Pourquoi Monnet décroche la médaille d’or de la chaussette sportive et technique

Publié par Didier Hugue, le 02 mai 2018

TEXTILE/MONTCEAU-LES-MINES. L’entreprise de Daniel Porte a raflé le Saint Graal en décrochant cette année un Ispo Award au salon mondial le plus capé de la planète en matière d’équipements de sports d’hiver. L’innovation est le fer de lance du fabricant de chaussettes techniques et sportives, et l’international devient son terrain de jeu.

 

parcmachinesatricoter
Réglage d'une des nombreuses machines à tricoter. © Traces Ecrites.

 

Monnet, fabricant de chaussettes sportives et techniques implanté à Montceau-les-Mines (Saône-et-Loire), commence à remplir ses étagères de trophées et autres distinctions. Lauréat du Réseau entreprendre Bourgogne (2013), prix la même année de la meilleure reprise par l'association Cédants & Repreneurs d'Affaires (CRA), prix de la pérennité par cette même association (2017), talent de la ville de Montceau-les-Mines en 2016, l’entreprise atteint maintenant le niveau international avec un Ipso Award décerné cette année au salon Ipso de Munich, la référence en matière d’équipements de sports d’hiver.

 

caissedepargnebfcarticle 

 

Monnet décroche cette récompense dans la catégorie protection pour ses chaussettes de skieurs qui protègent le tibia et les malléoles, ces structures osseuses de la cheville très exposées chez certains pratiquants. L’innovation est double et concerne le gel de protection, un silicone sécuritaire et amortissant issu du monde médical, ainsi que le côté amovible des plaques le contenant, grâce au design très adapté de la chaussette.

 

Baptisée GelProtech et brevetée mondialement, l'innovation trouve une nouvelle déclinaison avec maintenant des chaussettes de trek qui protègent l’hallux valgus, une déviation de la base du gros orteil vers l'extérieur qui entraîne une déformation de l'avant du pied.

 

danielporte
Daniel Porte, président et repreneur de Monnet fin 2012. © Traces Ecrites.

 

Demain ce seront d’autres chaussettes techniques de protection qui seront lancées sur le marché. « Nous avons cinq projets en cours d’étude », précise Daniel Porte, président de l’entreprise fondée en 1930 et son repreneur fin 2012.

 

Le Made in France ne suffit pas

 

A cela s’ajoute un choix complet de matières premières synthétiques et naturelles : polyamide, polyester, laine, soie… Des étiquettes très explicites pour rassurer et impliquer le consommateur, des paires adaptées pied gauche et pied droit, une fabrication 100% française et une très belle promotion de la marque.

 

monnetcouture
Cette jeune femme remaille les chaussettes, c'est-à-dire qu'elle en referme le bout. © Traces Ecrites.

 

Monnet, excusez du peu, est partenaire des guides de Chamonix et fournisseur officiel des équipes de France de ski nordique, là où se distingue un certain Martin Fourcade, le plus grand champion olympique de tous les temps. De 1,4 million à la reprise de 2012, le chiffre d’affaires dépasse dorénavant les 2 millions d’€.

 

« Nous progressons parmi nos revendeurs nationaux avec une augmentation de 50% de l’activité par magasin et nous commençons à séduire des distributeurs à l’étranger », souligne Daniel Porte. Les ventes intéressent des pays limitrophes : Benelux, Royaume-Uni, Suisse, Autriche, Allemagne, mais aussi scandinaves Norvège et Suède », là où la pratique des sports blancs est développée.

 

banquepopmars 

 

« Si le Made in France est un atout incontestable à l’international, il ne suffit toutefois pas sans de l’innovation régulière et une bonne dose de technologie derrière », assure le dirigeant au parcours professionnel international dans l’agroalimentaire, les cigarettes, les alcools et l’horlogerie avec la célèbre marque Rolex, avant de vouloir voler de ses propres ailes.

 

thierrygrzeskowiak
Thierry Grzeskowiak, directeur du site, entré chez Monnet fin 1994 et bras droit de Daniel Porte pour l'ensemble des aspects techniques. © Traces Ecrites.


Roger Martin BTP
Article classé dans : Entreprises

Mots-clés : Saône-et-Loire, Montceau-les-Mines, chaussettes, Monnet, Daniel Porte, Bourgogne Franche-Comté, innovations

Découvrez également les articles associés :

Le DFCO, vecteur d’affaires pour ses sponsors et de notoriété pour la métropole bourguignonneLe DFCO, vecteur d’affaires pour ses sponsors et de notoriété pour la métropole bourguignonne
A l'occasion de ses 60 ans, la société d'économie mixte Sedia trace sa feuille de route pour les trois ans à venirA l'occasion de ses 60 ans, la société d'économie mixte Sedia trace sa feuille de route pour les trois ans à venir
Le fabricant d'isolants Soprema investit 6 millions d'euros dans le recyclage des emballages plastiques à StrasbourgLe fabricant d'isolants Soprema investit 6 millions d'euros dans le recyclage des emballages plastiques à Strasbourg
A Besançon, dans les coulisses d’Usigep, un sous-traitant du luxe petit, mais costaud !A Besançon, dans les coulisses d’Usigep, un sous-traitant du luxe petit, mais costaud !

1 réponse(s) à "Pourquoi Monnet décroche la médaille d’or de la chaussette sportive et technique"

  1. Pierre HENRYdit :

    Bravo à Monnet que tous les sportifs outdoor connaissent depuis belle lurette. A noter que Martin Fourcade n'est nullement le plus grand champion olympique de tous les temps, mais l'athlète français ayant obtenu le plus de médailles aux jeux olympiques. Nuance !

Commentez !


Combien font "5 plus 8" ?

Envoyer votre commentaire