Territoire de Belfort : FSH Welding Group s’offre une nouvelle usine de 13 millions d’euros

Publié par Didier Hugue, le 05 septembre 2014
FSH Welding Group fabrique des produits de soudage et de brasage très innovants pour de nombreux secteurs d'activité.
FSH Welding Group fabrique des produits de soudage et de brasage très innovants pour de nombreux secteurs d'activité.

MÉTALLURGIE. Le spécialiste des produits de soudage et de brasage inaugure aujourd’hui à Grandvillars une usine flambant neuve de 13 millions d’€.

Elle agrège l’activité déployée localement sur l'ancien site et celle de la tréfilerie d’Aubagne (Bouches-du-Rhône), aujourd’hui fermée.

Tout a été conçu pour gagner de l’ordre 20 à 30% en productivité et jusqu’à 50% en augmentation de capacité.

La société d’économie mixte d’équipement de Belfort (SODEB) a construit le bâtiment sur le site des Forges, l’un des plus anciens dédiés à l’industrie en France et qui remonterait à 1684.

Cliquez sur les photos pour les agrandir.

Décidément le groupe VMC (Viellard Migeon & Cie, un milliard d'€ de chiffre d’affaires consolidé, 10 800 salariés) fait le bonheur du Territoire de Belfort par sa très forte stratégie d’équipement et d’innovation.

Que soit chez Lisi, Rapala/VMC-Pêche, où l’industriel détient des participations significatives, que chez FSH Welding Group contrôlé à 100%, les investissements se comptent par dizaines de millions d’€.

Pour cette dernière société, spécialisée dans des produits très élaborés de brasage et de soudage (*), le groupe comtois inaugure aujourd’hui à Grandvillars une usine flambant neuve de 8 400 m2, longue de 120 mètres et large de 65 mètres.

Dessinée en U, son coût s’élève à 13 millions d’€, dont 7 millions à la charge de la société d’économie mixte d’équipement de Belfort (SODEB) qui a réalisé le bâtiment brut.

Les six autres millions dépensés par l’entreprise se divisent en deux : 3 millions pour le process et les 3 autres en agencement intérieur (bureaux et laboratoire), isolation, sécurité, chauffage…

Welding Group à Grandvillars (Territoire de Belfort).
Le nouveau site FSH Welding Group à Grandvillars (Territoire de Belfort).

50% d’exportation

« Nous respectons toutes les normes environnementales, notamment la RT 2012 », indique Philippe Vanhove, responsable des méthodes et de l’industrialisation qui a suivi tout le projet depuis son origine.

L’outil de production (50% de capacité supplémentaire) a de son côté été renouvelé au trois-quarts.  En témoigne la ligne modernisée permettant de sortir plus de 300 types d’électrodes de soudage à l’arc et les nouveaux fours et malaxeurs.

Tous les flux ont été également pensés pour gagner en productivité (de l’ordre de 20 à 30%). Les distances parcourues par les chariots élévateurs sont ainsi divisées par trois.

L’usine de Grandvillars (84 salariés), qui intègre l'ancienne tréfilerie d’Aubagne et demeure dédiée aux produits de soudage : électrodes, fils TIC/MIG et alliages spéciaux, n’est pas le seul site comtois de FSH Welding Group, fondée en 1870 et que dirige Gérard Marchand.

Une autre unité de fabrication, implantée à Roche-lez-Beauprè (Doubs), non loin de Besançon, assure avec 60 personnes et grâce à sa fonderie la fabrication des alliages de brasage et de soudo-brasage en baguettes, anneaux et bobines.

organigrammeL’entreprise (50 millions d’€ de chiffre d’affaires, dont la moitié à l’exportation dans 80 pays, 210 personnes dans le monde), exploite par ailleurs cinq filiales de commercialisation à l’étranger : Canada, Inde, Royaume-Uni, Italie et Argentine.

De taille plus modeste que la plupart de ses concurrents, le fabricant se distingue par une expertise très pointue et des solutions innovantes, sous la marque unique Sélectarc, pour des secteurs aussi divers que les transports, l’énergie, la chimie, le bâtiment ou encore le génie climatique, grâce à ses deux laboratoires de R&D qui emploient 8 ingénieurs et techniciens.

(*) Le brasage des métaux est un procédé d'assemblage permanent qui établit une continuité métallique entre les pièces réunies. Contrairement au soudage, il n'y a pas fusion des bords assemblés. Selon les cas, il peut y avoir ou non utilisation d'un métal d'apport (Source Wikipédia).

Emmanuel Viellard.
Emmanuel Viellard.

Emmanuel Viellard, directeur général de VMC et vice-président de Lisi

Pourquoi maintenez-vous un tel ancrage territorial de vos sociétés ?

Comme dans toutes les histoires familiales et patrimoniales - et la nôtre remonte à Louis XIV -, nous sommes très attachés à nos racines.

Je vis d’ailleurs ici. Une autre des raisons tient à l’implication de nos collaborateurs, la qualité de leur travail et leur loyauté.

Est-ce aujourd’hui risqué d’investir en France ?

Ce n’est pas facile, mais nous le faisons quand même car nous ne sommes pas résignés. L’industrie française a de l’avenir pour peu qu’on mise sur elle et que l’on sache lui donner les bons atouts au bon moment.

   

Roger Martin BTP
Article classé dans : Entreprises

Mots-clés : Territoire de Belfort, Franche-Comté, Investissement, soudage, FSH Welding Group, VMC, brasage, nouvelle usine, Grandvillars, Lisi, Emmanuel Viellard, Viellard Migeon & Cie, Rapala/VMC-Pêche

Découvrez également les articles associés :

Le fabricant de rondelles Gris Group renforce sa compétitivité sur les marchés étrangersLe fabricant de rondelles Gris Group renforce sa compétitivité sur les marchés étrangers
Le fabricant de coffrages Hussor fait de la recherche et développement bétonLe fabricant de coffrages Hussor fait de la recherche et développement béton
Depuis Temis à Besançon, Geoide Crypto & Com sécurise les opérations à haut risque Depuis Temis à Besançon, Geoide Crypto & Com sécurise les opérations à haut risque
Albert Bichot signe un chèque de 11 millions d’euros pour doper ses équipements industrielsAlbert Bichot signe un chèque de 11 millions d’euros pour doper ses équipements industriels

Commentez !


Combien font "5 plus 2" ?

Envoyer votre commentaire