Wattwiller, une eau pure qui le vaut bien

Publié par Christian Robischon, le 19 juin 2012

AGROALIMENTAIRE. La pureté a son prix : la dizaine de centimes qui sépare le pack de six bouteilles d’1,5 litre de Wattwiller des marques concurrentes des géants de l’eau.

Portrait du minéralier alsacien qui privilégie le haut de gamme, aujourd’hui filiale du groupe belge Spadel.

Cliquez sur les photos pour les agrandir.

«Sur ce marché hyper disputé, il faut se distinguer. Nous, nous avons choisi le positionnement premium», décrit Valérie Siegler, responsable du marketing chez Watwiller, minéralier du Haut-Rhin implanté dans la commune éponyme.

Le tarif un peu plus cher trouve plusieurs justifications : un packaging particulièrement soigné et résistant, l’utilisation d’un plastique PET vierge sans recours au recyclé, et surtout les caractéristiques mêmes de l’eau.

Puisée dans le Parc naturel des Ballons des Vosges - ce qui l’oblige à des contraintes particulières de protection - elle en ressort avec une pureté exceptionnelle que nul ne peut lui contester.

Explication géologique : la zone de captation se trouve sous une couche argileuse qui l’enveloppe d’un véritable cocon anti-impuretés.

Ces conditions naturelles font de Wattwiller l’une des eaux les moins minéralisées de France, à  zéro nitrate et au taux de sodium exceptionnellement bas de 3 milligrammes par litre.

«Au final, l’eau a un goût neutre particulièrement apprécié du consommateur», expose Valérie Siegler.

Fort bien, mais ce consommateur est-il prêt à payer plus ?

La réponse n’a pas toujours été oui ces dernières années. Wattwiller a subi l’assaut du discount, des carafes filtrantes et des eaux municipales devenues «de source» et mises en bouteille, une tendance qui a eu le don d’irriter ses dirigeants à ses débuts.

Et la crise économique a incité le consommateur à surveiller son portefeuille de plus près pour les dépenses courantes.

Mais les choses reviennent dans le bon ordre. En 2011, Wattwiller a enregistré une croissance de près de 10 %, à 13 millions d’€ de chiffre d’affaires.

«Le phénomène des carafes filtrantes s’est stabilisé. La plupart des consommateurs mixent eau du robinet / eau minérale et peu d’entre eux sont des exclusifs de l’une ou de l’autre», observe la responsable du marketing.

Une marque nationale

S’il est un point sur lequel la PME reste dans le moule, c’est celui de la distribution : comme toutes les marques, elle écoule 80 % de ses volumes en hyper et supermarchés. Elle est référencée dans toutes les grandes enseignes, et partout en France.

Cette dernière précision n’est pas anodine, car l’entreprise alsacienne de 45 salariés s’est un temps posé la question d’un recentrage sur l’Est. Elle a fait le choix de rester nationale, et son retour à la télé avec une campagne pub cet été sur France Télévisions l’atteste.

Mais l’Est reste logiquement son fief.  Sa part de marché en valeur (rappelons que Wattwiller se vend un peu plus cher que ses concurrents) atteint 7 % dans l’ensemble Alsace-Lorraine-Champagne Ardenne.

«C’est en Alsace que nous proposons la gamme la plus étendue, avec la bouteille 50 centilitres et les gazeuses rouge et verte d’un litre lancées en 2008. En national, nous nous centrons sur l’eau plate en 1 litre et en 1,5 litre, le best-seller», décrit Valérie Siegler.

On peut aussi trouver Wattwiller en bouteille de verre bien soignée, pour l’essentiel en restaurants et points de vente haut de gamme. Sur Internet aussi, par le référencement sur plusieurs sites d’e-commerce qui renforcent le positionnement premium.

Les adeptes de Wattwiller par le web se recrutent d’abord dans les catégories socio-professionnelles supérieures.

Et si vous avez la chance ou les moyens de fréquenter les hôtels-restaurants haut de gamme et les épiceries fines du Moyen-Orient et au Japon, vous pourrez aussi y croiser l’eau alsacienne.

La société officiellement dénommée «Grandes Sources de Wattwiller» est née dans sa version contemporaine en 1993, de la volonté de François Schneider.

Enfant du pays, cet  homme de publicité - mais pas pour lui, il fuit toute médiatisation ! - féru d’art contemporain a investi dans la renaissance de cette eau et son insertion dans les circuits modernes de distribution.

Il est aussi connu pour avoir créé le Domaine de Roncemay, producteur de confitures dans l’Yonne. François Schneider a cédé Wattwiller en 2004 à Spadel, groupe belge leader de l’eau dans son pays avec ses marques Spa et Bru.

Le scénario était inéluctable sur ce marché si concentré. Mais il préserve incontestablement l’âme de la PME alsacienne. Actionnaire lui-même familial, Spadel laisse toute son autonomie d’action à sa filiale.

Crédit photo: Watteviller



Roger Martin BTP
Article classé dans : Entreprises

Mots-clés : Alsace, Haut-Rhin, Watteviler, eau minérale, Spadel

Découvrez également les articles associés :

Les frères Allemandou inaugurent avec Frapak leur seconde usine de plasturgie à Sens en association avec Marjolein PutterLes frères Allemandou inaugurent avec Frapak leur seconde usine de plasturgie à Sens en association avec Marjolein Putter
En Moselle, Laboratoires Lehning inaugure un investissement de 12,4 millions d’€En Moselle, Laboratoires Lehning inaugure un investissement de 12,4 millions d’€
La brasserie familiale alsacienne Meteor met la huitième génération aux commandes de ses cuves La brasserie familiale alsacienne Meteor met la huitième génération aux commandes de ses cuves
François Labet, le bien né et bien éduqué vigneron du Château de la Tour au sein du domaine du Clos de VougeotFrançois Labet, le bien né et bien éduqué vigneron du Château de la Tour au sein du domaine du Clos de Vougeot

3 réponse(s) à "Wattwiller, une eau pure qui le vaut bien"

  1. HENDRICKXdit :

    BONSOIR EFFECTIVEMENT ELLE EST PLUS CHERE QUE LES AUTRES MARQUES MAIS ELLE ME CONVIENT TRES BIEN CAR POUR MOI ELLE EST LA SEULE A REPONDRE A MES BESOINS AVEC SON TAUX DE SODIUM TRES BAS. PAR CONTRE JE NE LA TROUVE PAS FACILEMENT DANS MES HYPERS DE RAMBOUILLET MEME CARREFOUR SONT SOUVENT EN RUPTURE. ACTUELLEMENT JE NE LA TROUVE QUAND BOUTEILLE DE 1L AVEC UN PRIX ELEVE. QUELS SONT LES HYPERS QUI ONT CETTE EAU EN PERMANENCE ? MERCI D AVANCE POUR VOTRE REPONSE. SALUTATIONS SYLVIE HENDRICKX

  2. Serge Ferrini architectedit :

    Bonjour, bel article ... belles photos ... dommage que l'architecte ne soit pas cité (avec la photo de l'usine); ça coûte pas grand chose et ça fait toujours plaisir, ni l'hydrogéologue André Lamothe à l'origine du renouveau de l'eau de Wattwiller qui a permis à Mr Schneider de réaliser ce bel investissement ... Amicalement, Serge Ferrini.

  3. fredodit :

    histoire d'eau !

Commentez !


Combien font "9 plus 8" ?

Envoyer votre commentaire