BATIMENT. Parce qu’il aime la vallée de la Thur où il a grandi, Jean-Louis Stadelmann a implanté sa société à Urbès (Haut-Rhin), au pied du col de Bussang.

Mais l’activité d’Alsacienne de Minage & Démolition (AMD) le mène bien plus loin.

Car les forages spéciaux qu’elle réalise la font appeler de France et de Navarre.

«Nous réalisons des prestations que plus beaucoup d’entreprises ne savent faire en France», souligne Jean-Louis Stadelmann, le dirigeant d'AMD.

C’est le cas des "tirs à masse chaude", une méthode de démolition capable de s’appliquer quand la température ambiante monte à 1 600 degrés. Le matériel d’AMD s’attaque alors aux installations de ces bonnes vieilles industries que sont les fonderies ou les aciéries. Idem pour les "ramonages à l’explosif" dans les fours industriels.

La société est également spécialisée dans l’oxyforage et l’oxycoupage par lances thermiques, «un procédé parfaitement adapté pour traiter des matériaux extrêmement difficiles, voire impossibles à forer par des moyens traditionnels, comme le silicium, les fontes, le béton très fortement armé», souligne le dirigeant.

Alsacienne de Minage & Démolition (AMD) a pour l’essentiel investi le créneau de la réhabilitation, moins couru que le neuf.

Pour cela, elle a sorti depuis quelques mois son arme plus ou moins secrète puisqu’elle a choisi de la breveter : la "Fore-Wall", une foreuse d’une précision inégalée sur le marché selon AMD.

«Elle permet de se faufiler dans les milieux étroits en s’attaquant à tous types de matériaux, à toute profondeur et selon des tailles de 16 à 80 mm de diamètre. Elle s’adapte en fait à l’ouvrage à traiter», indique Jean-Louis Stadelmann.

L’innovation a valu à AMD deux trophées du conseil général du Haut-Rhin, puis de la CCI Sud-Alsace-Mulhouse en 2010 et 2011.

Le dirigeant prouve que point n’est besoin de sortir de Polytechnique pour se montrer inventif à bon escient. Autodidacte, il baigne depuis 25 ans dans le minage et la démolition. A force d’observer, de réfléchir, puis d’agir, il a créé sa propre Sarl en 2004.

Les niches caténaires de la LGV Rhin-Rhône

Parmi les références où il a utilisé "Fore-Wall" en totalité ou en partie, AMD recense l’extension du métro de Lyon, objet de 35 000 points de forage, la démolition de tours de logements à Nouméa, en Nouvelle-Calédonie ou encore le tunnel du Fréjus.

L’entreprise a décroché plusieurs réhabilitations de barrages EDF et divers marchés dans le chemin de fer, dont les tunnels de la LGV Rhin-Rhône pour permettre l’installation des niches caténaires.

Cette expérience ferroviaire lui fait dynamiter aussi les frontières géographiques : l’entreprise honore jusqu’en 2012 une série de premiers marchés à l’étranger, notamment au Maroc pour la rénovation de trois tunnels ferroviaires totalisant 18 km.

La PME qui a réalisé un chiffre d’affaires de 350 000 € en 2010 (2011 non communiqué) emploie en permanence  4 salariés dont deux qui parcourent les chantiers pour encadrer le personnel engagé en missions temporaires sous forme de contrats de chantier.

Elle-même intervient souvent comme client des groupes de BTP. «En quantité, nous ne représentons que 1 ou 2 % d’un chantier, mais c’est une partie essentielle», rappelle le dirigeant.

Photos : Christian Robischon et AMD.

1 commentaire(s) pour cet article
  1. Eric Blaisedit :

    Les entreprises comme celle-ci sont spécialisées dans la démolition d'immeubles, le creusement des tunnels pour l'exploitation minière, ainsi que des routes. Elles sont toutes bien formées dans le type de travail, car la manipulation des dynamites peut être dangereuse. Merci en tout cas pour tout ce que vous faites dans la construction et l'exploitation minière.

Commentez !

Combien font "2 plus 5" ?