Que deviennent les sites logistiques d’Amazon et de Rhenus à Chalon-sur-Saône ?

Publié par Didier Hugue, le 04 janvier 2016

E.COMMERCE/BOURGOGNE. Le secteur de la logistique, en particulier pour le-commerce, n'a pas très bonne réputation. Vrai ou faux ? Traces Ecrites News a souhaité en savoir plus en se rendant dans les deux plates-formes des commerçants électroniques, qui se font face sur la zone d’activités Val de Bourgogne de Sevrey, près de Chalon-sur-Saône (Saône-et-Loire).

Tant celle de Rhenus Logistics, dédiée au vendeur en ligne de produits pour animaux domestiques Zoo Plus, offre un visage encore humain, tant celle de la société américaine de Jeff Bezos peut faire froid dans le dos par l’accueil réservé et l’hyper sécurité qui y règne.

Même la CFDT et la CGT, deux syndicats majoritaires du site, ont catégoriquement refusé de nous parler du climat social par peur de...

Reportage.

 

zooplus
Le site de Rhenus Logistics, dédié au vendeur en ligne Zoo Plus, à Chalon-sur-Saône.

 

La logistique est pour Olivier Ledoux une seconde nature. « J’exerce ce métier depuis 30 ans et connaît les deux côtés de la barrière », précise le directeur de Rhenus Chalon-sur-Saône. Voilà pourquoi il a été choisi pour diriger la seconde plate-forme française de Zoo Plus. Le prestataire logistique accueille dans ses 20 000 m2 d'entrepôts à Chalon-sur-Saône, le commerçant Web d’aliments et d’accessoires pour animaux domestiques : chiens, chats, oiseaux et rongeurs de compagnie.

 

Les deux groupes sont allemands, et cela se voit. Tous les équipements sont estampillés d’outre-Rhin, notamment les transpalettes, chariots élévateurs et préparateurs de commandes signés Jungheinrich,  démontrant par là que le patriotisme économique peut être une évidence, même en Europe.

 

Rhenus Logistics, filiale du groupe allemand Rehtmann, est un logisticien mondial qui réalise 4,2 milliards d’€ de chiffre d’affaires, emploie 25 000 personnes sur 460 plates-formes dans 42 pays. La filiale française intervient sur 31 sites et emploie 1400 personnes.

 

banquepopulaire

 

« Depuis la création de Zoo Plus en 1999 à Munich, nous gérons toute sa logistique avec quatre plates-formes implantées : aux Pays-Bas, en Allemagne, à Strasbourg et depuis janvier 2015, à Chalon-sur-Saône », précise Olivier Ledoux. Ici, l’unité de 20 000 m2, extensible au besoin de 10 000 autres, a déjà bénéficié de 8 millions d’€ d’investissement.

 

Une croissance à deux chiffres

 

L’effectif actuel d’une centaine de personnes sera très vite porté à près de 200, via la méthode, proposée par Pôle Emploi et jugée efficace, de recrutement par simulation. Elle fait fi des diplômes et de l’expérience pour n’apprécier que les habilités à occuper un poste donné. Après avoir défini les critères requis avec l’entreprise, des exercices de simulation étalonnés permettent de sélectionner les candidats les plus aptes.

 

Pour l’ensemble de ces embauches en CDI, Rhenus percevra une enveloppe de subventions de 1,288 million d’€ de l’État (736 000 €), au titre de la prime d’aménagement du territoire (PAT), et de 552 000€ du conseil régional, soit 3000 € par emploi.

 

rhenuszooplus
Tout le matériel et les équipements chez Rhenus Logistics proviennent de fournisseurs allemands.

 

« Avec une croissance à deux chiffres tous les ans, nous sommes très attentifs à bien gérer l’ensemble de nos flux de distribution, sachant que notre magasin en ligne dispose de 8000 références », indique Luc Haberkorn, directeur France et Belgique de Zoo Plus.

 

Le e-commerçant coté en bourse évolue sur un marché international qui représente 25 milliards d’€. Les ventes Internet ne représentent encore que 5%, mais Zoo Plus capte déjà la moitié de ce trafic. L’entreprise réalise 571 millions d’€ d’activité, avec 3,3 millions de clients européens, dont 400 000 en France, et emploie 300 collaborateurs. Elle vend plus de 200 marques et en commercialise en propre une dizaine.

 

Un parfum de « Big Brother »

 

Juste en face, Amazon gère depuis 2012 une plate-forme de 40 000 m2 hyper sécurisée avec un cordon intérieur de portiques de détection digne d’un aéroport international. Un bataillon de vigiles des deux sexes et en tenue surveille ici, non seulement le moindre visiteur, mais surtout un personnel au travail, allant de 330 salariés en CDI à plus de 1000 - avec des intérimaires - durant la grande période de pointe, quinze jours avant Noël.

 

exercice_illegal_boucle 

 

Côté accueil, il faut déjà hurler son nom à un portique blindé intégrant une caméra. L’interlocuteur fait avec délicatesse répéter par deux fois votre pedigree ainsi que celle de la personne visitée, puis s’en suit une attente sur le trottoir frisant le quart d’heure bourguignon.

 

Une fois dans la place forte, un cerbère exige avant tout bonjour, des papiers d’identité. Face à un refus poli mais ferme, la panique le gagne. En pareil cas, que dit le manuel des normes, préceptes et autres directives en vigueur dans la « World Compagny ». ? Une collègue fort heureusement arrive à son secours, toise l’impudent visiteur réfractaire et ne fait plus remplir qu’une simple fiche identitaire « en cas d’évacuation forcée ».

 

Un autre quart d’heure, chalonnais cette fois, permet d’apprécier un spectacle un rien cocasse. Une nuée de vigiles désoeuvrés fait tourner le cordon qui lie leur badge autour de l’index. Dans un sens et puis dans l'autre. Et ce, avec une telle dextérité que la management du cru pourrait sans doute proposer des championnats intergroupe...

 

De temps à autre, un « associate » - traduire par collaborateur qui a reçu au moins une action - veut sortir des cinq cellules de stockage et fait sonner le portique. Il passe alors séance tenante au détecteur. Le ballet se répète à l’infini.

 

amazoncellule
L'une des cinq cellules d'Amazon Chalon-sur-Saône.

 

Ronan Bolé, le responsable de la plate-forme du moment, fait encore patienter un peu, juste pour le " fun ". Cet ancien de l’équipementier Valeo parle le franglais couramment et récite par coeur le laïus convenu sur le géant du e-commerce. Les chiffres, il les débite à la pelle, mais jamais ceux demandés.

 

A force de questions réitérées maintes fois, on apprend que le quatrième entrepôt national du vendeur en ligne dispose bien de cinq cellules de stockage, évitant à chaque opérateur, affecté à l'une d'elle, de trop longs déplacements pour récupérer les objets commandés.

 

Conçu pour la logistique de produits de petite taille, le site va s’étoffer dans l’année avec la gestion d’articles d’habillement et de chaussures - dites surtout pour ne pas paraître idiot " shoes and apparel"  -. Un développement en partie lié aux excellents résultats enregistrés. Car Amazon Chalon-sur-Saône serait devenu un site de référence mondial pour la qualité de ses prestations (*).

 

Les syndicats muets comme des carpes ou presque

 

« Nous prévoyons en ce sens une extension en hauteur sur cinq étages de racks, soit environ 35 000 mètres carrés », explique le directeur qui ne précise aucun montant d’investissement. Quant au coût initial de l’implantation et les aides publiques offertes, il n’en dira rien.

 

Le rapport de séance plénière du conseil régional de Bourgogne indique que, pour 300 emplois en CDI, Amazon doit percevoir 300  000 € de l’État au titre la PAT (prime d'aménagement du territoire). Région et département allouent de leur côté, respectivement 850 000 € et 275 000 €, assurant ainsi un total de subventions de 1,425 million d’€.

 

amazonpaquet
Le centre de distribution Amazon Chalon-sur-Saône est l'un des plus performants du groupe.

 

Quid maintenant du climat social ambiant ? Si l’on en juge par la plaquette remise, c’est « Alice au Pays des Merveilles ».  Les employées des centres de distribution bénéficient de salaires « attractifs » : un 13ième mois payé en deux fois, une participation, distribution d’actions gratuites, une complémentaire santé et prévoyance, ainsi qu’un salaire supérieur de 23% au SMIC pour un préparateur de commandes en CDI.

 

Qu'en pensent les syndicats majoritaires : CFDT et CGT. Les représentants du premier bottent en touche à chaque appel. Celui du second se contente juste de dire par écrit : « l'actualité étant très chargée sur le site Amazon de Sevrey, harcèlement, discrimination et répression des élus CGT depuis quelques jours, je ne pourrai pas vous contacter rapidement. » On attend encore.

 

 (*) Plus globalement, les salariés français du géant du e-commerce démontrent qu'ils sont parmi les plus productifs au monde. Et les plus inventifs aussi. Un groupe de travail de la plate-forme Amazon de Saran a ainsi mis au point une scotcheuse adaptée à l'emballage des produits : scotch renforcé en papier, découpage automatique, scotch sortant automatiquement à la longueur de la taille du carton, scotch à base d’eau permettant de repositionner la bande...

 

 

Photos fournies par les deux entreprises.



Roger Martin BTP
Article classé dans : Entreprises

Mots-clés : Bourgogne, Chalon-sur-Saône, Saône-et-Loire, logistique, e-commerce, Amazon, aides publiques, Rhenus Logistics, Grand Chalon, Zooplus

Découvrez également les articles associés :

Les frères Allemandou inaugurent avec Frapak leur seconde usine de plasturgie à Sens en association avec Marjolein PutterLes frères Allemandou inaugurent avec Frapak leur seconde usine de plasturgie à Sens en association avec Marjolein Putter
En Moselle, Laboratoires Lehning inaugure un investissement de 12,4 millions d’€En Moselle, Laboratoires Lehning inaugure un investissement de 12,4 millions d’€
La brasserie familiale alsacienne Meteor met la huitième génération aux commandes de ses cuves La brasserie familiale alsacienne Meteor met la huitième génération aux commandes de ses cuves
François Labet, le bien né et bien éduqué vigneron du Château de la Tour au sein du domaine du Clos de VougeotFrançois Labet, le bien né et bien éduqué vigneron du Château de la Tour au sein du domaine du Clos de Vougeot

12 réponse(s) à "Que deviennent les sites logistiques d’Amazon et de Rhenus à Chalon-sur-Saône ?"

  1. marie Internautedit :

    Bonjour "Chalon sur Zone", bonjour "Lalo", bonjour "Alex Eagle", je suis réalisatrice et prépare un film sur Amazon. Cela m'intéresserait d'en parler avec vous. Vous pouvez m'écrire à : marieinternaute@gmail.com. Je vous donnerai tous les détails en privé. Merci d'avance!

  2. Chalon sur Zonedit :

    Je vois les commentaires des défenseurs de la world compagny foisonner, et oui les amis le fric, le fric encore et toujours le fric. Petit exemple de l'ambiance au cours de "l'aventure amazonienne" (c'est comme ça que les intérims vendent le concept, pire que Koh-Lanta quoi): un mec viré pour être allé pisser deux fois, des cas de dépressions à la pelle, chronométrage entre chaque portique, on peut y marcher jusqu'à plus de 20 kilomètres par jour, obligation de se garer sur le parking de la boite en bataille arrière sinon fourrière ... En gros il manque plus que Zola pour nous écrire" Germinal 2" version blockbuster. Mais bon c'est vrai que c'est le leader de la vente en ligne.

  3. Maxdit :

    Tout ce que vous entendez sur Amazon est vrai. Aucun côté humain et puis leur gym à faire tous les jours. Attention il faut la faire très rapidement et c'était très pénible. Il faut également répondre chaque jour à une question, genre êtes-vous heureux de travailler chez Amazon? Alors, vous repondez très heureux parce que sinon vous risquez de voir votre contrat pas renouvelé. Vraiment ça devient n'importe quoi la France. Amazon : aucun plaisir à travailler

  4. Lalodit :

    Sur les quinze intérimaires au moment que je suis rentrée, on été plus que 10 ou bout de quelques jours et puis que 4 ou 5 au bout de quelques semaines.

  5. Lalodit :

    J'ai travaillé chez Amazon en tant qu'intérimaire. C'est vraiment nul. C'est fini je n'y retourne plus. Je ne veux plus en entrendre parler. Pourtant j'en ai fait des boulots durs mais là, c'est le summum au dessus c'est le soleil. Ce qui ma surpris le nombre de personneS en arrêt. Amazon coûte chère à la sécu.

  6. kikiedit :

    Bonjour Ayant travaillé dans les 2 sociétés je peux vous affirmer que Rhenus est bien plus déplorable qu'Amazon !!! Arrêtez de critiquer ce site parce que, si tu fais bien ton boulot, il n'y a aucun soucis contrairement à Rhenus ....

  7. Mark Regodit :

    J'adore le commentaire thuriféraire de Jean Louis Syren qui, comme on le sait, signe des chroniques dans une revue économique appartenant à un groupe à la botte d'Amazon. Concernant le matériel utilisé, à savoir du matériel de transbordement, des robots et de la manutention, il y a, sur Chalon, un Groupe de compétences bien connu en ce domaine et qui vend ses productions...en Chine !

  8. La rédaction de Traces Ecrites Newsdit :

    La CGT 71 - Amazon logistique.fr nous communique : Bonjour, j'ai pu voir votre article très intéressant. Dommage de ne pas avoir pu discuter avec vous, mais l'actualité Amazon en fin d'année à été extrèmement chargée. Convocation de bon nombre de salariés, non respect de contrat travail intérimaire, heures sup obligatoire qu'Amazon à tenté d'imposer alors que depuis 2001 les heures sont au volontariat, licenciement d'une de nos camarades etc, etc... Toutes nos excuses pour ne pas vous avoir répondu rapidement.

  9. jean bregerdit :

    Cher journaliste (si au vu du parti-pris, on peut vous appeler ainsi), Ne pas (vouloir) comprendre qu'Amazon veut se prémunir du vol de produit coûteux est quand même un peu gros. Les croquettes pour chien sont moins intéressantes à voler qu'un Iphone ! De plus demandez au personnel de Rhenus comment était les conditions de travail cet été. Pas de clim contrairement au voisin d'en face......

  10. Alex Eagledit :

    Pour avoir exercé sur le site de Sevrey, je puis vous assurer que les conditions de travail sont pitoyables et s'apparentent à ce que pratiquait l'Union Soviétique. Une animosité est volontairement entretenue entre les employés et les intérimaires pour pousser à la délation. De nombreuses personnes quittent le site, inclus chez les agences d’intérim chargées de faire la sale besogne. Agences qui indiquent sous couvert d'anonymat qu'elles ont les plus grandes difficultés à recruter pour Amazon qui a de la chance que le marché du travail oblige des gens à supporter ce qu'il convient d'appeler de l'esclavage.

  11. Felix Zwaryszczukdit :

    Amazon est avant tout une remarquable organisation dans la logistique. Le taux d'erreurs est particulièrement bas, le SAV vous donne envie d'y retourner. Beaucoup de sociétés de service devraient s'en inspirer.

  12. Jean-Louis Syrendit :

    Difficile de faire mieux en matière de parti pris! A vous lire le site d'Amazon s'apparenterait au bagne de Cayenne. Et ce n'est que du bout des lèvres que vous mentionnez son excellente productivité. Quant aux nombreux vigiles, leur présence est sans doute liée à la lutte contre la démarque inconnue, terme politiquement correct pour "fauche". Et il faut bien des vigiles qui surveillent d'autres vigiles. S'agissant de Zooplus vous regrettez que tous les équipements proviennent d'outre-Rhin. Mais s'ils étaient plus performants que leurs homologues "français" ? Et y a-t-il seulement des homologues français? Et savez-vous que beaucoup de ces équipements sont assemblés en Chine? Il est de plus en plus difficile de mettre une nationalité sur un produit car ces derniers sont de plus en plus apatrides et conçus et montés par des réseaux mondiaux à la nationalité douteuse. La mondialisation c'est ça et nous aurions intérêt à en tirer parti plutôt qu'à perdre notre temps à la diaboliser.

Commentez !


Combien font "9 plus 5" ?

Envoyer votre commentaire