Vendangeurs : les étudiants cèdent la place aux chômeurs

Publié par Traces Ecrites News, le 21 septembre 2010

Emploi. Le retour des vendanges à la fin du mois de septembre, après une période précoce ces dernières années, ainsi que la crise, modifient le profil des vendangeurs.

Cette année, il y a moins d'étudiants, sécateur en main, dans les vignobles bourguignons, jurassiens et alsaciens.

Ce travail saisonnier et de courte durée (5-6 jours en général, jusqu'à une douzaine dans les grands domaines) retrouve un regain d'intérêt auprès des demandeurs d'emploi.

«Depuis deux ans, nous avions des difficultés à attirer les chômeurs», indique Jérôme Desblancs, directeur de l'agence de Beaune (Côte-d'Or) de Pôle Emploi qui gère les offres  des viticulteurs de Nuits-Saint-Georges à Santenay. «Aujourd'hui, les personnes sans emploi stable cherchent un complément de revenu», précise t-il.

Pourtant, jusqu'à la veille des vendanges qui battent leur plein cette semaine du 20 septembre, dans la Côte de Beaune, Pôle Emploi enregistrait un déficit d'offres : 3700 en provenance de 500 domaines contre 4500 en 2009.

Plusieurs explications à cela.

Selon l'adage, on ne change pas une équipe qui gagne, beaucoup de domaines réembauchent les vendangeurs de l'année passée.

La mécanisation avance à grands pas dans une région pourtant réticente, il y a peu de temps encore.

Enfin, les petits domaines font les vendanges en famille, avec leurs salariés ou entre amis.

La raréfaction de l'hébergement au domaine -en raison des normes d'hygiène et de sécurité générant des investissements-, contraint aussi les vendangeurs à trouver de la tâche pas trop loin de chez eux, malgré l'organisation de transports (tournées dans le milieu rural ou navettes jusqu'à la gare) chez certains viticulteurs.

La proximité de l'agglomération dijonnaise explique sans doute que l'agence de Chenôve (Côte-d'Or), gestionnaire pour la première fois gère des offres de la Côte de Nuits (de Nuits-saint-Georges à la périphérie de Dijon), a reçu plus de demandes que d'offres. «1146 candidats pour 643 postes à pourvoir», relate Gisèle Grenette, directrice de l'agence.

Celles-ci émanent de 32 domaines de plus de 2 salariés, sachant que la Côte de Nuits est majoritairement constituée de petits domaines tenus uniquement par le propriétaire (ou le couple) contrairement à la Côte de Beaune, terre de plus grandes exploitations qui embauchent jusqu'à une cinquantaine de vendangeurs.

La crise aidant, la vendange très tendance il y a une quinzaine d'années, retrouve donc un regain d'intérêt.

Moins d'avantages en nature

Toutefois, ce travail éreintant ne pratique plus guère les avantages en nature. Les repas en commun, inclus dans le salaire, et mitonnés par les dames du domaine sont de plus en plus rares. «Ce n'est toutefois pas anecdotique dans les plus grands domaines qui veulent apporter de la convivialité», précise le directeur de l'agence de Beaune.

Le plus souvent, les vendangeurs apportent leur casse-croûte. Une solution plus avantageuse quand on sait que 5 à 6 euros peuvent être défalqués du salaire pour le repas et que le tarif horaire est généralement le Smic (8,86 euros).

Et si après la lecture de ces lignes, l'envie vous vient d'apporter votre pierre à l'édifice du millésime 2010, sachez que des recrutements ont toujours lieu les premiers jours de la vendange, à cause de désistements de dernière minute.

Agence de Beaune : Tél. 03 80 25 07 06

Agence de Chenôve: Tél. 03 80 51 77 11

Crédits photos : BIVB / MONNIER H. ; BIVB / GAUDILLERE Th.

www.vins-bourgogne.fr



Roger Martin BTP
Article classé dans : Emploi - Formation

Mots-clés : Franche-Comté, Bourgogne, Alsace, Vin, vendanges

Découvrez également les articles associés :

L’Alsace se dote d’une grande école spécialisée dans les métiers du vinL’Alsace se dote d’une grande école spécialisée dans les métiers du vin
Expérience unique de dégustation à l’École des vins de BourgogneExpérience unique de dégustation à l’École des vins de Bourgogne
Concept Formations délivre les permis de conduire des engins de chantier et de manutentionConcept Formations délivre les permis de conduire des engins de chantier et de manutention
A son second Crunch Time, l’UTBM met à disposition de 50 entreprises, 1700 élèves-ingénieurs pour plancher sur 170 projets d’innovation A son second Crunch Time, l’UTBM met à disposition de 50 entreprises, 1700 élèves-ingénieurs pour plancher sur 170 projets d’innovation

Commentez !


Combien font "8 plus 1" ?

Envoyer votre commentaire