Rachetée par EOS Imaging, OneFit Medical décolle à Besançon

Publié par Monique Clémens, le 06 mai 2014
OneFit Medical est spécialisée dans les solutions de chirurgie orthopédique pour la pose de prothèses du genou et de la hanche.
OneFit Medical est spécialisée dans les solutions de chirurgie orthopédique pour la pose de prothèses du genou et de la hanche.

BIOMÉDICAL. Créée en 2011, la start-up de Besançon spécialisée dans les solutions spécifiques au patient pour la chirurgie orthopédique a été rachetée fin 2013 par EOS Imaging, une société parisienne d’imagerie médicale en plein développement.

Une chance pour l’équipe bisontine qui a désormais les moyens de ses développements et de belles perspectives sur le marché international.

Cliquez sur les photos pour les agrandir.

Sébastien Henry, le fondateur de OneFit Medical, une start-up éclose dans les locaux de Temis Innovation à Besançon, est lui-même étonné de la facilité avec laquelle sa petite entreprise franchit les obstacles.

« La société a été créée en six mois, en août 2011, et Invest Franche-Comté est entré au capital en novembre. Nous avons obtenu toutes les certifications en moins de six mois. Le défi était d’arriver le premier, de répondre vite à une demande existante », raconte t-il.

Avec l’arrivée des imprimantes 3D, le développement des images IRM et la puissance des ordinateurs, Sébastien Henry, consultant dans le secteur de l’orthopédie, avait jugé qu’il était temps de foncer. « Toutes les conditions étaient réunies pour lancer le produit », analyse-t-il après-coup.

Spécialisée dans les solutions de chirurgie orthopédique pour la pose de prothèses du genou et de la hanche, et notamment dans les guides de coupe pour les chirurgiens - de précieux outils permettant de positionner au mieux la prothèse-, OneFit Medical emploie déjà 18 salariés.

Ce sont des ingénieurs de l’ISIFC (l'école d'ingénieurs en génie biomédical de l'université de Franche-Comté) et de l’UTBM, des programmeurs et un docteur en informatique, ainsi que des doctorants en électronique et de l’Insa (institut national des sciences appliquées).

Désormais filiale de EOS Imaging, OneFit Medical a été incubée dans les locaux de Temis Innovation à Besançon. Photo : David Cesbron.
Désormais filiale de EOS Imaging, OneFit Medical a été incubée dans les locaux de Temis Innovation à Besançon.
Photo : David Cesbron.

Décollage quasi vertical

La PME poursuit son décollage quasi vertical. Fin 2013, alors que son dirigeant envisageait un deuxième tour de table pour pousser plus loin ses développements, la société parisienne d’imagerie médicale EOS Imaging, cotée en bourse depuis 2012, a finalement choisi de racheter 100% de la petite entreprise bisontine qui est désormais sa filiale.

« C’était une très bonne nouvelle pour tout le monde, pour nos clients notamment qui voient que nous sommes solides puisque EOG Imaging finance nos projets de développement. Ce n’était pas un choix contraint, mais bien délibéré, avec une vision industrielle commune forte et des complémentarités. Cette cession, deux ans après la création, est une belle valorisation ».

Dans ce marché porteur des technologies innovantes appliquées au médical, OneFit Medical apporte aux chirurgiens la troisième dimension, eux qui ne travaillaient jusqu’alors qu’en 2D.

De là l’intérêt d’EOS Imaging, qui a souhaité que Sébastien Henry reste au pilotage de sa société et lui a proposé d’en être le directeur général.

« Nous n’avons pas changé notre façon de fonctionner, même si nous avons des projets communs. Nous venons d’ailleurs de lancer notre premier produit commun, un logiciel de planification en 3D de la hanche. Il utilise la technologie d’imagerie d’EOS qui est moins irradiante, plus rapide et précise », explique t-il.

Homologuée par la FDA américaine courant 2014

OneFit Medical est désormais placée sous la protection d’un groupe solide (15,2 millions d’€ de chiffre d’affaires 2013, en hausse de 61%) qui lui ouvre les portes du marché américain, avec un accès direct aux cinq groupes d’outre-Atlantique ne disposant pas encore de la technologie de l’imagerie.

« EOS Imaging est également présent au Japon, en Australie et sur les marchés émergents. Nous avons de gros relais de croissance à l’export », argumente le dirigeant.

Les perspectives de la start-up bisontine sont belles.

Elle devrait être homologuée par la FDA (Food and Drug Admininstration, équivalent de l'agence nationale de sécurité du médicament) américaine courant 2014, ce qui lui ouvrira grand les portes du marché américain, le plus vaste au monde en matière de chirurgie orthopédique.

En 2012, elle avait réalisé 170 000 € de chiffre d’affaires. En 2013, il avait bondi à 500 000 €. « Nous voulons garder cette dynamique de croissance », assure, confiant, Sébastien Henry.

Sébastien Henry, le fondateur, reste directeur général.
Sébastien Henry, le fondateur, reste directeur général.

Qui est Sébastien Henry

Titulaire d’une maîtrise en économétrie, Sébastien Henry, 42 ans et Franc-comtois d’origine, est arrivé par hasard dans le monde de l’orthopédie et ne l’a plus quitté.

Son parcours dans ce secteur pointu a démarré dans une entreprise de Montbéliard, où il était chargé d’analyse de données, puis en 2000, il s’est envolé au Canada où il fut chargé par la start-up Orthosoft de créer un département de production de systèmes informatiques et d’instruments associés.

Commercial ensuite, toujours pour Orthosoft, il s’est chargé de prospecter en Europe avant de revenir à Baume-les-Dames (Doubs) où il a créé Medivea, une société de consultant destinée à aider les entreprises américaines à s’implanter sur le Vieux continent.

Fin connaisseur du marché, il a ensuite eu l’idée de créer OneFit Medical.



Roger Martin BTP
Article classé dans : Entreprises
Start-up

Mots-clés : Besançon, Franche-Comté, Doubs, biomédical, Temis, EOS imaging, OneFit Medical

Découvrez également les articles associés :

Les frères Allemandou inaugurent avec Frapak leur seconde usine de plasturgie à Sens en association avec Marjolein PutterLes frères Allemandou inaugurent avec Frapak leur seconde usine de plasturgie à Sens en association avec Marjolein Putter
En Moselle, Laboratoires Lehning inaugure un investissement de 12,4 millions d’€En Moselle, Laboratoires Lehning inaugure un investissement de 12,4 millions d’€
La brasserie familiale alsacienne Meteor met la huitième génération aux commandes de ses cuves La brasserie familiale alsacienne Meteor met la huitième génération aux commandes de ses cuves
François Labet, le bien né et bien éduqué vigneron du Château de la Tour au sein du domaine du Clos de VougeotFrançois Labet, le bien né et bien éduqué vigneron du Château de la Tour au sein du domaine du Clos de Vougeot

Commentez !


Combien font "4 plus 10" ?

Envoyer votre commentaire