Les grands travaux de Lisi pour sa tréfilerie de Grandvillars

Publié par Didier Hugue, le 05 février 2014
Opérateur pilotant un banc de tréfilage chez Lisi Grandvillars.
Opérateur pilotant un banc de tréfilage chez Lisi Grandvillars.

AUTOMOBILE. Un programme de 7 millions d’€ d’équipements bénéficie jusqu’en 2016 à la tréfilerie de Grandvillars (Territoire-de-Belfort), afin de développer ses capacités de production de fil métallique.

Comme celle de Lure, dédiée à l’outillage, cette seconde unité-support de Lisi Automotive, la division automobile que dirige François Liotard, est un maillon indispensable de la stratégie d’intégration du groupe franc-comtois.

La tréfilerie qui va bientôt s'installer dans 6000 m2 d'ateliers neufs, fournit aux usines françaises et étrangères de l’équipementier, la matière première adaptée à chaque fabrication de pièces.

Découverte d’un process.

Cliquez sur les photos pour les agrandir.

A Grandvillars (Territoire de Belfort), juste à côté du futur siège social (2200 m2) que Lisi Automotive (427 millions d’€ de chiffre d’affaires, plus de 3200 salariés, dont 1000 en Franche-Comté) investira cet été, fonctionne l’une des très rares tréfileries de finition du monde automobile.

Et la plus importante d’Europe !

« Elle nous est indispensable dans notre stratégie d’intégration car elle permet de répondre à nos besoins spécifiques de matière première et assure une forte réactivité dans les approvisionnements de nos différentes usines », indique Jean-Pierre Godeau, le directeur général industriel et logistique de Lisi Automotive.

Vue aérienne de la tréfilerie de Grandvillars. (Crédit photo Lisi)
Vue aérienne de la tréfilerie de Grandvillars. (Crédit photo Lisi)

Investissements capacitaires

L’unité (72 salariés) vit à l’heure des grands travaux pour doper ses capacités productives de 47 000 tonnes de fil métallique tréfilé en 2013 à 54 000 tonnes cette année, voire 70 000 tonnes à terme.

La Communauté de Communes du Sud Territoire, propriétaire du site des Forges, l’un des plus vieux en activité dans le travail du fer (330 ans) s’occupe des bâtiments. Elle construit 6000 m2 d’ateliers neufs et en réhabilite 5000 pour 12 millions d’€.

De son côté, Lisi Automotive injecte plus de 7 millions d’€ jusqu’en 2016 dans l’outil industriel composé de 14 bancs de tréfilage - dont bientôt cinq nouvelles lignes avec l’arrivée en juin d’une capable traiter du gros fil de 30 mm -, et de trois fours de traitement thermique dotés de six embases.

« Nous améliorons aussi notre chaîne de traitement de surface », précise Marc Kissel, le directeur du site.

Tous ces développements vont servir à mieux livrer les sites comtois de Delle (Territoire de Belfort), Dasle (Doubs), Melisey (Haute-Saône), mais également deux autres usines françaises et trois à l’étranger : Allemagne, Espagne et Tchéquie.

Les différentes étapes du process

parc• Le parc des bobines, livré par camions, offre une capacité de stockage moyenne de 3000 tonnes.

Issues de billettes (plaques d’acier peu larges), les bobines d'acier ont été déjà tréfilées, mais assez grossièrement, dans différentes aciéries européennes, dont celles d’ArcelorMittal et du suisse Sarrstahl. Lisi Grandvillars impose dans son cahier des charges d’obtenir un fil d’acier allié qui présente de fortes caractéristiques mécaniques.

traitement Les bobines passent en premier lieu par un traitement de surface chimique qui va les décaper en les nettoyant principalement de la rouille.

Elles repasseront au même endroit pour un second traitement, mais en fin de cycle. Il s’agira alors de les recouvrir du lubrifiant nécessaire au bon fonctionnement des machines de frappe à froid qui produisent les pièces automobiles.

trefilage Le cœur de l’activité consiste ensuite à tréfiler le fil aux bonnes dimensions d’utilisation finale. Il est étiré à travers une filière (un cône), se calibre au bon diamètre (de 4 à 30 mm) et augmente de longueur.

Jean-Pierre Godeau a calculé que les 54 000 tonnes qui seront transformées cette année représentent 15 fois le tour de la terre. Réenroulé en bobines, le fil est maintenant prêt pour…

fourun traitement thermique destiné à lui donner les caractéristiques mécaniques voulues en modifiant la structure du métal. L’opération est spectaculaire et se déroule dans trois grands fours chauffés entre 500 et 600°.

Elle est aussi très délicate, car Lisi Automotive produit aussi bien des vis basiques que des vis de bielle ou de culasse très élaborées. Mais là, nous n’en saurons pas plus, confidentialité du process oblige.

kisselQui est Marc Kissel ?

Fils et petit-fils de sidérurgistes lorrains, le directeur de la tréfilerie de Grandvillars est ici dans son élément. Marc Kissel, en poste depuis 2002, a un beau pedigree dans le travail du métal.

Il commence par obtenir un BTS de traitement thermique et de traitement de surface, enchaîne par un diplôme d’ingénieur et finit par une thèse de doctorat.

Le tout obtenu en Lorraine où il débute sa carrière chez des sidérurgistes, puis la poursuit à L'Institut de recherche de la sidérurgie (IRSID), avant d’aller offrir ses services dans le Nord de la France et en Belgique.

Lisi Automotive recrute Marc Kissel en 1999 et lui confie déjà la direction de l’usine de Dasle (Doubs). « Je connais en conséquence mes clients », confesse cet homme de 53 ans, énergique, bon vivant et sportif accompli. Il court pas moins de 14 km trois à cinq fois par semaine et effectue, en plus, une à deux sorties à vélo. Avis aux amateurs pour l'accompagner !



Roger Martin BTP
Article classé dans : Entreprises

Mots-clés : Territoire de Belfort, Franche-Comté, automobile, Investissement, Lisi Automotive, Grandvillars, tréfilerie, Marc Kissel, Jean-Pierre Godeau, process, équipement

Découvrez également les articles associés :

La société bourguignonne Les Canalous augmente sa vitesse de croisièreLa société bourguignonne Les Canalous augmente sa vitesse de croisière
Le fabricant de lingerie Triumph investit 11 millions d'euros dans la logistique à ObernaiLe fabricant de lingerie Triumph investit 11 millions d'euros dans la logistique à Obernai
Leader des diagnostics rapides en France, Biosynex met le cap sur l’exportLeader des diagnostics rapides en France, Biosynex met le cap sur l’export
A l’approche de son 30ème anniversaire, Imasonic s’engage dans une transmission familiale en douceurA l’approche de son 30ème anniversaire, Imasonic s’engage dans une transmission familiale en douceur

1 réponse(s) à "Les grands travaux de Lisi pour sa tréfilerie de Grandvillars"

  1. Louis Gaillarddit :

    Moi, j'ai vraiment appris des nouvelles choses en lisant cet article. Je ne savais pas qu'il y avait une tréfilerie si grande à Grandvillars, comme l'a dit l'article. Je vous remercie donc de ces renseignements sur cette tréfilerie ainsi que le processus du fil métallique, et je vous souhaite une bonne continuation. http://www.sotherm-mannings.ca/services.html

Commentez !


Combien font "7 plus 8" ?

Envoyer votre commentaire