Week-end à Budapest, capitale de la Hongrie

Publié par Traces Ecrites News, le 12 novembre 2010

Avant-propos. Les journalistes de Traces Écrites News inaugurent une nouvelle rubrique sur leur site d’information, baptisée Évasion. Son but, vous proposer une peu de détente sur un week-end prolongé de trois jours.

Première destination : Budapest, la capitale de la Hongrie.

Déjà, un tuyau de première main : réservez votre billet d’avion et laissez-vous guider sur place par Suzanne Cseh (lui écrire : cseh.zsuzsa@t-online.hu) qui organisera votre séjour. Cette guide conférencière, parfaitement bilingue, offre, en autres avantages, de parfaitement connaître son sujet et de vous éviter l’attrape touristes classique lorsque l’on ne connaît pas sa destination.

Faites-lui confiance pour réserver un hôtel sympa et en ville : http://www.gerloczy.hu/rooms_delux/, loin de ces établissements de chaînes, et dénicher des petits restaurants - on mange très bien en Hongrie -, comme des endroits pour sortir le soir, plus authentiques, voire insolites.

Et puis, laissez-vous faire.

Bienvenue à Budapest !

En route déjà pour Buda, perchée sur sa colline qui domine le beau Danube bleu, pas toujours très bleu d’ailleurs ici. Le quartier du Château, accessible par un funiculaire et inscrit au patrimoine mondial de l’Unesco, est l’ancienne ville administrative. Tous les occupants : Turcs, Autrichiens (les Habsbourgs), Allemands et Russes y élirent domicile. On peut y voir de très nombreux monuments, transformés pour la plupart en musées. On peut surtout admirer le panorama grandiose sur Pest, juste en face sur l’autre rive du Danube. N’hésitez pas à vous promener dans les petites rues alentour avec leurs maisons baroques.

Édifiée sur d’anciens marais, Pest est la vraie ville magyare. Son urbanisme est organisé en de larges avenues, comme l’avenue Andrassy, la plus connue, dont le sous-sol accueille le premier métro d’Europe, construit par les Français, et au charme si désuet. Au bout, l’incontournable Place des Héros qui célèbre en arc de cercle les 14 chefs de tribus et rois ayant chacun contribué à l’avènement de la nation magyare. Préférez peut-être découvrir quelques quartiers de Pest, comme le quartier Juif : s'attarder aux halles centrales sur deux niveaux et surtout aller à la rencontre de l’Art Nouveau hongrois. Les amateurs du genre seront comblés du nombre de façades aux enduits colorés, agrémentés de fresques, mosaïques et motifs stylisés ou orientaux.

Toujours à Pest, quelques heures de trempette vous feront le plus grand bien. Direction les Bains Szecheni, les plus grands d’Europe au décor néo-baroque. Ici, été comme hiver, des joueurs d’échecs livrent des parties sans fin dans l’eau fumante. Des puits artésiens la capte jusqu’à 970 mètres de profondeur. Il faut y rester au moins trois heures pour essayer les nombreux saunas et bassins étuves. On en sort ragaillardi, propre comme un sou neuf et surtout : heureux !

Derniers coups de cœur : une croisière de nuit sur un bateau promenade. Faites toutefois attention car la plupart des formules proposées incluent le repas et une animation dansante pour Américains en goguette. À fuir ! La encore demandez à Suzanne.

Le château de Gödölö, petit palais ou la reine Élisabeth, dite l’impératrice Sissi, aimait à séjourner lors de ses nombreuses visites en Hongrie, pourrait achever idéalement votre séjour. Situé non loin de Budapest, on appréciera son style baroque, son parc et le petit théâtre saisonnier. Les Russes et, c’est encore visible pour quelques dépendances, l’ont laissé dans un état déplorable.

Voilà, bon séjour si vous le souhaitez et à une prochaine idée de voyage.

Pour contacter Suzanne : cseh.zsuzsa@t-online.hu

Merci à DijonCongrexpo, organisateur de la foire de Dijon, qui accueillait pour son édition 2010 la Hongrie comme hôte d'honneur, de nous avoir facilité la découverte de Budapest et de ses environs.

Impressions de Hongrie

Jusqu’au 21 novembre de 10h à 13h et 14h à 19h au Palais des Etats (Hôtel de ville) de Dijon, allez donc visiter l’exposition photographique de Philippe Maupetit, tirée de son dernier ouvrage : Impressions de Hongrie (texte ciselé de Françoise Monnier).

Ce photographe, aujourd’hui indépendant, propose son regard sur le pays.

Avec lui, pas de mise en scène ou de composition. Tout est pris sur le vif, au plus proche des gens, des choses, des éléments, avec souvent beaucoup d’humour, un rien de mélancolie et un sens de l’esthétisme qui associe technique et talent.

Impressions de Hongrie de Philippe Maupetit, en vente au prix de 22 euros. Dans la même collection et du même auteur, le Maroc, le Mexique, la Chine, l’Espagne, le Liban, la Thaïlande et la Grèce.

Site : www.photo-maupetit.com, email : ph.maupetit@orange.fr

Crédit photo: Traces Écrites et Philippe Maupetit

Roger Martin BTP
Article classé dans : Evasion

Mots-clés : 

Découvrez également les articles associés :

Le musée des Maisons comtoises de Nancray raconte la vie paysanne d'hier et de demain jusqu'aux portes de l'AlsaceLe musée des Maisons comtoises de Nancray raconte la vie paysanne d'hier et de demain jusqu'aux portes de l'Alsace
Les Fonctionnaires, épisode du tome 5 :  en vous souhaitant une très bonne réception et un bon courageLes Fonctionnaires, épisode du tome 5 : en vous souhaitant une très bonne réception et un bon courage
La fromagerie Schertenleib, dernière entreprise familiale productrice de fromage de LangresLa fromagerie Schertenleib, dernière entreprise familiale productrice de fromage de Langres
Plus grande ville fortifiée d'Europe, Langres vante sa Renaissance jusqu'à l'automnePlus grande ville fortifiée d'Europe, Langres vante sa Renaissance jusqu'à l'automne

1 réponse(s) à "Week-end à Budapest, capitale de la Hongrie"

  1. guy gillotdit :

    Bravo pour le bon choix de Congrexpo ! La Hongrie est trés intéressante comme votre article le démontre bien . Mais c'est aussi un pays important pour "les séniors". Les chars Russes à Budapest en 1956... La victoire des footballeurs allemands à la Coupe du Monde en 1954 alors qu'il est maintenant officiel qu'ils s'étaient drogués pour battre les Kocsis, Czibor et Puskas qui firent les beaux jours du Réal de Madrid avec..., notre Kopa! Merci de l'article !

Commentez !


Combien font "1 plus 2" ?

Envoyer votre commentaire