Traces Ecrites News, le club
  • Diamatec
  • Acadir
  • Club Affaire Aire Urbaine
  • Synercom France

VariaPower lève 500 000 euros

Publié par Christiane Perruchot, le 10 juillet 2013
Les trois ingénieurs fondateurs se sont répartis les rôles: Cyril Cloquet (à droite) au commercial, Pierre Azzopardi à l'administration et aux finances et Vincent Revol à la R&D.
Les trois ingénieurs fondateurs se sont répartis les rôles: Cyril Clopet (à droite) au commercial, Pierre Azzopardi à l'administration et aux finances et Vincent Revol à la R & D.

INNOVATION. Pour passer au stade industriel, la start-up bisontine Variapower procède à une nouvelle augmentation de capital.

Inventeur d'un variateur de vitesse mécanique à très haut rendement, le trio de jeunes ingénieurs prépare une levée de fonds pour la fin de l'année.

Cette seconde augmentation de capital en un an a pour objectif de finaliser le prototype d'une des applications les plus prometteuses : le vélo.

Les premières ventes sont espérées pour 2014.

Cliquez sur les photos pour les agrandir.

On appelle cela de la persévérance. Encore étudiants à l'école nationale supérieure de mécanique et des microtechniques (Ensmm) à Besançon, Cyril Clopet et Pierre Azzopardi planchent sur un système de transmission mécanique avec une telle conviction qu'ils en font leur projet de fin d'études, puis, sitôt le diplôme d'ingénieur en poche, transforment l'idée en projet économique à l'incubateur d'entreprises innovantes sur la zone de Temis.

Lui aussi, frais émoulu de l'Ensmm, Vincent Revol rejoint l'équipe qui crée en juin 2011 au sein de la pépinière d'entreprises de Temis Innovation, VariaPower avec un capital de 15 000 €, augmenté en mars 2012 de 150 000 €.

Le trio n'hésite pas à parler de « rupture de technologie ». Grâce à la variation continue, le variateur de vitesse de VariaPower fait fonctionner un moteur à son meilleur rendement tout en éliminant les à-coups lors des changements de rapport.

Sur un vélo, un boîtier compact remplace le dérailleur arrière :  le cycliste choisit le rapport idéal en fonction du relief et de sa forme physique. Plus de déraillement puisqu'il n'y a plus de dérailleur et, précisent les inventeurs, un confort d'utilisation comme le vélo électrique puisque la vitesse est constante.

Tests et mesures sur prototypes ont permis de vérifier un taux de rendement supérieur à 98%, des performances qui ont encore une fois, fait cogiter le trio. Et si le variateur était adapté sur un moteur thermique ou électrique, il entraînerait logiquement une réduction de la consommation d'énergie ?

Première application du variateur de vitesse en continu : le vélo.
Première application du variateur de vitesse en continu : le vélo.

Dernière ligne droite

Bien vu : sur une automobile ou un poids-lourd, il remplace la boîte de vitesse ; sur une éolienne, il entraîne le générateur ; sur une machine industrielle, il permet de dimensionner au plus juste la motorisation.

A ce jour, le vélo est l'application la plus aboutie de ce système breveté.

« Nous sommes en train de travailler avec des fabricants de cycles (NDLR : notamment des bourguignons) », affirme Cyril Clopet.

Grâce à la récente acquisition d'un banc d'essai - prestation jusqu'alors sous-traitée -, des tests sur la durée de vie du matériel sont lancés. La phase préindustrielle devrait être close à la fin de l'année.

La dernière ligne droite avant la commercialisation en 2014 nécessite une nouvelle augmentation de capital. L'appel de fonds auprès d'investisseurs et/ou d'industriels qui devrait internvenir fin 2013, début 2014, tourne autour de 500 000 €.

Elle induit aussi une nouvelle organisation. Les trois ingénieurs qui partagent leur temps entre la mise au point de leur produit et les fonctions régaliennes de l'entreprise (Cyril Clopet au commercial, Pierre Azzopardi à l'administration et aux finances et Vincent Revol à la R&D) s'entourent à la rentrée d'un nouvel ingénieur et d'un apprenti en BTS Conception de produits industriels à Dole (Jura).

La start-up a fait l'unanimité des développeurs locaux. Entre Oséo, le conseil régional de Franche-Comté, le ministère de la Recherche, les fonds européens et le réseau Entreprendre, subventions, prêts et avances remboursables ont atteint près de 500 000 €.

Crédit photos : VariaPower

       

Roger Martin BTP
Article classé dans : Entreprises
Innovation

Mots-clés : Besançon, Franche-Comté, Oséo, Temis, ENSMM, recherche et développement, VariaPower

Découvrez également les articles associés :

Les cours du vin de Bourgogne peuvent-il enfin baisser ce dimanche de la vente aux enchères des Hospices de Beaune ?Les cours du vin de Bourgogne peuvent-il enfin baisser ce dimanche de la vente aux enchères des Hospices de Beaune ?
 Salon BE 4.0 les 20 et 21 novembre à Mulhouse : « Dès qu’il existe un outil de production, on peut mettre du 4.0 » Salon BE 4.0 les 20 et 21 novembre à Mulhouse : « Dès qu’il existe un outil de production, on peut mettre du 4.0 »
En Alsace, SES-Sterling investit 2 millions d’euros dans la logistique de son site Lauwplast En Alsace, SES-Sterling investit 2 millions d’euros dans la logistique de son site Lauwplast
Dans les Vosges, Le Jacquard Français fête ses 130 ans avec du beau lingeDans les Vosges, Le Jacquard Français fête ses 130 ans avec du beau linge

Commentez !


Combien font "9 plus 10" ?

Envoyer votre commentaire