Week-end de l'autre côté du Rhin

Publié par Christiane Perruchot, le 25 janvier 2013
Le chateau depuis la Karlsplatz, dans la vieille ville où se tient traditionnellement le marché de Noël.
Le château d'Heidelberg vu depuis la Karlsplatz, dans la vieille ville où se tient traditionnellement le marché de Noël.

 ANNIVERSAIRE. Célébré cette semaine aux plus hauts sommets des États français et allemand, le 50ème anniversaire du traité de l'Elysée donne l'occasion à Traces Ecrites News d'évoquer autrement les relations de part et d'autre du Rhin, sous un angle touristique.

Singulier parti pris pensez-vous, car l'Allemagne n'a pas la réputation d'une destination touristique, sauf auprès des frontaliers qui s'y aventurent volontiers le temps d'un week-end.

Et pourtant, elle abrite quelques pépites patrimoniales et culturelles, comme Heidelberg dont nous vous convions à partager la plaisante découverte.

Cliquez sur les photos pour les agrandir.

A un peu plus de deux heures de la frontière alsacienne, Heidelberg surprend d'abord par les chiffres. Avec 3 millions de touristes par an, cette ville du Bade-Wurtemberg figure dans le hit-parade des villes allemandes les plus visitées. On ne s'en étonne pas…

On y vient par cars entiers pour visiter le château ou plutôt ses ruines. Résidence du prince électeur Charles Théodore à l'époque du Saint-Empire romain germanique, l'édifice a une histoire aussi tourmentée que les eaux du Neckar qui coulent 70 mètres en contrebas.

Bâti au Moyen-Age, il a été plusieurs fois démoli sans avoir jamais été complètement reconstruit, ce qui en fit au 19ème siècle, l'un des symboles du romantisme allemand.

Deux siècles plus tard, elle inspire les photographes quand le temps s'y prête… Les parties Renaissance se dressent saillantes au-dessus de la vallée du Neckar et les tours du Moyen-Age s'accrochent tant bien que mal à l'édifice.

La maison du drapier Charles Belier (1592) a échappé à la destruction d'Heidelberg ordonnée par Louis XIV qui revendiquait le Palatinat.
La maison du drapier Charles Belier (1592) a échappé à la destruction d'Heidelberg ordonnée par Louis XIV qui revendiquait le Palatinat.

20% d'étudiants étrangers

Curiosité : le château renferme le plus grand tonneau du monde.  Construit avec 130 troncs de chêne, long de plus de huit mètres et large de sept mètres, il peut contenir un volume de 221 726 litres.

Il y a longtemps que l'on y conserve plus de vin. La petite histoire dit que l'on a jamais su le vider complètement des lies qui stagnent au fond.

Dans la vallée, la vieille ville aux ruelles étroites grouille de terrasses de café, de restaurants et de bistrots (1). On le doit autant aux étudiants qu'aux touristes. L'université d'Heidelberg compte près de 28 000 étudiants.

Le maintien de la faculté des lettres dans la vieille ville et la présence d'une importante communauté d'étudiants étrangers explique cette ambiance.

La plus ancienne université d'Allemagne aime à rappeler le nom d'étudiants et professeurs célébres, les philosophes Hegel et Karl Jaspers ou encore Max Weber, l'un des fondateurs de la sociologie moderne.

Aujourd'hui, c'est la physique et la philo qui attirent le plus d'étudiants étrangers (20% de l'effectif), américains et asiatiques, constate t-on en se promenant dans les rues où les amateurs de patrimoine se promènent le nez en l'air. Façades et clochers ont de quoi assouvir leur passion de l'histoire.

Le chateau : seules les façades Renaissance tiennent encore debout.
Le château : seules les façades Renaissance tiennent encore debout.

Le 50ème anniversaire du traité de l'Elysée dans l'Est

Le 50ème anniversaire du traité de l'Elysée (2) suscite des manifestations un peu partout dans l'est, en particulier dans les villes où les jumelages franco-allemands sont dynamiques.

- Premier rapprochement entre une ville française et une ville allemande, Montbéliard (Doubs) et Ludwisburg, dans le Bade-Wurtemberg commémorent l'événement ce samedi 26 janvier dans la cité des Princes : concerts, exposition De Gaulle-Adenaueur, spectacles.

Annoncé dans un premier temps, Wolfgang Schläuble, ministre fédéral des Finances allemand ne sera finalement pas aux côtés de Pierre Moscovici, ministre de l’Economie et des Finances et ancien président de la communauté d'agglomération de Montbéliard, et des élus de Ludwigsburg, pour la cérémonie au monument aux morts et le baptême du gymnase André Boillat (à 10h).

- Premier jumelage entre régions, en 1962, celui de Bourgogne avec le Land de la Rhénanie-Palatinat, suscite conférences et rencontres conviviales jusqu'en juillet. www.maison-rhenanie-palatinat.org

- A Besançon, l'UFR Sciences du langage, de l’homme et de la société et l'UFR  d'allemand organisent une conférence Les récents débats de société en Allemagne 
avec Gabriele Padberg,
maître de conférences à l’Université de Franche-Comté,
 le mercredi 30 janvier 2013 à 18h
, amphi Petit, faculté des lettres, 30 rue Mégevand. Thèmes abordés : Le fonctionnement de la démocratie, le fédéralisme : atout ou handicap ?
 et quel rôle pour le Président ?
 Les problèmes de société : l’équité du système scolaire 
et la fin de l'état providence ? (1) Celui qui nous a le plus plu est aussi l'un des plus anciens : Schnoofeloch, Haspelgasse 8, dans le quartier de la mairie. (2) Le traité de l'Elysée est un traité bilatéral entre la République fédérale d'Allemagne et la République française signé au palais de l'Elysée le 22 janvier 1963 par le chancelier allemand Konrad Adenauer et le président français Charles de Gaulle, scellant les bases d'une réconciliation entre les deux pays.

En savoir plus :

http://www.heidelberg-marketing.de/2/content/index_fra.html http://www.heidelberg-schloss.de/

Roger Martin BTP
Article classé dans : Evasion

Mots-clés : Montbéliard, Bourgogne, tourisme, Bade-Wurtembrg, Rhénanie-Palatinat

Découvrez également les articles associés :

Les Fonctionnaires, épisode du tome 5 :  on est pas le chef pour rienLes Fonctionnaires, épisode du tome 5 : on est pas le chef pour rien
La fromagerie Schertenleib, dernière entreprise familiale productrice de fromage de LangresLa fromagerie Schertenleib, dernière entreprise familiale productrice de fromage de Langres
Plus grande ville fortifiée d'Europe, Langres vante sa Renaissance jusqu'à l'automnePlus grande ville fortifiée d'Europe, Langres vante sa Renaissance jusqu'à l'automne
Le Crémant de Bourgogne fait mousser sa montée en gamme avec une grande dégustation le 10 mars à DijonLe Crémant de Bourgogne fait mousser sa montée en gamme avec une grande dégustation le 10 mars à Dijon

2 réponse(s) à "Week-end de l'autre côté du Rhin"

  1. Christiane Perruchotdit :

    Bonjour, Voici les informations que vous avez demandées sur la fréquentation touristique en Allemagne. En 2011, le nombre de touristes étrangers atteignait plus de 28,3 millions de personnes. Le classement par nationalité est : 1. Pays-Bas (4.035.783), 2. Suisse (2.301.482), 3. États-Unis (2.163.759). Les touristes français n'arrivent qu'à la 7ème place (1.462.096). Merci pour votre fidélité.

  2. Guyarddit :

    "l’Allemagne n’a pas la réputation d’une destination touristique" écrivez vous. Auriez vous des chiffres sur la fréquentation touristique de ce pays, si possible globalement et par nationalité des visiteurs. Je me demande si l'on ne verrait pas que les français manquent de curiosité pour ce pays qui est pourtant notre premier partenaire commercial d'une part et qui a joué un grand rôle dans les sciences et les lettres. Bien à vous,

Commentez !


Combien font "3 plus 5" ?

Envoyer votre commentaire