Vente-Privée implante bien sa logistique vin à Beaune

Publié par Didier Hugue, le 25 septembre 2013
Le bâtiment du groupe Tresh que la société de e-commerce Vente-Privée acquiert à Beaune.
Le bâtiment du groupe Tresh que la société de e-commerce Vente-Privée acquiert à Beaune.

E-COMMERCE. Le soldeur en ligne par le biais de ventes événementielles rachète au groupe Tresch un bâtiment de 10 000 m2 à Beaune (Côte-d’Or) pour mieux fluidifier toute sa logistique viticole.

Cette implantation pourrait créer de 50 à 100 emplois et représenter jusqu’à 4 millions d’€ d’investissement.

Cliquez sur les photos pour les agrandir.

Vente-Privée (Relire notre article du lundi 20 septembre en cliquant ici), spécialiste du déstockage de produits de marque sur Internet, va acquérir à Beaune (Côte-d’Or) un bâtiment de près de 10 000 m2 auprès du groupe viticole Tresch et situé en façade de l'autoroute A6.

Un compromis de vente, signé entre notaires, sera conclu ces trois prochains jours et vraisemblablement demain mercredi.

Grâce à cette opération, l’entreprise de e-commerce (1,3 milliard d’euros de chiffre d’affaires global, 22% de croissance annuelle et plus de 1800 collaborateurs), fondée en 2001 par Jacques-Antoine Granjon, améliorera sa logistique pour le vin, produit pour lequel elle revendique la place de leader sur la toile.

De sources beaunoises et parisiennes, officieuses et concordantes, Vente-Privée investirait jusqu’à 4 millions d’€ pour réagencer et équiper le site et pourrait recruter de 50 à 100 personnes à terme.

L’information n’a été confirmée ni démentie par le soldeur en ligne qui ne souhaite faire aucun commentaire, mais elle est devenue un secret de polichinelle dans la capitale des vins de Bourgogne.

Un projet de base logistique plus importante

logo Vente privéeAvec 18 millions de membres acheteurs potentiels à l’occasion de ses ventes événementielles, Vente-Privée pèse lourd dans le secteur du e-commerce. Au point de presque saturer sa petite dizaine d’entrepôts logistiques en France.

D’où le projet plus important d’implanter une nouvelle plate-forme d’au moins 40 000 m2 dans l’Est ou le Nord, de nature à créer plusieurs centaines d’emplois.

Une rencontre entre Jacques-Antoine Granjon et Arnaud Montebourg a eu lieu cet été pour évoquer ce développement logistique d’une cinquantaine de millions d’€.

Ancien député et président du conseil général de Saône-et-Loire, le ministre du Redressement Productif verrait d’un très bon œil une localisation dans son ancien fief électoral.

La ville de Chalon-sur-Saône, éligible à la prime d’aménagement du territoire (PAT), et qui accueille déjà un site d’Amazon est candidate. Beaune qui s’est fait souffler la politesse sur ce dossier par sa consoeur bourguignonne toute proche, aussi.

Selon un contact, proche du ministère de l’Économie et des Finances et qui souhaite l’anonymat, la concurrence serait toutefois très vive avec d’autres agglomérations, notamment en Lorraine mais également à l’étranger.

Notre interlocuteur évoque à ce propos un pays du Benelux, « très généreux en matière de subventions et de défiscalisation ».

Le choix définitif ne devrait pas intervenir avant plusieurs mois et reste à savoir si la Bourgogne pourra gagner sur les deux tableaux.

Crédit photo Tresch : Traces Ecrites



Roger Martin BTP
Article classé dans : Entreprises

Mots-clés : Vin, Beaune, logistique, implantation, e-commerce, Vente-Privée

Découvrez également les articles associés :

Habitué de Micronora, le spécialiste franc-comtois des outils coupants Diamac joue dans la cour des grandsHabitué de Micronora, le spécialiste franc-comtois des outils coupants Diamac joue dans la cour des grands
Pourquoi SEB lance la vente à domicile d’appareils de cuisson haut de gamme depuis son berceau bourguignon de SelongeyPourquoi SEB lance la vente à domicile d’appareils de cuisson haut de gamme depuis son berceau bourguignon de Selongey
En Alsace, le plasturgiste EMI démontre les capacités d'une PME à réaliser une usine 4.0 En Alsace, le plasturgiste EMI démontre les capacités d'une PME à réaliser une usine 4.0
Pourquoi Suez et Engie investissent 18 millions d’euros sur le site régional d'enfouissement des déchets de Drambon, en Côte-d'OrPourquoi Suez et Engie investissent 18 millions d’euros sur le site régional d'enfouissement des déchets de Drambon, en Côte-d'Or

Commentez !


Combien font "5 plus 10" ?

Envoyer votre commentaire