Serial repreneur : qui est vraiment le Bourguignon Éric Michoux ?

Publié par Didier Hugue, le 26 mars 2014
Eric Michoux, 54 ans, pense racheter cette année quatre ou cinq autres entreprises.
Eric Michoux, 54 ans, pense racheter cette année quatre ou cinq autres entreprises.

REPRISE. À la tête d’un groupe de onze entreprises, dont la moitié reprises en difficulté, l’entrepreneur bourguignon caresse l’espoir d’en racheter quatre à cinq autres cette année.

Il vient aussi de monter une plate-forme Internet d’aide aux créateurs, baptisée Galilé 360.

Passionné par la politique, il est aussi le maire, réélu dimanche dernier, de la commune d’Erpervans (Saône-et-Loire).

Cliquez sur les photos pour les agrandir.

Qu’est ce qui fait courir aussi vite Éric Michoux ? Depuis 1998, cet homme de 54 ans reprend une entreprise presque tous les ans pour en exploiter aujourd’hui onze, via son holding Galilé (50 millions d’€ de chiffre d’affaires, 350 salariés).

« Et aucune ne perd de l’argent », glisse-t-il avec fierté. L’explication découle sans doute de sa vision très prospective du monde économique et d’un amour fou pour l’industrie. On pourrait aussi rajouter un bon sens paysan, lui qui a failli s’offrir en succession la ferme familiale bretonne, car il assure ne jamais dépenser l’argent qu’il n’a pas.

« Je ne pouvais me résoudre à voir rayer de la carte des savoir-faire uniques hérités de notre grande histoire industrielle », explique celui qui vient d’être distingué Capitaine d’Industrie par la CCI France.

Eric Michoux s’offre donc des pépites en perdition.

Il en a été ainsi de CLM Industrie, une société dijonnaise très endettée qui depuis, est devenue dans les systèmes de mécano-soudure complexes, le Petit Poucet du nucléaire Made in France.

Puis d'Escofier, le dernier fabricant français de machines-outils de formation à froid du métal par roulage implanté à Chalon-sur-Saône (Saône-et-Loire) tombe à point nommé dans son escarcelle.

L’an dernier, il rachète à la barre du tribunal de commerce Farman près de Tours (Indre-et-Loire), l’un des grands spécialistes des îlots robotisés.

Cette année, notre serial repreneur, président du Medef de Saône-et-Loire de 2008 à 2010, prévoit pas moins de quatre à cinq rachats, toujours dans la même veine.

Eric Michoux relance Escofier, le dernier fabricant français de machines-outils de formation à froid du métal par roulage.
Eric Michoux relance Escofier, le dernier fabricant français de machines-outils de formation à froid du métal par roulage.

Provocateur et parfois cynique

Rien ne prédestinait pourtant Éric Michoux à se lancer dans pareille aventure. Titulaire d’un CAP de tourneur fraiseur, ce natif de la banlieue parisienne qui a bien connu les membres du groupe rap NTM, devient un espoir de la natation jusqu’à entraîner au Bataillon de Joinville de futurs champions.

Suivra, à ses dires, une école d’ingénieur puis, un début de vie professionnelle chez d’autres, dont dix ans passés auprès du constructeur bourguignon de matériel viticole Bobard.

Sans le sou suite à une démission, le dirigeant s’engage alors dans cette boulimie de reprise qui fait quelques envieux et bien des jaloux.

Jamais à l’arrêt, l'entrepreneur alourdit depuis 2008 son agenda d’un parcours politique. Elu maire d’Épervans (Saône-et-Loire), il échoue aux législatives en 2012, non sans irriter Arnaud Danjean, le candidat UMP dans le fief bressan d’Arnaud Montebourg.

« Je respecte le chef d’entreprise, quant à l’homme politique, c’est autre chose », confesse Arnaud Danjean, aujourd’hui député européen qui lui garde sans vouloir en dire plus un chien de sa chienne.

Sa personnalité ne fait pas non plus toujours l'unanimité, mais sous couvert d'anonymat.

Les plus vives critiques à son endroit viennent toutefois d’Eric Michoux lui-même : « il m’arrive d’être cynique, provocateur et un rien cassant ». Mais toujours avec une initiative sous le coude, comme Galilé 360, une plate-forme Internet d’aide aux créateurs.

Crédit photos : Eric Michoux.



Roger Martin BTP
Article classé dans : Entreprises

Mots-clés : reprise, Escofier, Éric Michoux, Galilé, CLM Industrie, Galilé 360

Découvrez également les articles associés :

A Besançon, et depuis peu à Dijon, Âges et Vie invente la colocation pour les personnes âgéesA Besançon, et depuis peu à Dijon, Âges et Vie invente la colocation pour les personnes âgées
Egger injecte 60 millions d’euros en trois ans dans son usine de panneaux mélaminés dans les VosgesEgger injecte 60 millions d’euros en trois ans dans son usine de panneaux mélaminés dans les Vosges
Sous pavillon allemand, la papeterie Wepa dans l’Aube s’est mise en ordre de marcheSous pavillon allemand, la papeterie Wepa dans l’Aube s’est mise en ordre de marche
Pourquoi Cleia vend ses savoir-faire d’ingénieriste en dehors de la conception et réalisation clé en main de tuileries et de briqueteries Pourquoi Cleia vend ses savoir-faire d’ingénieriste en dehors de la conception et réalisation clé en main de tuileries et de briqueteries

Commentez !


Combien font "10 plus 10" ?

Envoyer votre commentaire