Pourquoi le laboratoire Filab procède à une seconde extension de ses locaux dijonnais

Publié par Didier Hugue, le 28 juin 2018

CHIMIE-MATÉRIAUX/DIJON. Le laboratoire d’analyses industrielles repris il y a douze ans par Cyril Hug n’en finit plus de grandir et de se diversifier.

Il procède à une nouvelle extension de 600 m2 pour dorénavant concevoir, fabriquer et commercialiser des produits propres, via une société soeur baptisée Covalsens.

 

cyriljerome 

Cyril Hug, président de Filab, à droite, et Jérôme Goux, le directeur de Filab et son associé dans Covalsens. © Traces Ecrites.

 

La réussite d’une entreprise résulte bien souvent de rencontres entre personnes professionnellement compatibles et complémentaires. Cyril Hug, repreneur il y a douze ans du laboratoire dijonnais Filab, a eu la grande chance de croiser un jour Jérôme Goux, son directeur opérationnel depuis une décennie.

 

banquepopmars 

 

Cet homme de 43 ans est docteur en chimie organométallique de l’Université de Bourgogne-Franche-Comté.  « J’ai ensuite été enseignant-chercheur durant deux années dans les matériaux polymères conducteurs », précise-t-il.

 

C’est dire s’il sait de quoi il parle en matière de caractérisation des matériaux en tous genres, l’une des spécialités de Filab. Mais ce scientifique manquait du concret qu’il a trouvé dans ce laboratoire d’analyses industrielles qu’il dirige depuis une décennie.

 

extensioncolvasens
L'extention de 600 m2 pour loger Covalsens sera opérationnelle en octobre prochain. © Filab.

 

« C’était pour moi une belle rencontre avec Cyril, un beau challenge et surtout une attirance dans la polyvalence des fonctions que je recherchais », argumente Jérôme Goux.

 

Avec un vrai partage de valeurs : l’humilité, l’empathie, l’intégrité et la curiosité, les deux dirigeants ne pouvaient qu’aller plus loin. Ils viennent de créer une société sœur à Filab, baptisée Colvalsens.

 

Un investissement d’un million d’€

 

« Nous avons déjà passé un grand cap qui est allé de la simple analyse à une offre d’accompagnement avec : audit des problèmes de process, des défauts de matière première, d’organisation interne de laboratoire, jusqu’à l’intégration de méthodes d’analyses en propre », commente Cyril Hug.

 

Colvasens veut aller encore plus loin en synthétisant des molécules à façon de manière à apporter une fonctionnalité chimique particulière pour par exemple : créer des kits d’analyses.

 

LCR 

 

« Avec Autoroutes Paris-Rhin-Rhône (APRR), nous avons mis au point un kit dédié à la rémanence saline pour les chaussées autoroutières, qui permet de savoir s’il faut ajouter du sel ou pas », explique Cyril Hug.

 

Covalsens propose l’outil et transpose le savoir, voire co-développe et co-brevète avec ses clients. Pour mener à bien ce nouveau développement, une extension de 600 m2 du site sur le parc d’activités Mazen-Sully à Dijon.

 

filab
© Filab.

 

L’investissement, opérationnel en octobre prochain, atteint le million d’€ et permettra d’occuper une surface totale couverte de 2.200 m2. Il se complète de l’acquisition d’un nouvel ERP (progiciel de gestion intégré) afin d’être plus réactif, d'un coût frisant les 200.000 €.

 

« Nos clients pourront, entre autres, aller chercher directement leurs résultats », se félicite Jérôme Goux. Filab, en croissance moyenne de 20% depuis sa reprise, recrute aussi.

 

Le laboratoire a ainsi intégré une spécialiste du marketing digital et un ingénieur R&D en industrialisation et digitalisation des processus internes.

 

Filab emploie 35 personnes, dont un tiers d’ingénieurs et de docteurs et atteint les 5 millions d’€ de chiffre d’affaires avec plus de 1.000 clients.

 

Découvrez les atouts de Dijon Métropole en cliquant sur le logo :

 invest



Roger Martin BTP
Article classé dans : Entreprises

Mots-clés : Dijon, Filab, caractérisation des matériaux, Bourgogne Franche-Comté, Cyril Hug, analyses industrielles, Jérôme Goux

Découvrez également les articles associés :

Les frères Allemandou inaugurent avec Frapak leur seconde usine de plasturgie à Sens en association avec Marjolein PutterLes frères Allemandou inaugurent avec Frapak leur seconde usine de plasturgie à Sens en association avec Marjolein Putter
En Moselle, Laboratoires Lehning inaugure un investissement de 12,4 millions d’€En Moselle, Laboratoires Lehning inaugure un investissement de 12,4 millions d’€
La brasserie familiale alsacienne Meteor met la huitième génération aux commandes de ses cuves La brasserie familiale alsacienne Meteor met la huitième génération aux commandes de ses cuves
François Labet, le bien né et bien éduqué vigneron du Château de la Tour au sein du domaine du Clos de VougeotFrançois Labet, le bien né et bien éduqué vigneron du Château de la Tour au sein du domaine du Clos de Vougeot

Commentez !


Combien font "6 plus 8" ?

Envoyer votre commentaire