Traces Ecrites News, le club
  • CCI Grand Est
  • Utinam
  • Domaines Albert Bichot
  • Groupe Seb

Les douze sucess-stories de l'année du Réseau Entreprendre® Bourgogne

Publié par La Rédaction, le 28 juin 2018

ENTREPRISES/BOURGOGNE. Dix créateurs d’entreprise et deux repreneurs font partie de la 15ème promotion des lauréats du réseau Entreprendre Bourgogne®.

Ils intègrent la communauté des 224 entrepreneurs soutenus en Bourgogne depuis 2002 par le réseau de chefs d'entreprise, sous la forme d'un prêt d'honneur et d'un accompagnement au développement de leur affaire.
La soirée qui s’est déroulée mardi 26 juin dans un lieu inattendu - un ancien hangar à avions de la feu base aérienne 102 à Longvic, dans l’agglomération de Dijon, a aussi été le théâtre d’un passage de témoins : Emmanuel Chevasson et Arnaud Gravel, respectivement président et délégué général, succèdent à Gérard Desbois et André Renard.

 

reseauentreprendretshirt
© Traces Ecrites.

 

• Christian Bertrand reprend l'entreprise de plasturgie Simon et Cie.

 

Christian Bertrand a repris il y a tout un an, Simon et Cie, une PME de 15 salariés à Avallon (Yonne) qui s’est fait une spécialité des étuis souples en PVC et polypropylène, type pochettes de carte bancaire, porte-chéquier, garde-ordonnances etc. « J’ai cherché pendant deux ans une entreprise à reprendre », raconte cet ingénieur de l’Ecole Centrale de Lyon qui a fait carrière une vingtaine d’années dans de grands groupes, Knauf en particulier, et qui, à 45 ans passés, a eu envie de voler de ses propres ailes.
Le repreneur de cette société de plasturgie parie sur l’innovation dans les produits et les process pour la développer, et beaucoup encore sous le sceau du secret. « Je m’engage sur plusieurs marchés, et je développerai les plus porteurs plus rapidement ».

L’acquisition récente d’une imprimante numérique l’introduit sur le segment de la communication et de l’événementiel grâce, précise t-il, à une qualité comparable à la photographie. Ces plus petites séries doivent apporter plus de valeur ajoutée au fond de commerce de l’entreprise (chiffre d’affaires de 2 millions d’€) basé sur les gros volumes. Prêt d'honneur de 30.000 €.

 

simonetcie
Christophe Bertrand, repreneur de l'entreprise de plasturgie Simon dans l'Yonne remet un trophée à son accompagnateur, Vincent Stenger, dirigeant de Meirs. © Grégory Girard.

 

• Fuel-It mesure le niveau des cuves par ultrasons.

 

fuelit
Mathias Parthiot et Yann de la Roche Saint André, fondateurs de Fuel-It (à gauche), Delphine Coutagne, Equipeer et Joachim Tavarès, Pappyhappy. © Traces Ecrites.

 

La clé de l’activité de cette start-up hébergée au Village by CA de Dijon, est un capteur d’ultrasons qui se visse sur un contenant et transmet le niveau de son contenu sur un smartphone. Mathias Parthiot et Yann de la Roche Saint André l’ont créée en 2016 pour les cuves à fuel (d’où son nom), et commencent à l’adapter à tout autre liquide : les cuves de collecte de lait pour les éleveurs, de récupération d’huile usagée pour les garagistes, les cuves de bornes à incendie, de réserve d’eau etc. « Un marché énorme », commentent les fondateurs de Fuel-It qui ont jusqu’à présent fait connaître leur produit principalement grâce à leur site Internet.
A ce jour, une centaine de capteurs ont été commercialisés et une commande d’un millier va être satisfaite cet été. C’est l’entreprise du Jura Tech Power qui fabrique les capteurs et eux-mêmes qui ont développé les algorithmes d’alerte. Fuel-it réalise un chiffre d’affaires de 400.000 € et emploie 3 salariés à temps plein. Prêt d'honneur de 50.000 €.

 

• Chavanne réinvente les produits d’eau douce cuisinés.

 

chavanne
Jérôme Jallon, à gauche et Joni Marquès.© Grégory Girard.

 

Les deux fondateurs, le 20 avril dernier, de la société Chavanne, implantée à Branges (Saône-et-Loire), se connaissent depuis longtemps au point de faire ensemble le grand saut de la création d’entreprise.

ils offrent comme avantages inappréciables d’être complémentaires et d’avoir une bonne expérience pour exercer leur métier. 

Jérôme Jallon a longtemps dirigé de sites industriels dans la charcuterie. Joni Marques connaît parfaitement le commercial de la GMS et de la restauration hors foyer pour avoir distribué des produits de la mer.

Ensemble, ils ont choisi de transformer des produits d’eau douce prêts à consommer : cuisses de grenouille, filets de sandre, de carpe, de perche…, avec un positionnement haut de gamme.

« Nous avons investi 265.000 € dans un outil industriel très performant car nous voulons devenir l’un des acteurs majeurs sur ce créneau », indique Joni Marques. Ils visent à trois ans les 3,5 millions de chiffre d’affaires.

Frederi (pas de c) Maurin, leur accompagnateur et assureur de profession, pointe comme atouts :  « le côté original de la démarche, la diversité de la gamme proposée, les précommandes déjà engrangées et la qualité des deux hommes ». Prêt d’honneur de 50.000 €.

 

Kremernouvellepub

 

• VitaVinum, conseiller digital en vins.

 

vitavinum
Alexandre Bastard et Audrey Chaillet, cofondateurs de VitaVinum (vêtements rouges) en compagnie de Arthur Wagner (L'Assiette d'Arthur et Alex) et Christophe Ryff (Re-Pack). © Traces Ecrites.

 

Nous les avions présentés tout juste accueillis par l’ancien incubateur Prémice en novembre 2016. Alexandre Bastard, docteur oenologie et Audrey Chaillet, diplômée de Sciences Po, les fondateurs de VitaVinum continuent leur bonhomme de chemin avec un coup de pouce de réseau Entreprendre.

La base de données sur le vin (géographiques, sensorielles, marketing) qu’ils ont constitué est accessible depuis une tablette tactile implantée dans les rayons des grandes surfaces pour permettre aux consommateurs de choisir leur vin en toute connaissance de cause : association des mets, caractéristiques gustatives, prix.

Tout en poursuivant l’implantation de ses outils dans les magasins, le duo développe maintenant d’autres applications sur smartphone toujours dans la filière viticole comme une initiation à l'apprentissage des vins. Prêt d'honneur de 30.000 €.

 

 

Banniere-640x90-BTD-SYSTEMS

 

• Les mignardises de Waffa Coutan.

 

Ancienne cadre dans le luxe et la cosmétique qui s’est formée à la pâtisserie avant de lancer son projet en 2017, Waffa Coutan se déclare artisan solidaire. La gamme de chocolats et biscuits que la fondatrice de Mignart - « comme mignardise mais avec un T » - fabrique, utilise des ingrédients issus de l’agriculture biologique et les emballages sont réalisés dans une entreprise d’insertion qui emploie des personnes handicapées. Pour lancer ses produits, l’entrepreneure de Chalon-sur-Saône (Saône-et-Loire) lance une campagne de préventes sur la plateforme de financement participatif Ulule, dont une partie de la collecte servira à installer un nouvel atelier. Prêt d'honneur de 25.000 €.

 

• Lucas Étiquettes adopte l’impression numérique.

 

Après 15 ans d’expérience dans le packaging, Sébastien Lucas créé Lucas Étiquettes à Tonnerre (Yonne), une imprimerie spécialisée dans les étiquettes adhésives, en particulier pour la filière viticole et l’agroalimentaire. Sa particularité est de ne faire que de l’impression numérique, plus adaptée à des petites séries et avec des délais de réalisation plus courts qu’en impression classique. L’entreprise emploie 4 personnes. Prêt d'honneur de 35.000 €.

 

laureats
L'ensemble des lauréats en compagnie du président Emmanuel Chevasson (3ème à partir de la gauche au 1er rang). © Traces Ecrites.

 

• Les petits producteurs remplissent L'Assiette d'Arthur et Alex.

 

Depuis sa première boutique de Nevers baptisée H@lle de Nevers, Arthur Wagner veut créer un réseau national de magasins sur le même principe : des produits alimentaires issus de petits producteurs qui fixent leur prix librement. Les deux premières du réseau ont annoncées d’ici la fin de l’année. La commercialisation se fait également depuis la boutique en ligne de L'Assiette d'Arthur et Alex. Prêt d'honneur de 30.000 €.

 

• Re-Packed fait des supports de communication multilatéraux.


Après vingt ans d’expérience dans les secteurs du cartonnage, Christophe Ryff crée en 2014 à Auxerre (Yonne) cette société spécialisée dans la conception et la fabrication de supports de communication combinant différents matériaux : le bois, le métal, le textile, le plastique. Le fil conducteur : les dernières technologies, impression 3D, découpe numérique, impression numérique et l’ajout de matériaux biosourcés, comme le géochanvre. Prêt d'honneur de 35.000 €.

 

cdjura

 

 

• Papyhappy, un site comparateur d’hébergements de personnes âgées.

 

Après 6 ans passés dans le BTP et 5 en tant que directeur de structures médico-sociales, Joachim Tavares créé Papyhappy, une plateforme collaborative et comparative spécialisée dans l’accompagnement des seniors dans le choix d’une maison de retraite ou d’un Ehpad. « Une équipe sillonne le territoire national et réalise des visites en client mystère ce qui permet d’obtenir de manière indépendante un classement des établissements sur des critères précis tel que l’accueil, l’hébergement, la restauration et les services », expliquent-ils. Prêt d'honneur de 30.000 €.


• Direct Fine Wine Access numérise le métier d’importateur.

 

Fruit de leur ambition commune de « révolutionner l’accès aux vignobles d’exception sur les marchés grand export, en permettant aux producteurs de contrôler leur distribution sans intermédiaire », Direct Fine Wine Access est une plateforme de e-commerce réservée aux professionnels de la restauration et de l’hôtellerie. Les acheteurs bénéficient, eux, des prix à la sortie de propriété assurent les cofondateurs, Benjamin Royer, Maxime Lepers, Roger Belland et Martin B. Jones installés à Épervans (Saône-et-Loire). Prêt d'honneur de 30.000 €.

 

 

négociants

 

 

• Capital Culturel Européen reprise par l’une de ses salariées.

 

Mireille Ribeiro-Duby a repris Capital Culturel Européen en octobre 2016, une agence de voyages scolaires et linguistiques, après avoir travaillé plus de dix ans en tant que bras droit de l'ancienne propriétaire. Parallèlement à cette activité qui fait voyager environ 22.000 élèves/an, elle crée Cap Langage, une école de langues basée à Mâcon où les enfants peuvent s’initier à une langue étrangère dès l’âge de 3 ans. Prêt d'honneur de 50.000 €.

 

• Equipeer vend des chevaux par Internet.

 

Issue du milieu équestre comme ses deux associés, Delphine Coutagne a créé Equipeer, une plateforme numérique de location et vente de chevaux entre particuliers et/ou professionnels, de courtage de chevaux de sport, et de matériel équestre. L’ensemble des transactions se fait via une plateforme numérique : caution, assurance, paiement, signature électronique des contrats. Prêt d'honneur de 40.000 €.



Roger Martin BTP
Article classé dans : Entreprises

Mots-clés : Dijon, Yonne, Saône-et-Loire, Nevers, Bourgogne Franche-Comté, VitaVinum, Simon et Cie, Fuel-It, Mignart, Chavanne, Lucas Étiquettes , L'Assiette d'Arthur et Alex

Découvrez également les articles associés :

Pourquoi le franc-comtois Omedec rachète la chaudronnerie Lhermite en Haute-MarnePourquoi le franc-comtois Omedec rachète la chaudronnerie Lhermite en Haute-Marne
La maison alsacienne de foie gras Feyel & Artzner se diversifie dans les plats cuisinés et monte en gammeLa maison alsacienne de foie gras Feyel & Artzner se diversifie dans les plats cuisinés et monte en gamme
Le fabricant de forets Diager investit plus de 8 millions dans le Jura et embauche Le fabricant de forets Diager investit plus de 8 millions dans le Jura et embauche
Ils innovent : Alsafix remplace le ciment par une mousse en polyuréthane et Redberry traque les bactéries à grande vitesseIls innovent : Alsafix remplace le ciment par une mousse en polyuréthane et Redberry traque les bactéries à grande vitesse

Commentez !


Combien font "9 plus 10" ?

Envoyer votre commentaire