TGV Rhin-Rhône : tour d'horizon des zones d'activités en projet

Publié par Traces Ecrites News, le 01 septembre 2010

Une société patrimoniale dédiée à Belfort-Montbéliard

Courant septembre, la Société d'économie patrimoniale du Territoire de Belfort (SEMPAT), aménageur du Techn'Hom (ancien site d'Alstom) à Belfort deviendra l'actionnaire majoritaire d'une société nouvelle dédiée à l'aménagement de la ZAC de la gare TGV Belfort-Montbéliard.

Les actionnaires privés de la SEMPAT, au nombre desquels on compte la caisse des dépôts, la caisse d'épargne Bourgogne-Franche-Comté, Alstom, Bâtifranc…, ainsi que des entreprises locales du BTP complèteront le capital.

Cette SAS sera l'actionnaire majoritaire d'une société immobilière constituée pour chacune des opérations de construction. Ce montage se justifie par le choix des maîtres d'ouvrage -le conseil général du Territoire de Belfort et la communauté d'agglomération belfortaine-, de disposer «d'un chantier très significativement engagé à l'ouverture de la ligne».

La ZAC offre un potentiel de 80 000 m2 de bureaux, avec un rythme annuel de 5000 m2. Les architectes urbanistes parisiens Reichen et Robert signent l'aménagement d'ensemble délégué à la société d'équipement du Territoire de Belfort (Sodeb).

A Besançon, des bureaux au cœur d'une forêt

Désignée au conseil de communauté du 9 septembre ou du 7 octobre, la concession d'aménagement de la zone d'activités de la gare TGV de Besançon, à Auxon, signe le démarrage opérationnel d'une première tranche de 56 000 m2 de bureaux.

L'enjeu est principalement environnemental en raison de sa situation au cœur d'une forêt. L'agence Reichen et Robert répond à ces contraintes en implantant les bâtiments dans trois clairières. Leur hauteur ne dépassera pas la cîme des arbres.

Deux parkings-silo accueilleront les voitures à l'entrée de la zone d'activités. Une succession de mares et un réseau de chemins forestiers bordé de noues jusqu'aux villages voisins, forment un corridor écologique.

Le Grand Besançon démarre les travaux de viabilisation début 2012.

Le quartier d’affaires qui manque à Mulhouse

Mulhouse a identifié sa gare comme le lieu d’accueil du quartier d’affaires qui lui fait défaut au centre-ville, selon un timing qui vise à sortir les premiers immeubles à l’occasion de l’arrivée du TGV Rhin-Rhône.

La Zac aménagée par la société d'équipement de la région mulhousienne (SERM) déploiera 35.000 m2 - 25.000 m2 de bureaux et 10.000 m2 de logements - dans une bande étroite de près d’un kilomètre à l’Est de la gare, entre la voie de chemin de fer et le bout de canal Rhin-Rhône.

Son concepteur, l’architecte-urbaniste parisien David Mangin décline trois ambiances : en sortant de la gare, un parvis auquel s’adosseront un parking, un hôtel trois étoiles et un premier ensemble de bureaux complété de commerces en rez-de-chaussée, un second programme de bureaux, enfin la centaine de logements de petits collectifs en quatre immeubles.

Crédits photos : Reichen et Robert, David Mangin.



Roger Martin BTP
Article classé dans : Territoires

Mots-clés : Montbéliard, Besançon, Franche-Comté, Belfort, Mulhouse, TGV Rhin-Rhône, zones d'activités

Découvrez également les articles associés :

Le mouvement de l’agriculture urbaine gagne du terrain à Dijon et en Côte-d’OrLe mouvement de l’agriculture urbaine gagne du terrain à Dijon et en Côte-d’Or
Bienvenue dans le Dijon de 2030, une métropole intelligente et connectéeBienvenue dans le Dijon de 2030, une métropole intelligente et connectée
Le DFCO, vecteur d’affaires pour ses sponsors et de notoriété pour la métropole bourguignonneLe DFCO, vecteur d’affaires pour ses sponsors et de notoriété pour la métropole bourguignonne
A l'occasion de ses 60 ans, la société d'économie mixte Sedia trace sa feuille de route pour les trois ans à venirA l'occasion de ses 60 ans, la société d'économie mixte Sedia trace sa feuille de route pour les trois ans à venir

Commentez !


Combien font "1 plus 4" ?

Envoyer votre commentaire