Besançon : SKINsoft, pionnière de l’édition informatisée des collections

Publié par Monique Clémens, le 05 décembre 2014

INFORMATIQUE. En s’appuyant sur la technologie du full web - application dont l'intégralité des fonctionnalités est accessible via le net -, la petite société bisontine s’est positionnée sur un marché de niche : l’édition informatisée des collections.

Un savoir-faire qui vaut à SKINsoft quelques jolis contrats avec musées, fondations, collectionneurs privés et même entreprises ou collectivités, en France et déjà un peu à l’export. Elle vient d’ailleurs de signer avec le musée Rodin qui présente ses collections sur deux sites, à Paris et dans les Hauts-de-Seine.

 

museerodin
Le musée Rodin qui s'étend sur deux sites, à Paris et dans les Hauts-de-Seine vient de choisir les logiciels de SKINsoft pour gérer ses collections de sculptures, œuvres graphiques et photographiques, carnets de dessins d'Auguste Rodin. ©Musée Rodin.

 

Le nom de cette société née en 2008 est à chercher dans le sens figuré de skin (« peau » en français »). « Dans la capacité de notre application à changer de peau », avance Geoffroy Rigoulot, qui a fondé SKINsoft avec un informaticien et un spécialiste du multimédia pour occuper la niche de l’édition et de la gestion informatisée de collections : saisie simplifiée, gestion de bases de données, traçabilité, publication, partage de données…

 

« Sur ce marché, il existait des solutions classiques, fonctionnelles, mais qui ne répondaient pas aux besoins d’aujourd’hui, notamment en matière d’ergonomie. Nous avons choisi de nous appuyer sur la technologie du full web, que nous étions capables de bien maîtriser et qui s’ouvre dans n’importe quel navigateur Internet ; nous avons construit un produit métier performant et facile d’usage, bien que complexe. »

 

Une fois n’est pas coutume, la France est plutôt en avance sur ce type d’application en full web. « Aux Etats-Unis, il existe bien un produit open source mais qui n’est pas pointu », assure le fondateur de SKINsoft. Alors qu’en France, ils sont deux à se disputer cette avance technologique.

 

La petite entreprise bisontine est en phase d’analyse du vaste marché américain et est plutôt confiante. « Il n’est pas mature, mais ça viendra d’un coup », assure le dirigeant.

 

Premiers contrats aux Etats-Unis

 

La solution S-Museum, développée pour séduire les grands musées en France et à l’international, que vient de choisir le musée Rodin à Paris, a déjà été retenue par deux musées de l’Etat de New York, mais ce n’est qu’un début.

 

Autres belles références : le musée virtuel Air France (conçu comme un jeu vidéo, en 3D et en temps réel), le Centre national du costume de scène, les musées et patrimoine du département de l’Isère, le musée d’art moderne André Malraux, le musée national de l’éducation, l'Hôtel Dieu des Hospices de Beaune, ou encore un portail web des arts décoratifs.

 

equipe_1
Les informaticiens de SKINsoft informaticiens sont issus d’écoles d’ingénieurs ou de master 2 du laboratoire informatique de Franche-Comté.

 

Les trois premières années d’existence de SKINsoft ont été consacrées au développement. La commercialisation proprement dite a démarré en 2011, mais les travaux de recherche fondamentale se poursuivent pour offrir toujours plus d’ergonomie et de fonctionnalités aux applications. Autour du moteur informatique, la carrosserie est dessinée en fonction du métier : musée, bibliothèque, fondations, entreprises…

 

L’équipe de dix salariés est constituée pour moitié de jeunes informaticiens maîtrisant les technologies de l’open source (logiciels libres). 

 

Bannière anthalys

 

Elle comprend aussi deux spécialistes des spécifications (métiers-formation et documentation), un responsable communication, un chargé d’export et... un dirigeant qui se consacre à son métier : le marketing. « Nos informaticiens sont issus d’écoles d’ingénieurs ou de master 2 du laboratoire informatique de Franche-Comté. Je veux des jeunes qui connaissent la matière, les dernières technologies et qui ont envie d’y arriver », souligne ce dernier.

 

La taille moyenne d’une entreprise de ce type est d’une cinquantaine de salariés, estime Geoffroy Rigoulot. « C’est un modèle que nous pourrions être capables d’atteindre si nous réussissons notre conquête à l’export. » En attendant, le chiffre d’affaires progresse. Il était de 80 000 € en 2011, la première année de commercialisation, il atteint désormais 450 000 €.

 

rigoulotQui est Geoffroy Rigoulot ?

 

Le fondateur de SKINSoft vient du marketing et de la communication. Il s’intéresse à l’architecture, à la photo et d’une façon générale à la culture. Franc-comtois d’origine, il avait fondé l’Agence Privée, en 1984, avec Pascale Linderme, qui est toujours de l’aventure. Elle assure la partie créative, lui le marketing.

L’Agence Privée – dont l’une des activités consiste à concevoir la scénographie de musées – et SkinSoft sont réunies au sein d’un petit holding baptisé Hybride, qui accueille aussi une troisième filiale, Plan Libre, laquelle édite et conçoit du mobilier… pour les musées.

 « Même si ces activités peuvent paraître hétéroclites, tout cela est très naturel », explique Pascale Linderme. « Culturellement, nous connaissons la matière. » Au total, une vingtaine de personnes travaillent dans les locaux communs proches de la rue de Belfort, à Besançon. Mais le siège du holding se trouve à Maussane, dans les Alpilles, où Geoffroy Rigoulot a des attaches, et qui constitue une tête de pont pour les clients du sud.

Photos fournies par SKINsoft.



Roger Martin BTP
Article classé dans : Entreprises

Mots-clés : Besançon, Franche-Comté, musées, informatique, éditeur de logiciels, Laboratoire informatique de Franche-Comté, Geoffroy Rigoulot, SKINsoft

Découvrez également les articles associés :

Les frères Allemandou inaugurent avec Frapak leur seconde usine de plasturgie à Sens en association avec Marjolein PutterLes frères Allemandou inaugurent avec Frapak leur seconde usine de plasturgie à Sens en association avec Marjolein Putter
En Moselle, Laboratoires Lehning inaugure un investissement de 12,4 millions d’€En Moselle, Laboratoires Lehning inaugure un investissement de 12,4 millions d’€
La brasserie familiale alsacienne Meteor met la huitième génération aux commandes de ses cuves La brasserie familiale alsacienne Meteor met la huitième génération aux commandes de ses cuves
François Labet, le bien né et bien éduqué vigneron du Château de la Tour au sein du domaine du Clos de VougeotFrançois Labet, le bien né et bien éduqué vigneron du Château de la Tour au sein du domaine du Clos de Vougeot

Commentez !


Combien font "5 plus 9" ?

Envoyer votre commentaire