Traces Ecrites News, le club
  • Gabriel Boudier
  • Les Canalous
  • Anthalys
  • Toyman

Pourquoi Franck Arras rachète l’entreprise bourguignonne AMME à Pascal Pinassaud

Publié par Didier Hugue, le 04 décembre 2018

TRANSMISSION/CÔTE-D’OR. Au 19 décembre, ce fabricant à façon de machines d’assemblage changera définitivement de main avec à sa tête un jeune dirigeant : Franck Arras reprend AMME à Brazey-en-Plaine, l’entreprise de Pascal Pinassaud.

Le duo, un vrai binôme, fonctionne déjà depuis deux années car l’un, ne voulait pas arriver en terre inconnue et l’autre, savoir qu’il transmettait à quelqu’un qui partage ses valeurs et ses espoirs de continuité. Explications.

 

cablageamme

Opération de câblage chez AMME. © Traces Ecrites.

 

Cette histoire de transmission d’entreprise pourrait paraître des plus banales et bien détrompez-vous, elle donne certaines clés de réussite à nombre de potentiels cédants touchés par l’âge. Il importe alors que l’on connaisse mieux AMME, implantée à Brazey-en-Plaine, et les deux protagonistes de cette nouvelle aventure économique : Pascal Pinassaud, son fondateur cédant et Franck Arras, le repreneur.

 

 

Kremernouvellepub

 

 

Pascal Pinassaud et Franck Arras travaillent et cogèrent ensemble AMME depuis deux années. Pour beaucoup de « porte-poisse », ce tandem n’allait pas arriver au bout et se séparer fâché, racontent-ils. Il n’en a rien été, bien au contraire. Après avoir pris 20% des parts en 2016, Franck Arras rachètera complètement l’entreprise le 19 décembre prochain.

 

Pour donner un nouveau souffle à la société, spécialisée dans les machines d’emballage et d’assemblage, qu’il fonda en 1997, Pascal Pinassaud recherchait quelqu’un qui lui crée et anime un bureau d’études afin d’évoluer d’un rôle de pur sous-traitant câbleur et monteur à celui d’un fabricant à façon, apte à apporter de vraies solutions industrielles aux donneurs d’ordre.

 

arraspinassaud
Franck Arras, le repreneur (à gauche) en compagnie de Pascal Pinassaud, le cédant. © Traces Ecrites.

 

Le voeu de cet ancien responsable du SAV de Cermex, société de Corcelles-lès-Cîteaux (Côte-d’Or) pionnière dans les systèmes d’encaissage, de suremballage et de palettisation – qui a en avril 2013 unit ses destinées à l’Alsacien Gebo –, a été plus qu’exaucé. L’idée d’une reprise progressive avait été abordée entre les deux hommes et n’avait hélas naguère pu se concrétiser.

 

Chiffre d’affaires doublé en deux ans

 

Mais Franck Arras est un persévérant. Ce diplômé en génie mécanique et productique de 42 ans a toujours voulu voler de ses propres ailes. « J’ai plein d’idée, j’aime les mettre en place, puis maîtriser leur évolution et aussi aller vite. » Il lui faudra attendre un peu : pas moins de 17 ans.

 

 

banquepopme 

 

 

Il a œuvré une quinzaine d’années chez FSA Systèmes d’Assemblage (JR Automation), à Besançon, puis deux années chez l’équipementier automobile MGI Coutier, devenu Akwel. Une expérience riche dans la connaissance des machines spéciales et du besoin du client utilisateur.

 

Depuis sa venue et une dynamique nouvelle mise en place avec Pascal Pinassaud, l’entreprise a doublé son chiffre d’affaires, atteignant les 3,8 millions d’€. Cette croissance découle, outre un bureau d’études composé d’un ingénieur et de deux techniciens, du développement de l’usinage (fraisage et tournage), notamment par l’acquisition toute récente d’un centre à commande numérique pour une centaine de milliers d’€.

 

centreusinageamme
Le récent centre d'usinage à commande numérique n'empêche pas le savoir-faire manuel des collaborateurs. © Traces Ecrites

 

Demain, Franck Arras développera les automatismes et la robotique. Un automaticien est en cours de recrutement et des logiciels dédiés viendront épauler cette stratégie complémentaire. « Notre idée est de faire du prototypage de solutions pour nos clients afin d’anticiper leurs demandes en France, mais aussi à l’étranger car nous les suivons sur place, comme par exemple en Roumanie », explique le dirigeant.

 

AMME organise le vendredi 7 décembre prochain une journée portes ouvertes. L’occasion pour les deux codirigeants actuels de saluer leur personnel (20 salariés). «  Grâce à eux, la première année de reprise se fera en totale confiance et avec beaucoup plus de sérénité », assure Francs Arras.  

 

montageligneamme
Le site d'AMME pssède plusieurs ateliers où l'on peut comme ici monter des lignes entières. © AMF Photographie/Manuel Fernandez.

 

En savoir plus sur le secteur de la mécanique en Côte-d’Or avec le site :

 

invest



Roger Martin BTP
Article classé dans : Entreprises

Mots-clés : Côte-d'Or, machines d'emballage, transmission d'entreprise, cession d'entreprise, Bourgogne Franche-Comté, AMME, Franck Arras, Pascal Pinassaud, machines d'assemblage

Découvrez également les articles associés :

Pourquoi le franc-comtois Omedec rachète la chaudronnerie Lhermite en Haute-MarnePourquoi le franc-comtois Omedec rachète la chaudronnerie Lhermite en Haute-Marne
La maison alsacienne de foie gras Feyel & Artzner se diversifie dans les plats cuisinés et monte en gammeLa maison alsacienne de foie gras Feyel & Artzner se diversifie dans les plats cuisinés et monte en gamme
Le fabricant de forets Diager investit plus de 8 millions dans le Jura et embauche Le fabricant de forets Diager investit plus de 8 millions dans le Jura et embauche
Ils innovent : Alsafix remplace le ciment par une mousse en polyuréthane et Redberry traque les bactéries à grande vitesseIls innovent : Alsafix remplace le ciment par une mousse en polyuréthane et Redberry traque les bactéries à grande vitesse

1 réponse(s) à "Pourquoi Franck Arras rachète l’entreprise bourguignonne AMME à Pascal Pinassaud"

  1. Christine ROSLYJ dit :

    Une retraite bien méritée à Pascal ! Dirigeant d'une société de machines d'assemblage demande beaucoup d'énergie, de pugnacité et de passion. ( c'est du vécu !) Bonne suite au repreneur.

Commentez !


Combien font "1 plus 2" ?

Envoyer votre commentaire