Sterne, expert environnement de haut vol

Publié par Christian Robischon, le 25 novembre 2011

ENVIRONNEMENT. Un travail de précision chirurgicale dans un domaine sensible, celui de l’environnement : Sterne avance sur une voie escarpée mais nécessaire, tant les contraintes et réglementations environnementales sont devenues le quotidien des chefs d’entreprise.

Cliquez sur les photos si vous souhaitez les agrandir.

Sterne, créée en 2005 et société de conseil mulhousienne de cinq personnes hautement diplômées (ingénieurs, master…), s’est installée dans le paysage régional comme une interface entre l’entreprise et l’administration, plus particulièrement les inspecteurs des Dreal, ses interlocuteurs de terrain.

«Chacun reste bien dans son rôle : nous proposons, c’est l’administration qui prescrit. Quant à l’entreprise, son expérience pratique peut l’amener légitimement à proposer son interprétation, sa vision de tel ou tel point de réglementation. Ce n’est pas rechercher le laxisme ou le contournement de la loi, mais l’adaptation la plus optimale à la réalité. Il s’agit de se montrer constructif», expose Bernard Meyer, cogérant avec son fils Nicolas.

Car si le dispositif normatif est large en matière d’environnement, il n’est pas exhaustif. Par exemple, pour les bancs d’essais de moteurs industriels de la société MEA (groupe Mitsubishi) à Mulhouse, Sterne a proposé une nouvelle méthode de mesure des rejets, ayant constaté que ceux-ci étaient surestimés par la méthode précédemment utilisée, qui était transposée d’un autre domaine, les installations de combustion.

Pour une entreprise agroalimentaire alsacienne, elle a défini le seuil plafond d’extension de capacité de production - donc de rejets - qu’elle pourrait atteindre sans avoir besoin de déposer un dossier d’autorisation, car son impératif était d’aller vite.

Les prestations sont variées et proposées à la carte : management de l’environnement et de la sécurité, études d’impact et de dangers, dossiers d’autorisation d’exploiter, déclaration, mise ne conformité, mise en place de PPRT, organisation du contrôle des rejets, diagnostics de sol et suivi de dépollution...

Elles ont séduit une trentaine de références dans le Grand Est.

Diversification et extension territoriale

Avant de fonder Sterne, Bernard Meyer a dirigé une entreprise chimique classée Seveso située en milieu urbain. Ce profil n’a pas échappé à certains de ses anciens confrères.

Le dossier de la fermeture de l’usine Rhodia de Mulhouse-Dornach a constitué la première grande référence de Sterne. La société a été le conseil du groupe pour le volet environnemental de la fermeture.

La relation se poursuit aujourd’hui par une double mission : surveillance du site pendant sa dépollution, accompagnement de la revitalisation pour le transformer en zone d’activités conformément au souhait des collectivités locales.

Autre belle référence : l’accompagnement du centre d’études de PSA à Belchamp (Doubs) vers sa certification environnementale ISO 14 001. «Nous disposions d’un peu plus d’un an pour y parvenir, nous avons tenu le délai», souligne Nicolas Meyer.

Fort de son démarrage réussi qui a procuré 430 000 euros de CA en 2010, le conseil en environnement souhaite élargir son horizon, à d’autres branches comme l’aéronautique et à des territoires plus vastes que le Grand Est, à commencer par la Suisse voisine.

En somme, elle se sent pousser des ailes. Presque au point d’imiter l’oiseau migrateur dont elle a pris le nom et qui est capable, lui, de traverser la planète entière pour aller d’un pôle à l’autre.

Crédit photo: Christian Robischon et Sterne



Roger Martin BTP
Article classé dans : Entreprises

Mots-clés : Alsace, Mulhouse, Haut-Rhin, Sterne, conseil, Bernard Meyer, Nicolas Meyer

Découvrez également les articles associés :

Naudet fête ses 140 ans de savoir-faire au service de la forêtNaudet fête ses 140 ans de savoir-faire au service de la forêt
Fixation Technique de Vireux, porte-parole d'un jour des Ardennes, redresse la barre Fixation Technique de Vireux, porte-parole d'un jour des Ardennes, redresse la barre
La Haute-Marne vante ses savoir-faire industrielsLa Haute-Marne vante ses savoir-faire industriels
Un an après sa reprise, Caddie retrouve les rails de la croissanceUn an après sa reprise, Caddie retrouve les rails de la croissance

Commentez !


Combien font "10 plus 7" ?

Envoyer votre commentaire