Le groupe hôtelier Jacquier monte en gamme

Publié par Didier Hugue, le 06 mai 2011

Tourisme. L’hôtellerie est un métier que le groupe dijonnais Jacquier (26,7 millions d’€ de chiffre d’affaires, un taux d’occupation en hausse de 2%) pratique maintenant depuis trop longtemps pour ne pas savoir qu’il faut anticiper les désirs de la clientèle, tant en termes de confort que de qualité des prestations fournies.

D’où son choix de travailler en partenariat avec Accor, numéro un mondial du secteur, pour bénéficier de ses différentes enseignes. «Que ce soit Ibis, Mercure, All Seasons, Etap Hotel ou encore Sofitel, elles offrent toutes des produits normés et imposent un cahier des charges pour le service qui nous semble répondre aux exigences d’une hôtellerie performante», explique Patrick Jacquier, dirigeant du groupe fondé par son père Alain.

Avec aujourd’hui cinq Ibis - dont un à Beaune et autre à Chalon-sur-Saône -, un Mercure, un Sofitel et un Etap Hotel, soit au total près de 800 chambres, l’hôtelier pèse lourd dans le petit monde du tourisme bourguignon, comme auprès de son franchisseur. Au point d’être devenu depuis six mois le co-président des franchisés Accor.

«Ce qui exige toutefois une politique constante et conséquente d’investissement», souligne t-il. L’illustration en est fournie ces deux dernières années avec un programme de remise à niveau complet du parc qui a frisé les 7 millions d’€. Avec entre autres résultats heureux d’avoir décroché une cinquième étoile pour le Sofitel - La Cloche Dijon.

(lire à ce propos : www.tracesecritesnews.fr/actualite/la-cloche-accroche-une-cinquieme-etoile-2877).

Un nouvel hôtel BBC

Aujourd’hui, 3,5 millions d’€ sont injectés pour rénover complètement les 90 chambres, les parties communes et les services généraux de l’Ibis Central qui sera rebaptisé cet été à l’enseigne All Seasons dans la catégorie 3 étoiles. «Nous allons de plus demander la classification 3 étoiles pour l’Ibis Clémenceau à Dijon (102 chambres), le dernier-né de nos hôtels», argumente Patrick Jacquier.

L’hôtelier fait aussi réaliser à Saint-Apollinaire, près de Dijon, le premier établissement régional aux normes bâtiment basse consommation (BBC) de 84 chambres avec restaurant et piscine extérieure. Les cabinets Arkos Construction et Seturec Architecture réaliseront conjointement l’ensemble de ce projet, chiffré à près de 7 millions d’€, de la conception architecturale à l’ensemble de la maîtrise d’œuvre.

Mise en exploitation au second semestre 2012, il respectera parfaitement les mesures du Grenelle de l’Environnement I et II, tout ayant été pensé dans l’optique ne pas consommer plus de 50 KW hep par m2 et par an.

«Que ce soit, pour l’isolation, le chauffage, l’éclairage naturel et artificiel, la récupération des eaux pluviales, la gestion des déchets, de l’eau, la qualité de l’air, la production d’eau chaude sanitaire, les matériaux de construction employés, nous voulons bénéficier des dernières avancées technologiques pour réduire de 50 à 60% notre consommation d’énergie. Même si ce poste ne pèse que 5% dans le coût global de fonctionnement d’un hôtel», précise Patrick Jacquier.

En outre, la future clientèle, de plus en plus sensibilisée au respect de l’environnement, devrait apprécier. D’autant qu’elle disposera dans chaque chambre d’un manuel d’utilisation volontairement pédagogique.

Le développement de l’entreprise supporte toutefois d’un bémol : la restauration.

Si l’activité se maintient, grâce notamment à l’application de la TVA à 5,5%, elle souffre du poids trop lourd des charges de personnel. «Nous sommes plus pénalisés que nos concurrents restaurateurs Italiens, Espagnols, Américains et Anglais, alors que la gastronomie fait partie intégrante de l’image de la France dans le monde», assure le dirigeant.

Crédit photo: Hôtels Bourgogne Qualité et Seturec Architecture



Roger Martin BTP
Article classé dans : Entreprises

Mots-clés : Dijon, Bourgogne, tourisme, hôtellerie, groupe Jacquier, Construction BBC

Découvrez également les articles associés :

Le fabricant de lingerie Triumph investit 11 millions d'euros dans la logistique à ObernaiLe fabricant de lingerie Triumph investit 11 millions d'euros dans la logistique à Obernai
Leader des diagnostics rapides en France, Biosynex met le cap sur l’exportLeader des diagnostics rapides en France, Biosynex met le cap sur l’export
A l’approche de son 30ème anniversaire, Imasonic s’engage dans une transmission familiale en douceurA l’approche de son 30ème anniversaire, Imasonic s’engage dans une transmission familiale en douceur
A Nuits-Saint-Georges, la maison de vins Faiveley fait de sa nouvelle cuverie de 8 millions d'euros, une oeuvre architecturaleA Nuits-Saint-Georges, la maison de vins Faiveley fait de sa nouvelle cuverie de 8 millions d'euros, une oeuvre architecturale

2 réponse(s) à "Le groupe hôtelier Jacquier monte en gamme"

  1. Alain JACQUIERdit :

    Je suis pour la création d'un musée des produits régionaux, projet initié par des licenciés d'Amora. Cassis, moutarde, pain d'épices, jambon persillé, vins, etc... pourraient être intéressants touristiquement. Je suis contre la création d'un restaurant classique mais je ne suis pas le décideur.

  2. g gdit :

    Bravo aux JACQUIER, père et fils..., et petit-fils ! Mais aussi Bravo pour cette bonne communication et là, merci Traces Ecrites ... Une seule question, svp : QUID DU PROJET DANS CONGREXPO D'UN MUSEE DES PRODUITS REGIONAUX : CASSIS DE... DIJON, PAIN D'EPICES ET SURTOUT : LA MOUTARDE DE DIJON ??? PROJET nécessitant une GASTRONOMIE de la qualité "JACQUIER", alors que les prétendants principaux à ce projet, des licenciés d'AMORA semblent disparaître... Et alors que la MAIRIE qui a déja bcq aidé - certes modestement pcq ses moyens sont surtout psychologiques dans ce domaine - est prête à favoriser cette nécessaire communication dans pour Défense des Produits Dijonnais.

Commentez !


Combien font "4 plus 7" ?

Envoyer votre commentaire