Sous pavillon allemand, la papeterie Wepa dans l’Aube s’est mise en ordre de marche

Publié par Frédéric Marais, le 14 novembre 2017

PAPIER/AUBE. Rachetée en mars 2015 par le groupe familial allemand Wepa au groupe italien Cartiera Lucchese, l’usine de Torvilliers dans l’Aube a vu ses effectifs et sa capacité de production augmenter dans des proportions importantes.

Ce mastodonte industriel, connu auparavant sous le nom de Lucart France, fabrique du papier toilette, des mouchoirs et des essuie-tout vendus en grandes surfaces sous marques de distributeurs.

 

weparouleau
Avant de former des rouleaux de papier toilette, des essuie-tout ou des mouchoirs, le papier se présente sous forme de bobines pendant jusqu'à 2,5 tonnes.© Frédéric Marais/Agence Info.


Un énorme rouleau hygiénique couleur glace à la fraise semble en état de lévitation. Téléguidé par un opérateur, il passe d’un box à un autre avec lenteur. On se dit avec amusement qu’il doit s’agir d’un modèle familial, mais alors pour familles très, très nombreuses…

 

On l’aura bien sûr compris, il ne s’agit pas d’un rouleau, mais d’une bobine qui sera débitée tout à l’heure en rouleaux de papier toilette au format plus adapté à leur manipulation ! Son poids : environ 2,5 tonnes. Sa longueur : 55 kilomètres.

 

Les mensurations de cette bobine de papier sont à la dimension de l’usine, qui frappe par le nombre et la taille de ses bâtiments lorsqu’on en fait le tour. Sa croissance n’est d’ailleurs pas terminée : on lui a ajouté trois nouveaux bâtiments en 2016 pour couvrir les besoins supplémentaires de stockage.

 

L’usine installée sur la zone industrielle de Torvilliers, en périphérie de Troyes (Aube), est montée en puissance depuis son rachat en 2015 par l’Allemand Wepa. C’est l’Italien Cartiera Lucchese qui l’avait mise en service en 1999 sous le nom de Lucart France pour en faire initialement un centre logistique.

 

Numéro trois européen sur son marché, Wepa a investi plus de 15 millions d’€ et embauché une cinquantaine de personnes en CDI depuis son arrivée, portant à 250 le nombre de salariés présents sur le site aubois. Et il reste encore une dizaine de postes à pourvoir.

 

banniere-635x102

 

Cette vague de recrutements couvre les besoins des 2 nouvelles lignes installées par la société germanique. Ce sont en tout 9 lignes qui tournent désormais : 4 fabriquent du papier toilette et de l’essuie-tout en rouleaux, 5 produisent des mouchoirs, dont 3 en étuis (dont une ligne rapatriée d’Allemagne) et 2 en boîtes.

 

La capacité de transformation s’élève à 50.000 tonnes de papier par an, dont 32.000 produites par la machine à papier maison, installée en 2002 par les Italiens (l’équivalent de « trois fois la surface de la France », comme on se plaît à le souligner). Les 18.000 tonnes manquantes proviennent des usines allemandes sous forme de bobines prêtes à l’emploi.

 

La pâte à papier servant à fabriquer les bobines arrive en balles sèches qu’un pulpeur va se charger de réhydrater. La matière première est essentiellement de la pâte vierge fabriquée à partir de bois d’eucalyptus et dans une moindre mesure de bois de résineux, tandis que 15 à 20 % est issue du recyclage.

 

La capacité de production atteint 1 million de rouleaux de papier toilette et d’essuie-tout par jour (130 t) pour les 4 lignes rouleaux, 10 millions de mouchoirs par jour (20 t) pour les 3 lignes mouchoirs étuis, et 80 000 boîtes par jour (16 t) pour les 2 lignes mouchoirs boîtes. L’unité auboise ne fabrique pas de papier hygiénique en feuilles.

 

15 camions approvisionnent l’usine chaque jour

 

wepalogistique
Un gros travail de manutention précède la mise en fabrication. © Frédéric Marais/Agence Info.

 

La logistique est à l’avenant : 15 camions approvisionnent l’usine chaque jour, mais le double de véhicules en sort car le produit fini prend de la place. C’est d’ailleurs pour cette raison que la marchandise reste cantonnée dans l’Hexagone : il serait trop coûteux de l’exporter.

 

Elle est destinée plus particulièrement au sud de la France, la moitié nord étant couverte par l’autre usine du groupe située près de Lille. Les deux sites de production forment d’ailleurs une seule et même société, Wepa France, qui a réalisé un chiffre d’affaires de 261 millions d’€ en 2016.

 

La clientèle du papetier se trouve du côté de la grande distribution. Chacun d’entre nous a sans doute utilisé un jour ou l’autre un produit Wepa commercialisé sous le nom d’une marque de distributeur. Une partie de la production est soumise à une certaine saisonnalité : on consomme davantage de mouchoirs au printemps (à cause des allergies) et en hiver (à cause des rhumes) !

 

Confrontée à une concurrence féroce, obligée de composer avec les fluctuations du cours du papier, Wepa centralise ses achats au siège du groupe en Allemagne. On n’hésite pas à parler ici de « spéculation » sur la matière première.

 

BPALCnovembre

 

Le changement de propriétaire s’est traduit aussi par une profonde réorganisation du site aubois. Le directeur recruté en 2016, Bruno Voisin, explique qu’il a remplacé toute l’équipe de direction, ne conservant qu’un seul cadre qu’il a du reste changé de poste. « Nous avons également modifié les méthodes de travail en constituant des petites équipes autonomes et responsables. »

 

La production est passée en 5x8, alors qu’auparavant elle s’arrêtait le week-end. Ce surcroît de production a conduit à chercher - et à trouver - de nouveaux clients. Et bien sûr à embaucher.

 

« Nous avons fait aussi de gros efforts sur la qualité, précise le directeur : réglage des machines, respect des standards, contrôle du produit fini. » La légendaire rigueur allemande s’est également traduite par une vigilance accrue en matière de sécurité : « On est plus discipliné et on réfléchit davantage avant d’agir ; les mentalités sont en train de changer. » Résultat, l’entreprise « a progressé en qualité comme en productivité ».

 

wepamachine
L'outil de fabrication est imposant avec une capacité de transformation de 50.000 tonnes de papier par an. © Frédéric Marais/Agence Info.

 

Soucieuse d’écologie, la société était déjà bardée de “diplômes” : certifications FSC et PEFC pour la pâte à papier en fibres vierges, Ecolabel européen et Ange bleu pour celle issue du recyclage, normes ISO 9001, 14001 et 50001. L’usine recycle à 90 % l’eau dont elle a besoin (1 000 m3/jour), le reste étant renvoyé à la station d’épuration de l’agglomération troyenne après le traitement physico-chimique approprié.

 

Bien que dotée d’importantes réserves foncières (le site couvre 28 hectares, dont 5,5 ha seulement sont couverts, ce qui représente tout de même une douzaine de bâtiments), l’usine auboise entend marquer une pose dans sa progression. Le temps pour elle de digérer son spectaculaire bond en avant.

 

wepadirecteur
©F.M./Agence Info.

Qui est Bruno Voisin ?

 

Agé de 58 ans, le directeur du site est ingénieur papetier de formation. Il est dans la partie depuis 1991, démarrant comme ingénieur de production avant de diriger successivement deux usines du groupe SCA (rebaptisé Essity dans sa branche hygiène et santé), le leader du secteur.

Bruno Voisin a été embauché par Wepa en janvier 2016.



Roger Martin BTP
Article classé dans : Entreprises

Mots-clés : Grand Est, investissements, Aube, Wepa, papetier, marque distributeur

Découvrez également les articles associés :

A Besançon, et depuis peu à Dijon, Âges et Vie invente la colocation pour les personnes âgéesA Besançon, et depuis peu à Dijon, Âges et Vie invente la colocation pour les personnes âgées
Egger injecte 60 millions d’euros en trois ans dans son usine de panneaux mélaminés dans les VosgesEgger injecte 60 millions d’euros en trois ans dans son usine de panneaux mélaminés dans les Vosges
Pourquoi Cleia vend ses savoir-faire d’ingénieriste en dehors de la conception et réalisation clé en main de tuileries et de briqueteries Pourquoi Cleia vend ses savoir-faire d’ingénieriste en dehors de la conception et réalisation clé en main de tuileries et de briqueteries
Profession restaurateur itinérant qui exerce son métier de foire en salonProfession restaurateur itinérant qui exerce son métier de foire en salon

Commentez !


Combien font "2 plus 2" ?

Envoyer votre commentaire