2013, année faste pour Temis à Besançon

Publié par Christiane Perruchot, le 22 février 2013
 Les nouveaux locaux de l'horloger Breiling en pierre dorée de Toscane. Architecte : Alain Porta (Suisse).

Les nouveaux locaux de l'horloger Breiling en pierre dorée de Toscane. Architecte : Alain Porta (Suisse).

DÉVELOPPEMENT. L'installation imminente de l'horloger Breitling sur la zone d'activités de Temis à Besançon (Doubs), devance une série d'implantations. Cryla et Vibrasens suivent d'ici l'été.

En construction depuis une quinzaine d'années, le parc industriel dédié à des activités proches des microtechniques réceptionne également cette année deux programmes locatifs tertiaires et industriels où des starts-up prendront place aux côtés du bureau d'études de Vix technologies.

Un développement que la chambre régionale des comptes juge toutefois un peu laborieux.

Cliquez sur les photos pour les agrandir.

Dédiée depuis sa création aux activités de la famille des microtechniques, la zone Témis ne dévie guère de sa ligne de stratégie définie à sa création en 1997. La chambre régionale des comptes de Bourgogne-Franche-Comté a un jugement plus sévère.

« A sept ans de l'échéance de la concession, le rythme de commercialisation est tel qu'à moins d'une accélération peu probable au vu de la conjoncture économique, la convention devrait vraisemblablement être prorogée (NDLR : la concession d'aménagement prend fin le 13 janvier 2016) », souligne la chambre financière dans son dernier rapport d'observations datant de l'automne dernier.

Du côté du Grand Besançon, on ne conteste pas une commercialisation qui a été plus lente qu'escomptée, mais au bout de quinze ans, il ne reste que 18 000 m2 à vendre sur un total de 37 ha.

« La prolongation de la concession n'aurait pas d'incidence financière », estime Jean-Louis Fousseret, président du Grand Besançon. Car, quoi de plus normal dans la capitale historique de l'horlogerie de laisser le temps au temps.

« Pour préserver la thématique de départ, il faut tenir bon, c'est pourquoi les collectivités locales portent le foncier le temps qu'il faut », explique Bruno Favier, directeur du syndicat mixte du Parc Scientifique et Industriel.

Hormis une zone de services (banques, experts-comptables, pôle emploi), Temis s'ancre sur des activités industrielles de pointe et de recherche autour de l'ADN de Besançon : les techniques horlogères et leur mutation vers les microtechniques, la productique, l'électronique.

Puriste, la chambre régionale des comptes reproche une légère déviation de la ligne stratégique développée uniquement vers les microtechniques, sans doute par pragmatisme, ajoute t-elle.

Témis Sciences construit par le conseil régional de Franche-Comté : 33,8 millions d'euros pour regrouper les laboratoiresde l’Institut Femto-St et agrandir la salle blanche de la maison des microtechniques. Architecte Groupe 6 (Grenoble).
Témis Sciences construit par le conseil régional de Franche-Comté : 33,8 millions d'euros pour regrouper les laboratoiresde l’Institut Femto-St et agrandir la salle blanche de la maison des microtechniques. Architecte Groupe 6 (Grenoble).

La maison des microtechniques (pépinière et hôtel d'entreprises) forme le coeur d'un ensemble industriel (Vix Technology - billettique -, Sophysa - implants chirugicaux -, ainsi que Worldplass - thermoplastiques -) et d'un pôle de recherche avec l'Ecole des microtechniques (Ensmm), le laboratoire Femto et l'institut Paul Verdier -actuellement en proie à des difficultés-.

En construction, Temis Sciences réunira cet automne, les 260 chercheurs des départements d’optique et de micro-nanosciences du laboratoire Femto-St (Franche-Comté Electronique Mécanique Thermique et Optiques- Sciences et technologies), aujourd’hui répartis sur quatre sites à Besançon.

L'année des opérations immobilières

Tête d'affiche des nouvelles implantations, l'horloger Breitling s'apprête à occuper le superbe bâtiment qu'il s'est construit à son image.

L'investissement d'un million d'€ accompagne le nouveau mouvement de chronographe mécanique de la firme suisse (200 000 montres par an). Un centre de formation pour l'agrément des distributeurs complète les ateliers de réparation et de conditionnement des mouvements.

« Le SAV est aussi important que la vente et contrairement aux idées reçues les montres ne reviennent pas forcément au fabricant parce qu'elles tombent en panne, mais parce qu'il faut entretenir des mouvements complexes », explique Jean Kallmann, le directeur.

Cryla et Vibrasens suivront cet été. Les deux PME s'installent dans leurs propres murs dans une stratégie de croissance exponentielle.

Fabricant de composants pour l’aéronautique et le médical, Cryla investit près de 4 millions d’€ dans un bâtiment de 3 200 m2, extensible jusqu’à 5 000 m2. L'entreprise (7,5 millions d’€ de chiffre d’affaires, 72 salariés) se donne les moyens de poursuivre une croissance plus de 25% en moyenne ces trois dernières années.

Spécialisée dans les capteurs de vibration, Vibrasens (750 000 € de chiffre d’affaires, 4 salariés) occupera les 700 m2 au fur et à mesure de son développement, en croissance de 30% de croissance moyenne depuis trois ans.

En accompagnement, des offres locatives permettent de faire la bascule de Temis Innovation.

Première opération d'immobilier tertiaire à Besançon, Lazard vient de livrer une première tranche de 2600 m2 d'un programme de 5000 m2, baptisé Novatech.

Vix Technology, installé sur la zone de longue date, y installe son bureau d'étude. Editrice de solutions informatiques de test, Smartesting déménage de l'hôtel d'entreprises.

Les bureaux Novatech, construits par Lazard et Eiffage Construction. Architecte : JF Denner (Strasbourg).
Les bureaux Novatech, construits par Lazard et Eiffage Construction. Architecte : JF Denner (Strasbourg).

Conduite par le syndicat mixte, avec la Société d’équipement et de développement du Doubs (Sedd) comme opérateur, une seconde opération immobilière baptisée Usitech offrira dans l'année, 2000 m2 aux planchers renforcés pour accueillir des activités industrielles.

Le fabricant de capteurs à ultrasons Sonaxis et le spécialiste des systèmes nomades SilMach prévoient de s'y installer dans l'année.

Crédit photos : Traces Ecrites.



Roger Martin BTP
Article classé dans : Territoires

Mots-clés : Sedd, Besançon, Franche-Comté, Doubs, Temis, Cryla, Vibrasens, Vix technologies, Smartesting, Breitling, Témis Sciences, immobilier tertiaire, SilMach, Sonaxis

Découvrez également les articles associés :

Naissance de la SEM Henri Poincaré : l'économie mixte comme outil du développement économique dans le Grand EstNaissance de la SEM Henri Poincaré : l'économie mixte comme outil du développement économique dans le Grand Est
Are you Made in Jura ? Sept entreprises qui se développent à Dole  le revendiquentAre you Made in Jura ? Sept entreprises qui se développent à Dole le revendiquent
Avec les derniers équipements de l’Institut Image et le projet de Cité du numérique, Chalon-sur-Saône amplifie sa vocation sur l’image Avec les derniers équipements de l’Institut Image et le projet de Cité du numérique, Chalon-sur-Saône amplifie sa vocation sur l’image
En Saône-et-Loire, Mecateamcluster inaugure la première halle mutualisée de maintenance ferroviaireEn Saône-et-Loire, Mecateamcluster inaugure la première halle mutualisée de maintenance ferroviaire

Commentez !


Combien font "3 plus 6" ?

Envoyer votre commentaire