Verrissima conforte sa croissance sur le segment du verre plat en se dotant de capacités industrielles supplémentaires. Le verrier investit plus de 3 millions d’€ d’ici 2023 pour augmenter sa surface d’atelier à Goetzenbruck (Moselle), siège du groupe, mais aussi mettre en service un nouveau four de trempe à Wisches (Bas-Rhin). Visite en images.

A l’entrée du hameau de Goetzenbruck (Moselle), la façade du siège de Verrissima va être entièrement redesignée… en verre forcément. Il s’agit pour l’entreprise de 138 salariés (chiffre d’affaires de 18 millions d’€ en 2018) de mieux refléter la spectaculaire croissance enregistrée ces dernières années. Mais c’est à l’arrière du bâtiment niché dans les Vosges du nord, dans le berceau de l’industrie cristallière, que s’opère le gros du changement. Le fabricant de verre plat s’apprête à augmenter sa surface de production pour accompagner sa croissance. L’investissement global de plus de 3 millions d’€, d’ici à 2023, vise également à acquérir de nouveaux équipements industriels.
L’entreprise créée en 1923 pour fabriquer les sous-verres des prestigieuses maisons Baccarat ou encore Lalique a opéré un virage à 360 degrés sous l’impulsion de la famille Metz, son repreneur il y 35 ans. La deuxième génération de dirigeants familiaux aux commandes du verrier lorrain est partie à la conquête des marchés de la cuisine équipée (joues de tiroir, crédences, etc.) et du bâtiment (portes, plancher, garde-corps, etc.). Elle conserve toutefois un pied dans le luxe et collabore avec les cristalliers ou encore les agenceurs.

BPALC

 

Le nouveau virage pris par l’entreprise ces deux dernières années s’opère dans le verre trempé. Début 2017, Verrissima a racheté une filiale du groupe belge AGC Vertal à Wisches (Bas-Rhin). Cette acquisition lui a permet d’intégrer le précieux savoir-faire des verres dit de sécurité obtenus par chauffe à 600°C puis refroidissement brutal. « Une réglementation européenne attendue à l’horizon 2021 va rendre obligatoire l’emploi de ces verres à partir d’une hauteur d’un mètre. Cela nous ouvre un marché illimité ! », s’enthousiasme le dirigeant.
L’entité Verrissima Trempe porte actuellement la croissance du groupe quelque peu affectée par l’arrêt du crédit d’impôt sur les fenêtres et les portes d’entrées. L’entreprise va injecter 1,5 million d’€ pour mettre en service un nouveau four de trempe en mars prochain. Cet équipement devrait permettre de doubler le chiffre d’affaires d’ici cinq ans.
Cela n’empêche pas la famille Metz de chercher activement des relais de développement par croissance externe. L’acquisition de Miroiver en octobre 2018 à Ittenheim (Bas-Rhin) a ainsi doté son réseau dédié à la pose et à l’agencement dans le Grand-Est d’une cinquième agence.

 

Kremernouvellepub


Visite des ateliers en images

decoupeverrissima_1
La dimension spectaculaire des plaques de verre (3,10 m x 2,40 m) implique des moyens de découpe adaptés. Pour la découpe des vitrages feuilletés, une machine spécifique dotée de deux têtes de coupe (une en dessous et une au-dessus) permet de séparer, en une opération, les deux feuilles de verre collées à un film plastique transparent. La découpe du film plastique est réalisée par un cutter associé à un élément chauffant. © Philippe Bohlinger.
faconnageverrissima
L’étape de façonnage polit les arrêtes des plaques de verre susceptibles d’être en contact (portes intérieures, tables, etc.). Des meules diamantées biseautent des bordures, tandis que des meules en bakélite et feutre assurent le polissage. © Philippe Bohlinger.
sablageverrissima
L’atelier de sablage permet d’obtenir des décors personnalisés grâce au positionnement d’un film plastique sur les parties destinées à rester en transparence. La projection de corindon (un minerai très dur) dans la sableuse (en bleu à l’arrière) permet d’obtenir les décors souhaités. © Philippe Bohlinger.
collageverrissima
Le collage de pièces décoratives en inox implique une très grande maîtrise des gestes. © Philippe Bohlinger.
impressionnumerique
Les deux machines d’impression numérique livrent une grande variété de décors. Verrissima a proposé en novembre 2108 à cinq jeunes artistes issus de la Haute École des Arts du Rhin à Strasbourg d’imaginer des créations originales. Pour accélérer le temps de séchage de l’encre, les vitrages sont placés dans un four à 250 degrés. © Philippe Bohlinger.
vitrailverrissima
L’entreprise a conservé un précieux savoir-faire dans le vitrail. Ici, une insertion entre les deux plaques de verre d’une porte. © Philippe Bohlinger.
assemblage vitrail
En bout de chaîne, l’assemblage d’un vitrage de porte demeure une opération de haute technicité. La presse de collage permet d’assembler les verres intérieur et extérieur sur un intercalaire. Du gaz argon est injecté dans l’intervalle. Un joint silicone spécifique posé à chaud sur le pourtour du vitrage vient parachever le panneau. © Philippe Bohlinger.

Commentez !

Combien font "5 plus 6" ?