VT2i ouvre son capital à BNP Paribas Développement. Le challenge de l’innovation initié par l’école d’ingénieurs ENSGSI fête ses 20 ans. Le Cercle économique lorrain d’initiative salut l’Institut de Soudure en matière de recherche. L’italien Fila sur le point d’acquérir les papiers haut-de-gamme Arches®. Davantage d’ingénieurs par l’apprentissage dans l’industrie lorraine. « Pierre Dap, Une volonté lorraine », un ouvrage sur le parcours d’un autodidacte.



• Les ambitions de croissance externe poussent VT2i à ouvrir son capital à BNP Paribas Développement


Le sous-traitant automobile VT2i à Ramonchamp (Vosges) se donne les moyens de gagner en muscle par la croissance externe. Cet automne, son trio de cadres-dirigeants a ouvert une part minoritaire du capital de l'entreprise à BNP Paribas Développement dans le cadre d’une opération de « leverage buy out » (LBO) ou acquisition avec effet de levier, qui consiste à recomposer le capital par recours à l’endettement. Pascale Dellea-Warin, André Medjaed et Xavier Grandjean avaient repris en 2013, cette ex-filiale du géant américain TRW avec une soixantaine de salariés actionnaires minoritaires.
« Avec ce fonds d’investissement de référence à nos côtés, nous allons engager VT2i et ses équipes sur une nouvelle dynamique faite de projets encore plus ambitieux de croissance organique et de croissance externe », se félicite Xavier Grandjean, président.
L’entreprise de 90 personnes qui réalise un chiffre d’affaires de 20 millions d’€ est spécialisée dans la fabrication de pièces de liaison au sol (bras de suspension, rotules de direction, biellettes de barre stabilisatrice, etc.). Elle recherche actuellement des complémentarités à son activité sur les plans géographique, de marché ou de composants.

  Le challenge de l’innovation initié par l’école d’ingénieurs ENSGSI fête ses 20 ans

Près de 1.800 étudiants dans le monde ont participé au challenge « 48 heures pour faire vivre des idées » organisé par l’ENSGSI, l'École Nationale Supérieure en Génie des Systèmes et de l'Innovation à Nancy. Pour ses 20 ans, ce dispositif à vocation pédagogique avait invité les étudiants – 300 en Lorraine -  à plancher pendant trois jours, fin novembre, sur quatorze problématiques soumises par des PME et des grands groupes industriels. Parmi eux, le géant des travaux-publics NGE, le cimentier Vicat, le spécialiste des bas de contention Sigvaris, le fabricant de matériel sanitaire Comap, etc.
À titre d’exemple, le lorrain Noremat avait invité les candidats à réfléchir à de nouveaux systèmes pour le ramassage des déchets issus de la tonte des bords de routes.
Concrètement, les équipes composées au maximum de 12 étudiants provenant de formations différentes, du bac + 2 au doctorat, prennent en charge un sujet formulé par une entreprise. Puis elles confrontent leurs idées avec d’autres groupes situés sur d’autres sites.

bpalc

 
• L’esprit d’initiative d’Institut de soudure salué par le Cercle économique lorrain

isgroup
Institut de Soudure exploite trois plateformes technologiques en Moselle à Goin, Saint-Avold et Yutz. © IS Groupe

Institut de Soudure (IS Groupe) a favorisé l’émergence en Lorraine d’une filière de recherche de pointe, constate le Cercle économique lorrain. Ce réseau des décideurs lorrains installés en région parisienne a remis son « Prix de l’initiative pour la Lorraine 2019 » au centre de recherche d’IS Groupe le 2 décembre dernier. « Par ce choix, le jury a voulu mettre en lumière un acteur économique qui, en installant ses plateformes technologiques sur ses sites mosellans de Goin, Saint-Avold et Yutz a favorisé la constitution en Lorraine d’une filière de recherche reconnue », détaille le Cercle économique fondé en 2004.
Avec plus de 1.000 collaborateurs dans le monde, le français IS Groupe apporte aux industriels ses solutions en matière de conception, de fabrication et de maintenance d’équipements.
Les quatre autres nominés étaient le spécialiste des enduits et colles pour le bâtiment Semin, le Parc animalier de Sainte-Croix et la start-up Divacore.

 L’italien Fila sur le point d’acquérir les papiers haut-de-gamme Arches®

Le papier Arches® a eu la préférence de Van Gogh, Matisse, Chagall, Picasso ou encore Dali et Warhol. D’ici le premier trimestre 2020, l’activité de fabrication de ce papier haut-de-gamme sur le site du groupe  finlandais Ahlstrom-Munksjö à Arches (Vosges) devrait être rachetée par le groupe italien Fila, propriétaire notamment de la marque Canson. Le procédé de fabrication avec des fibres de coton a fait la réputation de l'entreprise depuis plus d’un demi-millénaire. Il occupe actuellement 60 salariés sur les 470 de la papeterie.
Le protocole d'accord signé fin octobre entre le groupe transalpin et le papetier finlandais estime la valeur de cette branche à 44 millions d’€. Il prolonge l’accord de distribution paraphé en avril 2019 par lequel Fila a obtenu la distribution mondiale exclusive à partir de janvier 2020.

Pour Massimo Candela, PDG de Fila, « l'intégration de la marque Arches® au sein du portefeuille du groupe devrait encore renforcer sa position comme chef de file reconnu dans le secteur des beaux-arts. » Fila emploie 9.500 personnes dans le monde pour un chiffre d’affaires de plus de 600 millions d’€ en 2018.

polevehiculedufuturtexte


• Davantage d’ingénieurs formés par l’apprentissage dans l’industrie lorraine

enim
Les étudiants ont la possibilité de décrocher les diplômes d’ingénieurs par la voie de l’apprentissage dans six écoles de Lorraine, notamment à l’Enim qui forme des ingénieurs en mécanique et production. ©Philippe Bohlinger

La voie de l’apprentissage séduit de plus en plus d’élèves ingénieurs en Lorraine. L’Union des Industries et Métiers de la Métallurgie de Lorraine (UIMM Lorraine) en a fait le constat à l’occasion de la rentrée 2019-2020. Les effectifs du dispositif copiloté par son pôle formation, l’ITII Lorraine (Institut des Techniques d’Ingénieur de l’Industrie lorraine), et six écoles d’ingénieurs ont progressé de 25% pour atteindre 485 étudiants.
« La formation d’ingénieur par la voie de l’apprentissage constitue une réelle valeur ajoutée pour l’apprenti et l’entreprise. Cette dernière peut confier à l’élève ingénieur un projet sur trois ans au sein d’une équipe. L’apprenti peut ainsi s’approprier la culture industrielle et devient également un collaborateur à part entière de la société », se félicite le pôle formation de l’UIMM Lorraine.
Les étudiants ont la possibilité de décrocher les diplômes d’ingénieurs proposés à Metz et Nancy par l’Enim (mécanique et production), le Cesi (ingénieur généraliste), l’Insic (conception), Télécom Nancy (numérique), le Conservatoire des Arts et Métiers (usine du futur, conception/exploitation d’équipement) et l’Ensem (énergie).

 

Kremernouvellepub



• « Pierre Dap, Une volonté lorraine », un ouvrage sur le parcours d’un autodidacte

dap

L’ouvrage paru en novembre dernier chez Indola Éditions, sous la plume d'Aziz Mébarki et Fabrice Barbian, rend hommage à l’ancien directeur-général de la Banque Populaire de Lorraine passé également par la présidence du conseil économique et social régional. « Pierre Dap, une volonté lorraine » salue le parcours de cet homme qui vient d’avoir 90 ans, fils d’ouvrier-paysan, entré comme apprenti à l’agence Banque Populaire de Sierck en Moselle. I
Pierre Dap a gravi un à un les échelons jusqu’à prendre pendant 21 ans les rênes de la Banque populaire de Lorraine dont le périmètre s’est élargi depuis à la Champagne et à l’Alsace. « Il a plus que dirigé la BPL : il l’a développée, informatisée et modernisée, incarnée avec son éthique du travail et du mérite », souligne dans la préface de l’ouvrage, François Villeroy de Galhau, gouverneur de la Banque de France.
Nommé président du conseil économique et social de Lorraine en 1986, un poste qu’il occupera pendant 15 ans, Pierre Dap devra affronter la terrible crise sidérurgique des années 1980. Roger Cayzelle qui lui succèdera, retient notamment le volontarisme dont il a fait preuve pendant cette période.

Commentez !

Combien font "8 plus 10" ?