Le Strasbourgeois CroisiEurope, spécialiste mondial des croisières fluviales, part à la conquête de la Chine

Publié par Julie Giorgi, le 14 février 2017

NAUTISME FLUVIAL/STRASBOURG. La société familiale CroisiEurope, basée à Strasbourg, organise des croisières fluviales dans le monde entier.

Elle est également structurée au niveau commercial à l’étranger depuis une quinzaine d’années.

Aujourd’hui et à moyen terme, elle mise fortement sur la Chine et l’Asie du Sud Est pour booster sa croissance.

 

indochine
CroisiEurope exploite 4 bateaux naviguant entre le Cambodge et le Vietnam. © Alexandre Sattier.

 

1.350 salariés, 162 millions d’€ de chiffre d’affaires, 200.000 clients par an, 50 bateaux… Les chiffres de CroisiEurope impressionnent. En 2016, la société strasbourgeoise a commercialisé ses croisières dans 40 pays, y compris en France sur les fleuves, rivières et canaux, et elle possède 6 bureaux à l’étranger qui emploient 35 personnes.

 

Cela fait une quinzaine d’années que CroisiEurope a posé ses bases hors des frontières nationales. La première agence a ouvert à Bruxelles en 2002, puis ce fut au tour de Lausanne, Madrid, Londres, New York et Phnom Penh au Cambodge en 2014.

 

L’agence de Madrid gère le marché du Portugal et de l’Amérique latine, celle de Phnom Penh au Cambodge est dédiée à l’Asie du Sud Est. La Chine, Taïwan et le Japon sont gérés directement depuis Strasbourg. Dix personnes s’occupent exclusivement de l’activité internationale au sein du siège.

 

indochinedeux
Un cinquième bateau, opérationnel en août, naviguera sur le Mékong.

 

Dans certains pays, la société possède un agent général (exclusif) ou un agent préférentiel chargé de faire la promotion de la marque CroisiEurope. « Ce système nous permet de développer la notoriété de la marque et notre chiffre d’affaires sur des marchés difficiles d’accès pour des raisons logistiques, en Australie par exemple, ou culturelles », explique Michel Grimm, le directeur commercial chargé de l’international.

 

La Chine : un marché naissant et très prometteur

 

L’entreprise n’a pas dupliqué un modèle unique de développement à l’international. Pour s’implanter sur le marché chinois, elle souhaite conserver cette souplesse qui lui permet de s’adapter aux particularités locales.

 

Depuis juin 2016, CroisiEurope a recruté un commercial uniquement affecté au marché chinois. Il est chargé de développer des partenariats B to B avec les tour-opérateurs et les agences de voyage. Par la suite, la compagnie ouvrira probablement un bureau en Chine. « Nous irons à notre rythme car le marché de la croisière fluviale est très récent dans ce pays », précise Michel Grimm.

 

Bannière Traces Ecrites Lancement Site LCR_ ac fond

 

L’entreprise alsacienne est déjà bien implantée en Asie du Sud-Est. En 2014, elle a racheté la Compagnie fluviale du Mékong, pour laquelle elle affrétait un bateau depuis 2011. Par cette acquisition, CroisiEurope s’est doté de 4 bateaux naviguant entre le Cambodge et le Vietnam.

 

Cette année, un cinquième bateau, de style contemporain et d’inspiration coloniale est venue renforcer la flotte. Il a été construit au Vietnam. Les autres de la compagnie sont construits sur trois autres chantiers navals : en Afrique, en Belgique et en France, à Saint-Nazaire.

 

Une identité alsacienne et française revendiquée

 

Dans toute sa flotte, la compagnie offre des aménagements et des services similaires. « Nous possédons une culture internationale à bord, mais nous accueillons les passagers en tant que compagnie alsacienne, française et européenne. C’est ce qui nous différencie aussi de nos concurrents », souligne Lucas Schmitter, le directeur e-commerce et représentant de la 3e génération de l’entreprise familiale.

 

msloireprincesse
La compagnie a fait construire pour la Loire un bateau avec deux roues à aubes, le seul en France avec des balcons privatifs. © Bernard Biger.

 

CroisiEurope se dit ainsi fière de faire la promotion de la gastronomie française à travers le monde. « Pour le moment, nous conservons la même approche sur le marché chinois, mais en fonction des attentes des clients, nous proposerons des services et des bateaux dédiés à ce marché », assure Michel Grimm.

 

La compagnie adapte déjà ses menus gastronomiques lorsque ses bateaux accueillent une nationalité - des Américains ou des Allemands par exemple - pendant un séjour longue durée. Là encore, les mots d’ordre sont : réactivité et souplesse.

 

Depuis un an, elle se développe également en Amérique du Sud en participant à des salons et concluant des partenariats B to B. Et à partir de fin 2017, sera lancée une nouvelle destination en Afrique Australe.

 

grimm
Lucas Schmitter, le directeur e-commerce et représentant de la 3e génération de l’entreprise familiale, à gauche, et Michel Grimm, le directeur commercial chargé de l’international.  ©Julie Giorgi.

 

Cette croisière à bord d’un nouveau bateau luxueux (en cours de construction) comprendra  des safaris terrestres avec nuitées dans des lodges construites par l’entreprise elle-même.

 

« Notre priorité de développement reste l’Europe. Elle constitue le socle de notre société », rappelle Michel Grimm. « Mais il est clair qu’à moyen terme, l’Asie va devenir importante pour nous si elle reste dynamique sur le plan économique ».

 

Le marché de la croisière fluviale se porte bien. Au cours des trois dernières années, il a connu une croissance de 30%, contre 3% pour les croisières maritimes. Depuis 6 ans, CroisiEurope enregistre une croissance comprise entre 6 et 7% par an.

 

familleschmitter
La famille Schmitter, 2ème génération au complet. De gauche à droite : Christian, Anne-Marie, Patrick et Philippe Schmitter.


Roger Martin BTP
Article classé dans : Entreprises

Mots-clés : Grand Est, Strasbourg, Bas-Rhin, tourisme fluvial, Chine, croisière, nautisme fluvial, CroisiEurope, Michel Grimm, Lucas Schmitter

Découvrez également les articles associés :

Le Champenois Fontes de Paris illumine les rues et maintenant les routesLe Champenois Fontes de Paris illumine les rues et maintenant les routes
ETS 90 réinvestit dans son outil de production et vise le label ISO 9000ETS 90 réinvestit dans son outil de production et vise le label ISO 9000
Les Femmes de l’Économie saluent les sacs connectés de Valérie Mannarelli, fondatrice d’OJHLes Femmes de l’Économie saluent les sacs connectés de Valérie Mannarelli, fondatrice d’OJH
Les Femmes de l'Économie saluent la démarche d’innovation sociale d'Anne-Claire Goulon chez Livio-Peduzzi Les Femmes de l'Économie saluent la démarche d’innovation sociale d'Anne-Claire Goulon chez Livio-Peduzzi

2 réponse(s) à "Le Strasbourgeois CroisiEurope, spécialiste mondial des croisières fluviales, part à la conquête de la Chine"

  1. Sylviane SPETZdit :

    Papa Schmitter, s'il vous voit de la haut doit être super fier. Vous avez fait évoluer le tourisme fluvial et Alsace Croisière (nom d'origine) vers des sommets que nous ne pouvions imaginer. Bravo Une ancienne du tourisme fluvial - Sylviane

  2. Guyarddit :

    Bonjour, Merci pour ce témoignage d'une entreprise familiale, internationalisée et intelligente, qui sait accepter la diversité, la multiculturalité… à 1000 lieues du capitalisme imbécile qui lamine tout avec son modèle unique et finit par être destructeur et abêtissant.

Commentez !


Combien font "5 plus 7" ?

Envoyer votre commentaire