Alsace : T2i devient expert global de l’installation industrielle

Publié par Christian Robischon, le 15 mai 2014

MAINTENANCE INDUSTRIELLE. Branché à 100 000 volts, Olivier Imbert raccorde T2i Group à la croissance.

Rachat d’entreprise locale et montée en valeur ajoutée ont propulsé sa société de Colmar (Haut-Rhin) au rang des entreprises d’installation et maintenance industrielle qui comptent dans le Grand Est.

T2i a approché l’an dernier les 13 millions d’€ de chiffre d’affaires et compte, à ce jour, 89 salariés, soit une très belle marche en avant qui ne peut que se poursuivre. Notamment à l'étranger.

t2i
L’entreprise compte la tuyauterie et la chaudronnerie légère dans ses spécialités traditionnelles, renforcées depuis par la chaudronnerie lourde. © C.R.

Après 12 embauches en 4 ans, T2i à Colmar (Haut-Rhin) recherche encore 4 à 5 opérateurs dans la mécanique, la tuyauterie et la soudure, quelques-uns de ses métiers dont il a redéfini le profil d’intervention, suite à l’acquisition de son confrère local Turley dont les difficultés d’alors avaient conduit au dépôt de bilan.

Traduite dans les faits à l’automne 2010, cette croissance externe a été parachevée sur le plan juridique l’automne dernier, par la fusion de T2I Maintenance et de la nouvelle société Turley Technologies.

« Nos champs sont complémentaires. Nos propres spécialités ont toujours été la tuyauterie industrielle, la chaudronnerie légère, la métallerie. Turley Technologies vient renforcer nos compétences en mécanique générale et nous apporte la chaudronnerie lourde ainsi que l’usinage », explique Olivier Imbert.

Les équipements et le personnel de la société reprise ont abandonné leurs locaux vétustes dans la zone industrielle de Colmar pour rejoindre quelques hectomètres plus loin un atelier neuf de 4 000 m2 sur le site principal de T2i.

Un ensemblier

Cet atelier est entré en service l’été dernier au terme d’un investissement immobilier de 3,2 millions d’€ en crédit-bail auprès de la SEM régionale Alsabail et de Sogebail (groupe Société générale).

Il porte la capacité d’usinage jusqu’à 7 tonnes en tournage et 15 tonnes en fraisage et alésage et il regroupe 12 ponts roulants de 5 à 32 tonnes.

« La fusion a été l’occasion de construire un nouvel organigramme pour répondre notamment aux demandes des clients grands comptes », expose Stéphanie Imbert, la directrice commerciale et épouse du dirigeant.

  

turley
L’acquisition de Turley Technologies a ajouté la compétence usinage.

Elle vient amplifier un mouvement amorcé depuis six ans : la montée en puissance d’un pôle ingénierie, capable de construire une offre clé en main. Ou en d’autres termes, de faire de plus en plus de T2i Group un ensemblier.

La part de cette activité progresse régulièrement pour représenter 35 % du chiffre d’affaires au premier trimestre 2014.« Au vu des types de commandes que nous entrons, elle va sans doute encore augmenter au second semestre », ajoute le dirigeant.

Se faire ensemblier ne signifie pas que T2i Group réalise tout par lui-même de A à Z  : l’électricité, l’automatisme, le génie civil par exemple, sont confiés à des entreprises régionales ou locales spécialisées.

Par contre, T2i organise toute la prestation sur chantier pour le compte du client. Une partie des embauches récentes a visé à se doter des compétences internes pour cette mission.

L'Allemagne et la Suisse frontalières

L’engagement résolu dans le clé en main résulte d’un constat maintes fois répété auprès des clients : « à force de se recentrer sur leur métier de base, leurs bureaux d’études techniques (mécanique, électricité, construction…) se réduisent. Ne pouvant plus seuls faire face à tout, ils expriment une attente de prestation externe », relève le métallurgiste.

Alors qu’il se limitait à une poignée d’industriels, le portefeuille clients de la société colmarienne s’est ainsi étendu en quelques années à une quarantaine de noms, et pas parmi les moins prestigieux : PSA, Alstom, EDF, Constellium, Novartis, Timken, Liebherr.

Son nouveau profil permet aussi à T2i Group de gagner des marchés de plus en plus loin en France.

Et de viser clairement à présent des développements dans l’Allemagne et la Suisse frontalières.

A entendre Olivier Imbert, la PME française n’est pas la plus mal placée face à la concurrence germanophone en terme de coûts, de taux horaire de vente (*), et même de qualité de prestation…

Olivier Imbert, le dirigeant
Olivier Imbert, le dirigeant.

Qui est Olivier Imbert ?

Ingénieur mécanique de formation, diplômé de l’ENI de Belfort devenue l’UTBM, Olivier Imbert a connu sa première expérience professionnelle dans l’industrie textile région lyonnaise, jusqu’à la délocalisation d’activité en Corée du Sud.

Sa carrière a failli se poursuivre à l’autre bout du monde, mais il n’a finalement pas suivi le mouvement. Elle a rebondi chez T2i Maintenance, entreprise créée dans les années 1980 qu’Olivier Imbert a rejoint en 2000 comme directeur technique. Cogérant, il l’a reprise en 2004.

Marié et père de deux enfants, l’homme présent dans l’entreprise à 6 heures du matin consacre ces rares temps libres au sport, à la grande satisfaction de son épouse Stéphanie, directrice commerciale de l’entreprise, qui y voit un moyen de faire relâcher un peu la pression !

(*)  Coût horaire de la prestation, charges sociales et fiscales comprises.

Photos : Christian Robischon.



Roger Martin BTP
Article classé dans : Entreprises

Mots-clés : Alsace, Haut-Rhin, usinage, croissance externe, Colmar, chaudronnerie, T2i, maintenance industrielle, Turley Technologies., tuyauterie industrielle, Olivier Imbert

Découvrez également les articles associés :

A Nuits-Saint-Georges, la maison de vins Faiveley fait de sa nouvelle cuverie de 8 millions d'euros, une oeuvre architecturaleA Nuits-Saint-Georges, la maison de vins Faiveley fait de sa nouvelle cuverie de 8 millions d'euros, une oeuvre architecturale
La Haute-Marne démontre toute l'étendue de ses savoir-faire industriels à NogentLa Haute-Marne démontre toute l'étendue de ses savoir-faire industriels à Nogent
Dans les Vosges, le groupe de BTP Livio développe un vocabulaire avant-gardiste pour un octogénaireDans les Vosges, le groupe de BTP Livio développe un vocabulaire avant-gardiste pour un octogénaire
Les équipementiers de l’automobile de l’Est améliorent encore leurs performancesLes équipementiers de l’automobile de l’Est améliorent encore leurs performances

Commentez !


Combien font "9 plus 6" ?

Envoyer votre commentaire