Pourquoi le négociant multi-vignobles Laurent Delaunay de la maison Badet Clément rachète sa marque familiale Edouard Delaunay

Publié par Didier Hugue, le 30 novembre 2017

VIN/BOURGOGNE. Le chantre des vins de cépage ou vins de France qu’il vinifie en Languedoc, et co-fondateur avec sa femme Catherine de la maison Badet Clément reprend au négociant bourguignon Jean-Claude Boisset la marque familiale, elle aussi bourguignonne, qu’il estampillera de purs nectars AOC.

Laurent Delaunay est par ailleurs, via sa filiale Domaines et Vins de Propriété (DVP), l’un des tout premiers négociants en vin de Bourgogne avec pas moins de 180 domaines qui lui font confiance pour les distribuer en France, comme à l'export.

 

entreeclementbadet
Le siège social de la société Badet Clément, le long de l'autoroute à Nuits-Saint-Georges. © Badet Clément.

 

Serait-ce un pied de nez à l’histoire en même temps qu’un bras d’honneur au passé ? Laurent Delaunay, co-fondateur de la maison Badet Clément, à Nuits-Saint-Georges (Côte-d’Or), n’exprime pourtant rien de tel avec le rachat de la marque Edouard Delaunay.

 

Celle du nom de son arrière-grand-père, fils d’un marchand de vin nantais, qui un jour de 1893 devint négociant en vin de Bourgogne.

 

Le développement de l’entreprise se déroule au cours du 20ème siècle tout spécialement avec des vins de la Côte de Nuits et et des Hautes Côtes de Nuits, mais le début des années 1990 et cette crise qu’on a aujourd’hui oubliée, sonnent le glas de l'aventure économique et contraint à la vente.

 

chateaudecharmont
Le château de Charmont, à l’Étang-Vergy (Côte-d’Or). © Badet Clément.

 

C’est Jean-Claude Boisset, du groupe viticole qui porte son nom, qui reprend l’affaire fin 1992, mais ne l’exploitait plus depuis un certain temps. « Quant Laurent m’a demandé si j’acceptais de lui revendre (*) sa marque familiale, j’ai tout de suite accepté, considérant qu’il serait le mieux à même de lui redonner la place qu’elle mérite », déclare Jean-Claude Boisset.

 

Et c’est ce que Laurent Delaunay veut faire grâce à la cuverie et aux caves de la propriété demeurée familiale, le château de Charmont, à l’Étang-Vergy (Côte-d’Or).

 

« Nous allons réhabiliter la cuverie à hauteur d’1,5 million d’€ pour qu’elle soit opérationnelle aux vendanges 2018 et proposer des crus élaborés par nos soins, principalement en Côte de Nuits et en Côte de Beaune, avec l’objectif à terme - 3 à 5 ans - d’atteindre les 5 millions d’€ de chiffre d’affaires et d'acquérir aussi quelques vignes », explique-t-il.

 

Ecole des vins

 

« La plus petite des grandes maisons bourguignonnes », comme la baptisait le grand-père de Laurent va donc renaître, mais dans le giron du groupe Badet Clément, tellement discret qu’on en soupçonne pas toute l'envergure. Fondée par Laurent et Catherine Delaunay avec pour seul matériel une voiture, un fax et un ordinateur, il atteint les 50 millions d’€ de chiffre d’affaires et emploie 55 personnes.

 

Une commercialisation des 55 pays

 

Tout commence en 1995 lorsque le couple prend la route du sud pour se poser dans le Languedoc, en plein renouveau de son vignoble, et devenir vinificateur-négociant. « Nous payions le raisin, faisions le vin et le commercialisions. » Passons les étapes pour camper le décor actuel : 158 hectares de vignes en pleine propriété et 400 autres sous contrat, trois cuveries en propre et 70.000 hectolitres vinifiés.

 

etiquetteedouarddelaunay 

 

C’est là que les vins de cépages ou vins de France prennent, aux yeux de ces deux œnologues, toute leur dimension. « On pourrait en faire en Bourgogne à une certaine échelle, introduire de nouveaux cépages, essayer de nouvelles techniques de vinification, faire des assemblages encore inconnus sur ces terres propices à la vigne. » Au grand dam de certains templiers de l'orthodoxie qui défendent bec et ongles la seule AOC.

 

hlm 

 

En Bourgogne toujours, où ils ont installé à Nuits-Saint-Georges, en bordure d’autoroute, le siège social de Badet Clément, le rachat en 2003 de la société Domaines et Vins de Propriété (DVP) leur offre la possibilité de reprendre pied dans leur région.

 

Et de belle manière avec pas moins de 180 domaines qui leur font dorénavant confiance et qu’il distribue dans 55 pays. « Nous comptons et cela ne se sait pas, parmi les tout premiers négociants locaux », s’amuse à souligner, non sans une toute petite forfanterie, Laurent Delaunay.

 

Qui est Laurent Delaunay ?

 

laurentdelaunay

 

Cinquième génération des Delaunay dans le vin, Laurent (52 ans) est œnologue diplômé de l’Institut Jules Guyot à Dijon. Auparavant, il a passé un brevet de technicien agricole (BTA) et un BTS au lycée viticole de Beaune.

Une expérience à l’étranger le conduit aux Etats-Unis, dans la Napa Valley, l’une des plus prestigieuses régions viticoles américaines, en Californie.

La jouant modeste, il s’estime peu formé et intègre l’École supérieure des sciences économiques et commerciales (Essec), puis intègre l’entreprise familiale où il reste la diriger deux ans et demi lorsqu’elle devient filiale du groupe Boisset.

Sa femme Catherine, également issue d’une famille de vignerons, mais du Beaujolais, est aussi une redoutable œnologue. Qui se ressemble, s’assemble…

 

(*) Le montant de la transaction demeure confidentiel.

 

badetclement

 

Retrouver le secteur des industries viti-vinicoles en Côte-d'Or en cliquant sur le logo :

 invest



Roger Martin BTP
Article classé dans : Entreprises

Mots-clés : Vin, vins de signature, vin de Bourgogne, négoce en vin, Bourgogne Franche-Comté, Laurent Delaunay, Badet Clément, Edouard Delaunay, Languedoc, vins de cépage

Découvrez également les articles associés :

Avec sa technique d'encapsulation, Cookal apporte une touche d'innovation aux tables des fêtes de fin d'annéeAvec sa technique d'encapsulation, Cookal apporte une touche d'innovation aux tables des fêtes de fin d'année
Pourquoi le fabricant dijonnais de machines-outils Vernet-Behringer séduit une si large clientèle dans la région Grand EstPourquoi le fabricant dijonnais de machines-outils Vernet-Behringer séduit une si large clientèle dans la région Grand Est
Pluie de trophées dans les entreprises du Grand Est et de Bourgogne-Franche-ComtéPluie de trophées dans les entreprises du Grand Est et de Bourgogne-Franche-Comté
L'Alsacien Eismo ajoute la French Touch aux machines-outils des constructeurs, majoritairement étrangersL'Alsacien Eismo ajoute la French Touch aux machines-outils des constructeurs, majoritairement étrangers

Commentez !


Combien font "9 plus 6" ?

Envoyer votre commentaire