Vieille Matériaux lance un monobloc de chanvre pour un nouveau système constructif

Publié par Monique Clémens, le 03 mars 2016

BÂTIMENT/DOUBS. Vieille Matériaux parie sur un concept innovant d’assemblage mécanique et sans colle de monoblocs de chanvre et a investi dans une usine dédiée, à Merey-sous-Montrond, près de Besançon.
Conçu par un artisan du Doubs, dont le brevet a été racheté par le groupe Vicat, partenaire industriel de Vieille Matériaux pour ce projet, Biosys est un produit régional, biosourcé, affichant de très belles performances techniques et s’inscrivant dans la tendance actuelle des produits propres et naturels.
L’investissement industriel se monte à 1,8 million d’€ et les premières pré-séries sont attendues mi-mars.

 

vieillebeton
Conçu pour les murs extérieurs de constructions d’un seul étage, le bloc de chanvre pourrait ensuite être décliné pour les cloisons intérieures, l’isolation du sol, et pour des bâtiments de plusieurs niveaux.

 

Encore vide mais terminée, affichant une surface au sol de 7 000 mètres carrés, l’usine de Merey-sous-Montrond (Doubs) est sortie de terre fin 2015 et doit accueillir sa pièce maîtresse d’ici quelques jours. « La presse qui compactera le chanvre sera installée par le toit et occupera toute la hauteur du bâtiment » explique Nicolas Guillaume, le responsable du projet chez Vieille Matériaux.


Implantée à Etalans, près de Besançon, l’entreprise familiale de négoce et de fabrication de matériaux de construction, qui emploie 45 salariés, réalise près de 19 millions d'€ de chiffre d'affaires et dispose d’un site de production de produits béton préfabriqués sur cette zone industrielle qu’elle partage avec les carrières Bonnefoy depuis 1987, a choisi de miser gros sur le concept de monobloc de chanvre et sans colle d’un artisan du Doubs, Damien Baumer.


Vieille Matériaux s’apprête à exploiter son brevet avec le groupe cimentier français Vicat, son fournisseur de liant et, pour le coup, son partenaire industriel. Car Sébastien Vieille, le P-DG, a détecté un vrai potentiel dans ce produit baptisé Biosys : il est à la fois « écologique, biosourcé, affichant des vraies performances thermiques comme phoniques et pouvant s’inscrire dans une filière de production locale ».

 

Eurochanvre fournit la matière première

 

eilleusine
L'usine dédiée à la production de blocs de chanvre dans la zone industrielle d'Etalans, près de Besançon.

 

Un produit « unique au monde », estime-t-il. Le chanvre n’est pas nouveau dans la construction, mais ce type d’assemblage mécanique et sec, avec un système d’emboîtement original, sans colle ni composés organiques volatils (COV), serait donc une première.

 

Arrivé en octobre pour piloter ce projet ayant nécessité un investissement total d’1,8 million d’€ - avec des aides des collectivités locales - Nicolas Guillaume est sur tous les fronts. Avant de constituer l’équipe commerciale qui communiquera sur le concept, dans les semaines qui viennent, il surpervise la bonne installation de l’outil de production qui va soumettre le chanvre, ou plutôt la chènevotte (le pied de la plante), à une forte compression, ce qui lui conférera sa résistance mécanique et ses excellentes qualités d’isolation.


L’entrepreneur fait aussi le lien avec Eurochanvre, l’entreprise de Gray (Haute-Saône) alimentée par 120 agriculteurs de Bourgogne - Franche-Comté et qui attend le démarrage de la fabrication avec impatience.

 

« Ils sont dans les starting blocks. » Et il est en contact permanent avec Vicat pour les avis et la validation technique ainsi que les tests en laboratoire. « Avec Vicat, qui fournit le liant et qui a racheté le brevet, nous avons un contrat d’exclusivité de cinq ans pour une fabrication sous licence », explique Nicolas Guillaume. « Le produit est nouveau, le métier est nouveau, il y a de gros enjeux mais aujourd’hui, lorsque Sébastien Vieille évoque son projet chez les professionnels, tout le monde est en attente. »


exercice_illegal_boucle

 

Le monobloc de chanvre a de vrais arguments techniques : monomasse, une résistance thermique de niveau 4,6 et une absorption acoustique avec affaiblissement de 43 (décibels (dB), il assure une régulation hygrométrique, stocke le CO2, résiste au feu et n’émet aucune substance. « Et c’est un produit complet, ne nécessitant pas d’isolation complémentaire, ce qui permet de gagner des mètres carrés. Le mur fait 30 cm d’épaisseur et il est juste recouvert d’un enduit à la chaux à l’intérieur et à l’extérieur. »


Last but not least : le chanvre est un matériau bio-sourcé, qui ne nécessite ni désherbant, ni irrigation, ni produit phytosanitaire, et bénéficie donc d’un impact écologique très faible. Enfin, mélangé à du ciment prompt, sans adjuvant, il pèse deux fois moins lourd qu’un matériau classique, ce qui réduit encore son empreinte écologique.


D’abord conçu pour les murs extérieurs de constructions d’un seul étage, Biosys pourrait ensuite être décliné pour les cloisons intérieures, l’isolation du sol, et pour des bâtiments de plusieurs niveaux. Mais chaque chose en son temps. En attendant, à la COP21, où le produit a été présenté, il a fait son petit effet… Les premières pré-séries sont prévues mi-mars.

 

banquepopulaire

 

vieilledirigeantQui est Nicolas Guillaume ?

 

Lorsqu’il a vu l’offre d’emploi de Vieille Matériaux pour un spécialiste du chanvre dans la construction, Nicolas Guillaume n’a pas hésité. Sa lettre de motivation tenait en deux lignes mais elle a fait mouche : le poste était fait pour lui.

Acheteur de formation, il avait d’abord travaillé dans la sous-traitance automobile dans le Jura avant de revenir du côté de Besançon, et plus précisément chez Bonnefoy TP, ce qui lui a permis de mettre un premier pied dans le monde du bâtiment.
« J’aime le côté technique, le côté moutons à cinq pattes du secteur », dit-il. Il a ensuite basculé côté commercial chez Point P, dans le Pays de Montbéliard, puis au début des années 2000 chez BCB, à Châtillon-le-Duc, dans l’agglomération bisontine, spécialiste du béton… de chanvre !
Devenu responsable commercial pour le Grand Est, il s’est peu à peu imposé comme spécialiste de ces produits. Entrepreneur, il avait ensuite crée Naturéa, sa propre société de négoce en matériaux naturels, dont le chanvre, encore, sous forme d’une société coopérative ouvrière de production (Scop), fragilisée par la crise du secteur.
Un parcours qui lui a valu la confiance du P-DG de Vieille Matériaux, qui lui a confié les clés du projet. Lucide, Nicolas Guillaume sait que tout est à faire, mais le chantier le passionne. « On s’approche de la vérité du marché futur », estime-t-il. « C’est une des réponses possible. »



Roger Martin BTP
Article classé dans : Innovation

Mots-clés : Besançon, Haute-Saône, Doubs, Investissement, chanvre, construction, Gray, isolation thermique des bâtiments, Vieille Matériaux, Vicat, Eurochanvre

Découvrez également les articles associés :

Hydroprocess s’arme pour conquérir un marché mondialHydroprocess s’arme pour conquérir un marché mondial
Le Vosgien In’Bô veut fabriquer deux fois plus de lunettes... en boisLe Vosgien In’Bô veut fabriquer deux fois plus de lunettes... en bois
Automotive Performance Materials ajoute du chanvre aux tableaux de bord des voituresAutomotive Performance Materials ajoute du chanvre aux tableaux de bord des voitures
Les Grandes Sources de Wattwiller se recentrent sur la FranceLes Grandes Sources de Wattwiller se recentrent sur la France

Commentez !


Combien font "9 plus 1" ?

Envoyer votre commentaire