Renolit Ondex se diversifie dans l'isolation thermique du bâtiment

Publié par Christiane Perruchot, le 05 octobre 2015

PLASTURGIE/BOURGOGNE. Réputée pour ses plaques ondulées en PVC bi-orienté dont elle a déposé le brevet, Renolit Ondex amorce une diversification dans l’isolation thermique du bâtiment, avec un parement en plaques planes, toujours en PVC.

L’entreprise de Chevigny-Saint-Sauveur, près de Dijon, a fêté ses 50 ans en fin de semaine dernière. Son credo dans un secteur en crise, le bâtiment, est l’innovation.

 

plaqueondulee
La plaque ondulée en PVC bi-orienté, produit vedette d'Ondex. L'étirage en longueur et en largeur se fait sous un souffle d'air chaud, sur l'une des deux lignes d'extrusion dédiées à cette production. ©Traces Ecrites.

 

L’enveloppe posée sur le bâtiment administratif de Renolit Ondex sert de chantier pilote pour le dernier né des produits de la filiale du groupe allemand Renolit, à Chevigny-Saint-Sauveur, près de Dijon (Côte-d'Or). Le spécialiste des plaques ondulées en PVC bi-orienté, résultante d’un brevet déposé il y a 50 ans, amorce une diversification dont le but est de résister à la conjoncture du bâtiment, en berne.

 

C’est pourtant le même secteur d’activité que vise l’entreprise avec sa dernière innovation, mais dans un domaine en devenir : l’isolation thermique du bâtiment (ITE).

 

Ce nouveau produit, non encore commercialisé, décline un savoir-faire développé il y a à peine 10 ans : la plaque plane, toujours en PVC, qu’elle vendait jusqu’à présent uniquement pour la décoration intérieure.

 

D’une épaisseur variable, selon les besoins, cette protection murale habille des surfaces à fort trafic comme les salles des hôpitaux ou sert de signalétique, comme l’aménagement tout récent d’un hall de l’aéroport de Lyon-Saint-Exupéry aux couleurs d’une compagnie aérienne.

 

La technologie est la même, affinée grâce à l’acquisition récente d’une ligne coextrudeuse qui sert apposer une couche de matière PVC pure afin de renforcer la résistance du coloris aux intempéries et à l’ensoleillement. Un investissement qui a coûté, avec l’amélioration de certaines machines, 600 000 €.

 

Recherche gros chantier test

 

ite
Le parement d'isolation thermique par l'extérieur, rivé sur une structure isolante, est testé sur les bâtiments administratifs d'Ondex.


Pour la mettre en œuvre dans l’isolation des bâtiments, l’industriel doit toutefois obtenir tous les agréments techniques. C’est pourquoi il recherche un gros chantier test.

 

Renolit Ondex compte aller encore plus loin dans l’isolation thermique des bâtiments. Avec trois autres sites de la maison mère en Europe, l’entreprise bourguignonne travaille sur un panneau de parement en PVC, avec des nids d’abeille incorporés, qui aurait pour avantage d’alléger son poids.

 

poudres
Lors des visites, les 30 septembre et 3 octobre, ouvertes aux fournisseurs, partenaires et familles des salariés, Vincent Berthocchio, ingénieur, présente les poudres de PVC auxquelles on ajoute un stabilisant et un lubrifiant avant le passage dans un mélangeur qui tournent deux heures afin d'homogénéiser la matière. ©Traces Ecrites.

 

« C’est l’innovation qui nous a permis de remonter la pente de la crise de 2009, les produits autres que la plaque ondulée ont généré 30% du chiffre d'affaires en 2014, le faisant progresser de 15% », affirme Marc Fraix, le directeur de Renolit Ondex. Les ventes se sont élevées à 20 millions d’€ l’an dernier, pour 70% à l’étranger, en premier lieu en Allemagne, patrie de la maison mère.

 

Ces produits ne relèvent pas tous de l'innovation technologique, mais sont une adaptation aux besoins du marché d’une valeur sûre, la plaque ondulée en PVC bi-orienté.

 

Le procédé que l’entreprise a protégé par un brevet en 1964 alors que son actionnaire était encore le chimiste Solvay (voir encadré), permet de renforcer la solidité de la plaque en PVC. Elle est étirée mécaniquement dans les deux sens, en largeur et en longueur. « Sa résistance est plus de quatre fois supérieure aux mêmes plaques en PVC non bi-orientées », précise le directeur.

 

Des plaques percées pour les bâtiments agricoles

 

toitagri
Les lanternaux en plaque ondulée, une diversification du produit classique, déformé par thermoformage. Ondex utilise aussi cette technique pour faire des capots de protection pour l'industrie. ©Traces Ecrites.

 

Parmi ces adaptations, figurent un faîtage de toit en plaque ondulé adopté par le secteur agricole pour apporter de la lumière, notamment aux bâtiments d’élevage. Auprès de la même clientèle, Renolit Ondex a lancé il y a un an une plaque percée qui joue à la fois un rôle de ventilation et d’éclairage de ces mêmes bâtiments agricoles. Cette dernière adaptation lui a d’ailleurs valu un prix de l’innovation à deux salons agricoles européens.

 

Fournisseur du négoce en matériaux ou directement d’entreprises du bâtiment, Renolit Ondex expérimente également l’e-commerce. Pour sa clientèle d’agriculteurs, un site Internet de vente en ligne vient compléter depuis le 1er octobre, celui lancé en 2009 pour les horticulteurs.

 

exercice_illegal_boucle

 

Pour conduire cette politique de diversification, l’entreprise renforce ses effectifs (de 37 personnes au total) en ingénierie et en commercial. Elle procèdera à deux embauches dans ces secteurs avant la fin de l’année.

 

« Nous nous sentons réellement soutenus par nos actionnaires qui sont des industriels et qui investissent sur le long terme », se satisfait Marc Fraix. Même si Ondex est un petit poucet dans le groupe : 2% du chiffre d'affaires de Renolit.

 

visextrudeuse
Ces vis d'extrudeuse chauffent les particules de PVC en tournant et les fait s'agglomérer entre elles. ©Traces Ecrites.

 

Retour sur 50 années, de Solvay à Renolit

 

fraix
Marc Fraix, directeur de Renolit Ondex depuis 9 ans. ©Traces Ecrites.

- 1963 : le groupe Solvay s’implante à Chevigny-Saint-Sauveur, en Côte-d'Or et crée la Société Bourguignonne d’Applications Plastiques (SBAP).

- 1965 : premières plaques en PVC.

- 1993 : création de la société Ondex.

- 2006 : le groupe allemand Renolit rachète l’activité feuilles industrielles du groupe Solvay ; Ondex devient Renolit Ondex.

Ce groupe au capital familial possède aujourd’hui 21 sites de production dans le monde - Chevigny-Saint-Sauveur est le seul en France -, emploie 4500 personnes et a réalisé en 2014 un chiffre d'affaires de 915 millions d’€.

- 2008 : première diversification avec le lancement d’une ligne d’extrusion de plaques PVC planes.

- 2014 : deux trophées de l’innovation pour un système de couverture en plaque ondulée.

- 2015 : l’entreprise fête ses 50 ans et axe le développement des plaques planes vers l’isolation thermique du bâtiment (ITE). Elle travaille au sein du cluster Agro Composites sur un matériau utilisant des fibres naturelles.

 

 

En savoir plus sur le secteur de la plasturgie en Côte-d'Or, en cliquant sur le logo invest



Roger Martin BTP
Article classé dans : Entreprises

Mots-clés : Dijon, Bourgogne, bâtiment, Côte-d'Or, Chimie, bâtiments agricoles, PVC , isolation thermique des bâtiments, Renolit Ondex

Découvrez également les articles associés :

Les frères Allemandou inaugurent avec Frapak leur seconde usine de plasturgie à Sens en association avec Marjolein PutterLes frères Allemandou inaugurent avec Frapak leur seconde usine de plasturgie à Sens en association avec Marjolein Putter
En Moselle, Laboratoires Lehning inaugure un investissement de 12,4 millions d’€En Moselle, Laboratoires Lehning inaugure un investissement de 12,4 millions d’€
La brasserie familiale alsacienne Meteor met la huitième génération aux commandes de ses cuves La brasserie familiale alsacienne Meteor met la huitième génération aux commandes de ses cuves
François Labet, le bien né et bien éduqué vigneron du Château de la Tour au sein du domaine du Clos de VougeotFrançois Labet, le bien né et bien éduqué vigneron du Château de la Tour au sein du domaine du Clos de Vougeot

Commentez !


Combien font "8 plus 3" ?

Envoyer votre commentaire