Traces Ecrites News, le club
  • Brassserie de Vézelay
  • Gaston l'escargot
  • EDC
  • Salaisons Sabatier

Le bisontin Alliance offre un nouvel écrin à la technologie du MIM

Publié par Monique Clémens, le 25 novembre 2014

INNOVATION. Créée par des entreprises horlogères qui avaient besoin de la technologie de moulage par injection métallique (MIM) pour fabriquer de petites pièces complexes, Alliance est toujours la seule en France à exploiter ce process industriel.

Après l’horlogerie, la téléphonie et le médical, l’entreprise de Saint-Vit (Doubs) vise le marché de l’aéronautique et travaille depuis trois ans avec Safran. Elle attend avec impatience de s’installer dans les nouveaux locaux qu'Aktya construit pour elle.

 

bihratelierstete
Alliance attend un vrai boost de l’aéronautique.

 

Moulage par injection métallique, ou MIM. Ce process industriel, qui permet de créer des pièces de petite taille, complexes et en 3D, consiste à injecter un granulé plastique chargé en poudres métalliques avant de retirer la matière plastique par déliantage, puis de fritter la pièce. Au début des années 90, à ses balbutiements, cette technologie intéressait déjà des horlogers et spécialistes des composants horlogers suisses et français.

 

C’est ainsi qu’en 1995 Cheval, Burdet et Petitjean se sont alliés - d’où le nom d'Alliance - pour créer l’entreprise de sous-traitance dont ils avaient besoin. La seule de l’hexagone à exploiter cette technologie prometteuse.

 

Implanté à Besançon, le Cetehor (le centre technique de l’horlogerie) avait été chargé d’apporter son concours au montage du projet et recruta Jean-Claude Bihr, un spécialiste des matériaux, pour mettre en place l’outil industriel. Alliance fut créée fin 1995 sur la zone d’activités de Saint-Vit (Doubs), près de Besançon. Près de vingt ans plus tard, l'ingénieur lorrain dont ce fut le premier poste, est toujours le PDG qui a connu une crise de croissance puis une crise tout court.

 

De la téléphonie mobile à l'aéronautique

 

bihrateliers

 

Entre 2005 et 2008, le boom de la téléphonie mobile profite en effet à l'entreprise qui passe de 36 à 140 salariés. La téléphonie de luxe lui confie la fabrication des façades et claviers de ses portables. L’entreprise peine à suivre et doit s’organiser. Elle recrute, investit et se lance dans le lean manufacturing.

 

« Le lean, c’est ce qui nous a sauvé en 2008 », assure le dirigeant. La crise du marché du luxe et l’arrivée de l’Iphone chez Apple font chuter le chiffre d’affaires de 70% en 2009, après plusieurs années de croissance à 30%.

 

Bannière anthalys

 

« Nous avons vécu ça difficilement. Nous avons stoppé le recours à l’intérim mais pas licencié, et nous sommes repositionnés sur les marchés du médical et de l’aéronautique », poursuit Jean-Claude Bihr. Alliance emploie aujourd’hui 125 personnes. En 2013, l’entreprise a réalisé un peu moins de 10 millions d’€ de chiffre d’affaires, dont 60% à l’export. Le luxe représente encore la moitié de l’activité, mais le médical atteint désormais 25% et les pièces techniques aussi.

 

Une plateforme avec Safran

 

Quant à l’aéronautique, le secteur est prometteur. Alliance travaille depuis trois ans en partenariat avec Safran pour des pièces complexes, et notamment un système d’injection pour réacteur d’avion, en phase de qualification. Avec l'équipementier de l'aéronautique, Alliance a créé ASAP, qui signifie : Alliance Safran Aéronautique Plateforme. « Pour l’instant, nous sommes les seuls à travailler comme ça avec eux », assure le P-DG.

 

alliancechantier
Aktya construit les nouveaux locaux d'Alliance pour 3,3 millions d'euros, ce qui permet à l'entreprise de concentrer ses investissements sur le process.

 

Alliance attend un vrai boost de l’aéronautique, et sur la zone d’activité des Belles Ouvrières Saint-Vit (Doubs), la petite entreprise est à l’étroit. Livrés à la fin de l’hiver, de nouveaux locaux sont en cours de construction à quelques centaines de mètres : ils offriront 3 700 m2 de surface industrielle contre 2 200 aujourd’hui. C’est Aktya, l’outil d’immobilier d’entreprise du Grand Besançon, qui assure le chantier et louera les locaux à l’entreprise.

 

Ce qui permettra à Alliance de consacrer ses investissements à son process industriel. Chaque année, 10 à 15% du chiffre d’affaires sont injectés dans le parc machines et les moyens de contrôle.

 

« Même si on a un peu l’impression de faire du sur-place : dès que les pièces sont faciles à fabriquer, elles partent en Asie. Le MIM est un procédé global, complexe et à ce titre très capitalistique. La Chine compte aujourd’hui 750 entreprises dotées de cette technologie. »

 

bihrpluslargeQui est Jean-Claude Bihr ?

 

Né en Lorraine, le PDG d’Alliance a fait des études d’ingénieur en Sciences et génie des matériaux  à l’ESSTIN (école supérieure des sciences et technologies de l'ingénieur) à Nancy, avant de rejoindre Bordeaux pour y préparer une thèse sur les Matériaux composites et matrices métalliques, au sein de l'institut de Chimie de la Matière Condensée de Bordeaux (ICMCB), un gros laboratoire spécialisé en chimie du solide.

« Je visais déjà les procédés directs et j’aimais beaucoup l’aéronautique et l’horlogerie. Aujourd’hui, je suis en plein dedans. Chez Safran, j’ai d’ailleurs retrouvé des gens avec lesquels j’étais en thèse. »

Attiré par le tissu horloger franc-comtois et recruté par le Cetehor pour le compte des horlogers fondateurs d’Alliance, Jean-Claude Bihr qui venait de terminer sa thèse à Bordeaux, a été chargé de mettre sur pied l’entreprise. P-DG, il en est aujourd’hui l’un des quatre actionnaires aux côtés de Richemont, Burdet et Lang.

Il aime voyager, est fasciné par le Japon et se plaît à embaucher des salariés venus d’autres horizons, comme sa responsable RH canadienne. « Je ne suis pas quelqu’un de tranquille », dit-il pour se définir.

 

Photos fournies par l'entreprise.



Roger Martin BTP
Article classé dans : Entreprises

Mots-clés : Besançon, Franche-Comté, Doubs, horlogerie, aéronautique, moulage, téléphonie, Aktya, Safran, moulage par injection métallique, Alliance, Cetehor , Alliance Safran aéronautique plateforme

Découvrez également les articles associés :

La maison alsacienne de foie gras Feyel & Artzner se diversifie dans les plats cuisinés et monte en gammeLa maison alsacienne de foie gras Feyel & Artzner se diversifie dans les plats cuisinés et monte en gamme
Le fabricant de forets Diager investit plus de 8 millions dans le Jura et embauche Le fabricant de forets Diager investit plus de 8 millions dans le Jura et embauche
Ils innovent : Alsafix remplace le ciment par une mousse en polyuréthane et Redberry traque les bactéries à grande vitesseIls innovent : Alsafix remplace le ciment par une mousse en polyuréthane et Redberry traque les bactéries à grande vitesse
A Nancy, la nouvelle génération désormais aux commandes d’Ateliers Cini profite d’une situation assainieA Nancy, la nouvelle génération désormais aux commandes d’Ateliers Cini profite d’une situation assainie

Commentez !


Combien font "5 plus 8" ?

Envoyer votre commentaire