Traces Ecrites News, le club
  • Batifranc
  • CLEIA
  • EDC
  • Roch Constructeur Bois

Savoye détecte une reprise des investissements en logistique

Publié par Christiane Perruchot, le 08 juin 2015

LOGISTIQUE/BOURGOGNE. Chez le fabricant d'équipements pour la logistique Division Savoye, dont le siège est à Dijon, les affaires reprennent et il le fait savoir.

Jeudi dernier, une quarantaine de clients se sont déplacés à l'usine à Ladoix-Serrigny, près de Beaune, pour entendre la bonne nouvelle et découvrir les dernières innovations de cette filiale du groupe Legris Industries.

 

montageconvoyeurs
Montage des convoyeurs dans les ateliers de Ladoix-Serrigny. ©Traces Ecrites.

 

Une croissance à deux chiffres. Rémy Jeannin, le président de Savoye, rebaptisé en début d'année, Division Savoye, ne  pensait pas y parvenir après le « plongeon » de la crise de 2008. L'an dernier, le chiffre d'affaires de la filiale du groupe à capitaux familiaux Legris Industries a progressé de 11% à 105 millions d'€ et a engendré des bénéfices.

 

L'année en cours devrait poursuivre cette progression à deux chiffres. Depuis le dernier trimestre de 2014, « le niveau d'entrées de commandes a augmenté de 12%, s'élevant à 121 millions d'€ », précise le dirigeant. 60% de ce business provient de l'export avec une dynamique variable selon les zones géographiques.

 

Division Savoye développe quatre métiers à travers quatre sociétés qui emploient au total 600 personnes : A-SIS, éditeur de logiciels à Saint-Etienne ; Intelis, nouveau nom de l'entreprise historique de Ladoix-Serrigny (Côte-d'Or), fabricant de convoyeurs qui emploie 150 personnes, Prodex, spécialiste du stockage dynamique en Eure-et-Loire et Retrotech, dédié à l'ingénierie logistique aux Etats-Unis. Le siège est basé à Dijon et emploie une centaine de personnes.

 

C'est le continent américain qui porte la croissance. « On observe un boom des projets depuis deux ans, pour beaucoup liés à la relocalisation d'unités de production d'Asie qui conduisent à la réorganisation des circuits logistiques », explique l'industriel.

 

L'Europe se réveille. Rémy Jeannin détecte une reprise des investissements dans la logistique : « ils sont liés à l'obsolescence donc au renouvellement des équipements, mais aussi au développement de certains marchés, notamment le e-commerce à la fois par des opérateurs spécialisés dans le commerce en ligne et le développement de ce support de vente dans la distribution traditionnelle ». Savoye a profité de cet élan : l'entreprise a équipé l'an dernier le dernier site de vente.privee.com, qui vient d'être mis en service à Beaune.

 

7% du chiffre d'affaires pour la R&D

 

general

 

Le troisième marché le plus important, la Russie, ne présente pas les mêmes perspectives d'embellissement. En plus d'une parité monétaire défavorable entre l'€ et le rouble, Rémy Jeannin l'explique par les difficultés d'y faire des affaires sans pied à terre. L'implantation d'un bureau commercial et technique en 2013 n'a pas encore les retombées attendues, mais le dirigeant escompte un redémarrage en 2016.

 

Le ralentissement des dernières années a laissé le temps aux équipes d'ingénieurs et techniciens (une vingtaine de personnes) de phosphorer sur l'amélioration de ses produits. Depuis deux ans, l'entreprise consacre 7% de son chiffre d'affaires à la recherche et au développement.

 

Car les industriels veulent des chaînes logistiques toujours plus rapides, rentables et fiables. Avec pour enjeu de réduire les accidents du travail et les troubles musculosquelettiques - la profession étant une des plus exposées selon l'agence nationale pour l'amélioration des conditions de travail (Anact).

 

La chaîne logistique est désormais connectée. Le convoyeur de manutention à rouleaux reste indémodable, mais il devient intelligent. Des cartes électroniques sur chaque module donnent des ordres différents : accélérer ou ralentir le flux selon le poids du colis, éviter les "trous" de circulation ou les accumulations de charges en bout de chaîne. La commande électrique les rend silencieux.

 

Quant aux postes de préparation de commande, ils se dotent de systèmes d'assistance pour éviter à l'opérateur de se tromper lorsqu'il réalise un colis avec plusieurs produits différents : des afficheurs lumineux à Leds s'éteignent au fur à mesure qu'il saisit un objet dans un casier. Un assistance informatique optimise les emplacements des colis sur une palette.

 

bandeaux
L'une des dernières innovations de Savoye : des bandeaux de Leds guident les prélèvements lors d'une préparation de commandes.

Vision en trois dimensions

 

Plus futuriste, une casquette dotée d'une caméra restitue en trois dimensions l'environnement de l'opérateur ainsi libéré des gestuelles des mains et des yeux. Savoye expérimente ce système d’hypervision 3D dans l'entrepôt d'ID Logistics pour Nespresso à Cavaillon.

 

La géolocalisation entre aussi dans les entrepôts qui identifie les opérateurs, les chariots et tout objet en mouvement afin pour repérer un incident sur la chaîne.

 

Des innovations qui sont développées en interne, mais aussi par des partenariats. Comme celui conclu avec deux chercheurs de l'Université de technologie de Belfort-Montbéliard (UTBM), spécialisés dans la motricité et qui ont travaillé sur l'ergonomie des postes de travail : des plans inclinés et des boutons tactiles évitant la multiplication des mouvements.

 

La complexification des systèmes logistiques conduit l'entreprise à une réorganisation par pôles de compétences communs aux quatre filiales de la division dont le nom devient la marque de leur gamme de produits.

 

« L'objectif est clair, précise Rémy Jeannin, passer du statut d'ensemblier-constructeur-éditeur de logiciels à celui d'ingénieriste multi-spécialiste. » Division Savoye veut ainsi se donner les moyens de vendre des solutions globales, quitte à les compléter - si elle ne les fabrique pas - avec des équipements d'autres fabricants.

 

exercice_illegal_boucle

 

jeanninQui est Rémy Jeannin ?

 

Originaire de Lons-le-Saunier (Jura), Rémy Jeannin fait ses études à l'Université de Bourgogne où il obtient un diplôme d'études supérieures comptables et financières.

 

Il entre chez Savoye en 1993. L'entreprise créée par Henry Savoye dans la côte viticole de Beaune dans les années 1960 pour fabriquer des encaisseuses de bouteilles, vient tout juste d'être rachetée par le belge Legris Industries.

 

D'abord DRH et directeur des finances de Savoye, il devient directeur général adjoint de la division ingénierie des matériaux de construction du groupe Legris, puis, en 2008, DRH du même groupe.

 

Membre du directroire de Legris Industries depuis 2009, il est choisi deux ans plus tard, pour présider la division logistique avec pour mission de la déployer à l'international. En 2013, Savoye ouvre des filiales commerciales et techniques en Russie et au Maroc.

 

Et découvrez le secteur de la logistique en Côte-d'Or en cliquant sur le logo invest

 



Roger Martin BTP
Article classé dans : Entreprises
Innovation

Mots-clés : Dijon, Bourgogne, Côte-d'Or, logistique, équipementiers, ID Logistics, Vente-Privée, Division Savoye, Legris Industries, Retrotech, A-SIS, Prodex

Découvrez également les articles associés :

La maison alsacienne de foie gras Feyel & Artzner se diversifie dans les plats cuisinés et monte en gammeLa maison alsacienne de foie gras Feyel & Artzner se diversifie dans les plats cuisinés et monte en gamme
Le fabricant de forets Diager investit plus de 8 millions dans le Jura et embauche Le fabricant de forets Diager investit plus de 8 millions dans le Jura et embauche
Ils innovent : Alsafix remplace le ciment par une mousse en polyuréthane et Redberry traque les bactéries à grande vitesseIls innovent : Alsafix remplace le ciment par une mousse en polyuréthane et Redberry traque les bactéries à grande vitesse
A Nancy, la nouvelle génération désormais aux commandes d’Ateliers Cini profite d’une situation assainieA Nancy, la nouvelle génération désormais aux commandes d’Ateliers Cini profite d’une situation assainie

Commentez !


Combien font "9 plus 10" ?

Envoyer votre commentaire