Spaleck Industries aime faire des tonneaux

Publié par Didier Hugue, le 08 mars 2013
Élise Pichon en compagnie de Nicolas Parent, automaticien programmeur chez Spaleck Industries.
Élise Pichon en compagnie de Nicolas Parent, automaticien programmeur chez Spaleck Industries.

MACHINES-OUTILS. La PME de Pierrefontaine-les-Varans dans le Doubs met au point des solutions de finition de pièces très innovantes.

Elle compte parmi les trois à quatre spécialistes du genre en Europe.

Sa dernière création prend la forme d’un tonneau d’ébavurage, baptisé Diabolo, qui résume tous les savoir-faire de l’entreprise dirigée par Élise Pichon.

Un clin d'oeil à la journée de la femme qui a lieu aujourd'hui 8 mars.

Cliquez sur les photos pour les agrandir et sur les liens vidéo en pied d'article.

Chez Spaleck Industries, on vous dira et montrera comment décaliminer, dégraisser, ébavurer, rayonner, désoxyder, ébarber, grenailler, brosser, émériser, laver, polisser, sécher, tonneler… vos pièces.

La PME de Pierrefontaine-les-Varans (Doubs), située à une quarantaine de kilomètres de Besançon, met au point des machines-outils qui offrent ces différentes solutions de finition.

La dernière création maison prend la forme d’un tonneau d’ébavurage compact, dénommé Diabolo (*). « Il a nécessité quatre mois de développement et résume tous nos savoir-faire », souligne Élise Pichon, la gérante depuis 2012.

Sa mise au point est l’œuvre de Yvan Perrot, l’un de ses trois associés. Cet homme de 56 ans est un ingénieriste et le technico-commercial de l’entreprise.

Pour comprendre la valeur ajoutée de cette machine, rappelons la technique d’ébavurage. Les pièces, brassées dans une cuve rotative, sont ébavurées grâce à un abrasif spécialement défini pour ce type de traitement (média métallique) et leur frottement l’une contre l’autre.

Le principal intérêt de ce traitement réside dans sa simplicité et donc dans son faible coût d’exploitation.

En traitement manuel avec une meuleuse, il faut compter jusqu’à une heure de temps opérateur.

Avec le tonneau Diabolo, 10 minutes suffisent pour le chargement et 10 autres minutes pour le traitement en temps masqué afin d’obtenir une finition complète : ébavurage, décalaminage et désoxydation des chants.

Le Diabolo tonneau d'ébavurage, avec les pièces avant et après.
Le Diabolo tonneau d'ébavurage, avec les pièces avant et après.

"Métalic woman"

Spaleck Industrie (1,2 million d’€, 5 salariés et quatre associés) mise fortement sur son innovation qui sera présentée du 16 au 19 avril au salon Industrie Lyon.

Le fabricant espère générer jusqu’à 30% d’activité supplémentaire en travaillant la commercialisation avec un réseau de distributeurs spécialisés pour séduire les serruriers et les métalliers.

Ce type d’équipement standardisé n’est pas le seul métier de la PME. « Nous concevons et réalisons aussi des machines spéciales que nous intégrons sur les lignes de production de nos clients de l’aéronautique, de la charpente métallique ou encore de la tôlerie fine », explique la dirigeante.

Âgée de seulement 27 ans, Élise Pichon a choisi de travailler dans la métallurgie. Titulaire d’une licence en économie et gestion, la jeune femme possède aussi un master en management et marketing opérationnel.

« J’aime la technique, les produits spécifiques et le fait de résoudre les problèmes que rencontrent nos clients » confesse t-elle.

Installation pour l'ébavurage des pièces de tôlerie fine.
Installation pour l'ébavurage des pièces de tôlerie fine.

Spaleck Industries a repris il y a trois ans les actifs de Spaleck Besançon. L’entreprise partage aujourd’hui ses locaux avec la société Sermap, machiniste agricole et sous-traitant industriel pour les ensembles mécano-soudés.

(*) Il coûte 14 800 € en prix catalogue.

Vidéos de présentation :

Ebavurage et rayonnage des profilés chez AEROLIA (groupe AIRBUS) :

http://www.youtube.com/watch?v=9iHo6utoRv4 Ebavurage et rayonnage en tôlerie fine : http://www.youtube.com/watch?v=ipJRlmeUi6A

Crédit photos : Spaleck Industries



Roger Martin BTP
Article classé dans : Entreprises

Mots-clés : Franche-Comté, Doubs, Métallurgie, métallerie, Spaleck Industries, finition de pièces, tonneau d'ébavurage, Élise Pichon, serrurerie

Découvrez également les articles associés :

A Villers-le-Lac, le Chantier Naval Franco-suisse tient bon la barre pour marins d'eau douceA Villers-le-Lac, le Chantier Naval Franco-suisse tient bon la barre pour marins d'eau douce
La filière automobile de l’Est se porte mieux et distingue deux entreprises performantesLa filière automobile de l’Est se porte mieux et distingue deux entreprises performantes
La Manufacture de Digoin Grès et Poteries, lauréate du Réseau Entreprendre BourgogneLa Manufacture de Digoin Grès et Poteries, lauréate du Réseau Entreprendre Bourgogne
Les Canalous lancent le premier coche de plaisance, un six cabines sans permis pour 12 personnesLes Canalous lancent le premier coche de plaisance, un six cabines sans permis pour 12 personnes

1 réponse(s) à "Spaleck Industries aime faire des tonneaux"

  1. Weber Consultant®dit :

    Bravo à cette chef d'entreprise qui montre que la morosité n'est pas toujours de mise en France. Joli site très explicite. Daniel Weber

Commentez !


Combien font "3 plus 7" ?

Envoyer votre commentaire