

cafettri
Le mobilier en kit démontable et remontable.

Cette autre PME avait répondu en 2015 à un appel d’offres de l’Ademe et de plusieurs éco-organismes (pour les piles, les lampes, les déchets électriques et électroniques…).

 

Sous le nom « Praxy-box », le mobilier de Marx Reliures sera commercialisé désormais dans toute la France, par Cernay Environnement et ses confrères récupérateurs régionaux membres comme lui du réseau Praxy.

 

Pour Marx Reliures, ce projet n’est nullement anecdotique. Il correspond à une volonté de diversification dans le cartonnage, par rapport au métier historique de la confection de catalogues et de la reliure sur papier peint, dont la PME n’ignore pas la fragilité : elle lui a valu un dépôt de bilan en 2002.


Un virage technologique

 

marxcatalogues
Produits de l'activité reliure - catalogues qui reste très majoritaire. © Traces Ecrites.

 

« Le cartonnage représente 5 % de notre chiffre d’affaires, nous avons l’objectif de porter cette part à 10 % ou 15 % dans les trois ans », énonce Jean-Luc Rémond, gérant de Marx Reliures. Il mise pour cela sur les mange-debout et sur la PLV pour les salons et conférences.

 

Le métier historique de la reliure, dans sa version de base, est concurrencé par les compétiteurs low cost d’Afrique du Nord et de l’Europe de l’Est. Il fallait donc à la PME haut-rhinoise opérer un virage technologique, ce qu’elle a effectué.

 

635x106pxl

 

En modernisant ses équipements, Marx Reliure se transforme de plus en plus en entreprise de prototypage, de conception (assistée par ordinateur) et en innovatrice dans les matériaux, pour ajouter au papier peint des offres plus étonnantes comme les revêtements végétaux.

 

Ces positionnements séduisent en particulier l’industrie du luxe et les architectes d’intérieur. Ils s’avèrent payants. A l’issue de l’exercice clos le 31 mars dernier, le chiffre d’affaires a enregistré une belle progression de 22 %, pour se situer à 2,7 millions d’€.



Roger Martin BTP
Article classé dans : Entreprises

Mots-clés : Haut-Rhin, Grand Est, mobilier, recyclage, Cernay Environnement, Marx Reliures, PLV, cartonnage, innovations, tri des déchets, Caf & Tri, Jean-Luc Remond

Découvrez également les articles associés :

Avec sa technique d'encapsulation, Cookal apporte une touche d'innovation aux tables des fêtes de fin d'annéeAvec sa technique d'encapsulation, Cookal apporte une touche d'innovation aux tables des fêtes de fin d'année
Pourquoi le fabricant dijonnais de machines-outils Vernet-Behringer séduit une si large clientèle dans la région Grand EstPourquoi le fabricant dijonnais de machines-outils Vernet-Behringer séduit une si large clientèle dans la région Grand Est
Pluie de trophées dans les entreprises du Grand Est et de Bourgogne-Franche-ComtéPluie de trophées dans les entreprises du Grand Est et de Bourgogne-Franche-Comté
L'Alsacien Eismo ajoute la French Touch aux machines-outils des constructeurs, majoritairement étrangersL'Alsacien Eismo ajoute la French Touch aux machines-outils des constructeurs, majoritairement étrangers

Commentez !


Combien font "2 plus 2" ?

Envoyer votre commentaire