Traces Ecrites News, le club
  • Gabriel Boudier
  • Groupe Seb
  • Domaines Albert Bichot
  • Toyman

STVM Géoperformance, casseur de cailloux

Publié par Christiane Perruchot, le 06 avril 2011

Recyclage. On connaissait les tailleurs de pierre, voici l'ère des casseurs de cailloux…

Après Geprom lundi (*), la semaine du développement durable donne l'occasion de découvrir des professions du recyclage qui ont de l'avenir devant elles.

Ancien codirigeant de l'entreprise Vermot TP dans le Haut-Doubs, rachetée par Eurovia il y a deux ans, Noël Vermot ne s'y est pas trompé. A peine à la retraite, le voilà reparti dans une nouvelle carrière professionnelle avec STVM (pour Société de Traitement et de Valorisation des Matériaux) Géoperformance, une entreprise de recyclage des déblais de chantier, implantée  à Pontarlier (Doubs).

«Avec les objectifs de la directive européenne de réemploi ou de valorisation à hauteur de 70 % minimum des déchets de chantier à l’horizon 2020, il y a un marché», expose l'entrepreneur qui a choisi un créneau encore peu développé : les engins mobiles.

Nomade grâce à son installation sur des chenilles -ce qui évite les encombrants et coûteux transports exceptionnels-, le matériel de STVM Géoperformance se déplace facilement sur les chantiers, y compris les plus modestes.

Des dizaines de rotations de camions en moins

Le chantier de canalisations d'un lotissement qu'il vient d'achever avec Boucard TP à Labergement-Sainte-Marie, près du lac de Saint-Point (Doubs), en démontre les utilisations possibles. Plutôt que de mettre à la décharge les terres trop argileuses ou excessivement caillouteuses, STVM Géoperformance en améliore la consistance en les mélangeant à de la chaux.

Une cribleuse à étoiles dont il dit avoir l'un des trois seuls exemplaires en France, trie les matériaux, concasse les plus grosses pierres et les malaxe avec de la chaux qui a pour propriété de rendre le matériau plus solide. «L'intérêt est de faire ce traitement généralement fait dans de grosses centrales, directement sur les lieux d'extraction des déblais», précise Noël Vermot.

Patrick Boucard, gérant de l'entreprise éponyme située à Vuillecin (Doubs), y ajoute un intérêt écologique et économique. «Le matériau neuf d'une carrière située à 11 kilomètres aurait coûté plus cher, sans compter les rotations de camions pour évacuer les terres jusqu'à notre plateforme de stockage», assure l'entrepreneur.

L'acquisition d'un camion malaxeur génère le second métier de STVM Géoperformance. Le mélange de gravats ou du sable de carrière à du ciment donne une matière fluide pour remblayer des canalisations. «La mise en œuvre et la prise rapide permet de remettre une route en circulation sous 24 heures», affirme Noël Vermot. Un avantage qui ne peut laisser les maîtres d'ouvrages indifférents... «Ces bétons autoplaçants sont tout à fait indiqués dans le cas de tranchées étroites difficiles à compacter et peuvent être réexcavables », ajoute t-il.

Créée en septembre 2010, STVM Géoperformance compte 2 salariés.

www.stvm-geoperformance.fr/

(*) www.tracesecritesnews.fr/actualite/geprom-recycle-plein-pot-6663



Roger Martin BTP
Article classé dans : Entreprises

Mots-clés : Franche-Comté, Doubs, travaux publics, STVM Géoperformance

Découvrez également les articles associés :

Le Haut-Marnais GHM, inconditionnel fondu de la fonderie d’art meuble, équipe et agence les villes du monde entier   Le Haut-Marnais GHM, inconditionnel fondu de la fonderie d’art meuble, équipe et agence les villes du monde entier
Le plasturgiste dijonnais Benvic rachète le Polonais Alfa et une start-up italienneLe plasturgiste dijonnais Benvic rachète le Polonais Alfa et une start-up italienne
Depuis l’Alsace, le groupe familial de construction Rector-Lesage déploie ses bétons d’Est en OuestDepuis l’Alsace, le groupe familial de construction Rector-Lesage déploie ses bétons d’Est en Ouest
A Metz, France Boissons inaugure un entrepôt de 2,3 millions d’euros pour optimiser ses livraisons et améliorer les conditions de travail A Metz, France Boissons inaugure un entrepôt de 2,3 millions d’euros pour optimiser ses livraisons et améliorer les conditions de travail

Commentez !


Combien font "2 plus 3" ?

Envoyer votre commentaire