Chez Seger, l'habitat bourgeois devient écolo

Publié par Christiane Perruchot, le 20 janvier 2011

Evolution. Force est de constater que les promoteurs immobiliers ne s'empressent pas - contrairement aux bailleurs sociaux - de construire l'habitat économe en énergie que la réglementation leur imposera pourtant en 2012.

Comptant parmi les références du résidentiel de grand standing dans la région Est, le dijonnais Seger franchit le pas avec un programme à faible empreinte environnementale au centre-ville de Dijon.

Pour Xavier Rouy, directeur du groupe, ce programme de 87 logements résulte d'une politique «très volontariste».

Car sa clientèle est peu sensible à l'écologie et aux économies d'énergie.

«Pour vendre du grand standing, les coûts d'exploitation importent peu», précise le directeur.

En revanche, le confort est un fort argument de vente : grandes surfaces vitrées, balcons et terrasses, climatisation, emplacement privilégié, qualité architecturale.

Aidé du cabinet d'architectes parisien Imhotep et du bureau d'études dijonnais Bénefficience (groupe Elithis), le promoteur résoud la quadrature du cercle par une conception bioclimatique.

L'enveloppe du bâtiment en brique couplée à des matériaux isolants performants limitent les besoins de chauffage à 15 kilowatteurs par m2 et par an et, toutes  énergies confondues, à 45 kilowatteurs.

Cela correspond au niveau du label allemand Passivhaus, inférieur de 20% au label BBC (bâtiment basse consommation), référence de la réglementation thermique 2012.

«On a maintenu les grandes surfaces vitrées dotées de masques solaires pour éviter la surchauffe l'été et profiter des rayons du soleil l'hiver, les balcons et la climatisation», précise Xavier Rouy.

Une pompe à chaleur à gaz à absorption allie le chauffage collectif et le rafraîchissement.

D'un coût de 16 millions d'euros, le programme d'habitat sera livré à la fin de l'année 2012.



Roger Martin BTP
Article classé dans : Entreprises

Mots-clés : Dijon, Bourgogne, bâtiment, Côte-d'Or, promotion immobilière

Découvrez également les articles associés :

En Alsace, le plasturgiste EMI démontre les capacités d'une PME à réaliser une usine 4.0 En Alsace, le plasturgiste EMI démontre les capacités d'une PME à réaliser une usine 4.0
Pourquoi Suez et Engie investissent 18 millions d’euros sur le site régional d'enfouissement des déchets de Drambon, en Côte-d'OrPourquoi Suez et Engie investissent 18 millions d’euros sur le site régional d'enfouissement des déchets de Drambon, en Côte-d'Or
Les frères Allemandou inaugurent avec Frapak leur seconde usine de plasturgie à Sens en association avec Marjolein PutterLes frères Allemandou inaugurent avec Frapak leur seconde usine de plasturgie à Sens en association avec Marjolein Putter
En Moselle, Laboratoires Lehning inaugure un investissement de 12,4 millions d’€En Moselle, Laboratoires Lehning inaugure un investissement de 12,4 millions d’€

2 réponse(s) à "Chez Seger, l'habitat bourgeois devient écolo"

  1. taux interêt credit immobilierdit :

    Ce que dit Eric est évident, on peux très bien passer par la renégociation de son crédit immobilier pour faire baisser les mensualités. Par contre le rachat de crédit n'est pas valable pour tout le monde, il faut être éligible.

  2. diagnostics immobiliersdit :

    Merci pour ces infos, le problème de l'immobilier reste dans le décrochage des prix par rapport au pouvoir d'achat des Français. Tant qu'il n'y aura pas plus de biens sur le marché pour faire baisser les prix, le problème de l'immobilier restera entier.

Commentez !


Combien font "2 plus 7" ?

Envoyer votre commentaire