Pourquoi Cleia vend ses savoir-faire d’ingénieriste en dehors de la conception et réalisation clé en main de tuileries et de briqueteries

Publié par Didier Hugue, le 13 novembre 2017

INGÉNIERIE/CÔTE-D’OR. C’est l’histoire d’un succès industriel dont la Bourgogne-Franche-Comté peut être fière. Sept ans après sa reprise, Cleia est devenue l’un des acteurs mondiaux pour équipements de matériaux de construction en terre cuite. Un savoir-faire complexe que l'entreprise propose aujourd’hui avec succès à d’autres secteurs industriels.

 

cleiajeanperrot
Un cobot signé Cleia sur une presse plieuse Jean Perrot (Groupe Pinettte). © Traces Ecrites.

 

Franck Bigeard, directeur commercial de Cleia, à Nolay (Côte-d’Or), le confesse sans forfanterie : « Notre capacité à répondre par l’ingénierie et le service à un besoin du client trace notre chemin. » Ainsi que le succès de cet ensemblier industriel, spécialiste des équipements pour matériaux de construction en terre cuite (tuiles et briques), du simple four ou séchoir, à l’usine clé en main.

 

cetimdenovembredeuxmilledixsept

 

Née en avril 2010 sur les ruines de Ceric Automation et Ceric Système, d’anciennes filiales du groupe Keyria, grâce à Philippe Pénillard, son président, l’ingénieriste vend maintenant son savoir-faire en robotique, automation, thermique et pilotage de process à d’autres secteurs d’activité.

 

« Nous souhaitons accompagner des groupes et ETI françaises au grand export, dans des secteurs comme l’automobile ou encore les biens d’équipement », indique le directeur commercial.

 

fourcleia
Installation d'un four. © Cleia.

 

Un premier pas a été franchi avec Eurostyle, équipementier de rang 1 spécialisé notamment dans les habillages de véhicules automobiles, qui souhaite des îlots robotisés pour certaines de ses usines à l’étranger. Un second l’a été avec Jean Perrot, la marque des équipements de travail des métaux à feuilles du groupe Pinette, à Chalon-sur-Saône (Saône-et-Loire).

 

Cleia a pour cette entreprise mis au point un cobot qui accompagne l’opérateur sur une presse plieuse, en intégrant les mouvements voulus et en les dupliquant selon la programmation choisie. Le groupe de petit électroménager Seb devrait aussi faire appel à l’ingénieriste pour un système de transitique (logistique interne) entre différents ateliers de production.

 

Une dizaine de brevets

 

« Cette diversification, toute récente, n’est pas liée à un besoin de compenser une perte d’activité, mais obéit à une stratégie de développement axée sur un levier de croissance », certifie Thierry Allanic, le directeur du marketing.

 

Banniere-Fondation-TracesEcrites

 

Cleia se porte pas trop mal, avec un chiffre d’affaires prévu sur l’exercice 2017 de 35 millions d’€ et 185 personnes, réparti entre le siège de Nolay, le site d’Albaraka en Tunisie (65 salariés), la société de service et de maintenance Claytec en Algérie, le fabricant de brûleurs Jeflam à Belfort, et Pélerin à Soissons (Aisne), fournisseur de machines pour la préparation des argiles.

 

La société est aussi très innovante, avec pas moins d’une dizaine de brevets à son actif, dont le séchoir Zéphyr et le four Hydrofast. Car Cleia rayonne sur le petit monde des tuileries et briqueterie dans les pays émergents.

 

tuileriecleia
Le savoir-faire historique de Cleia. Ici une tuilerie. © Cleia.

 

« Longtemps atone, le marché en Europe va reprendre avec des transformations d’équipements pour fabriquer des briques techniques », souligne Frank Bigeard.

 

Cette compétence acquise au grand export, qui représente 80% de l’activité, et cette volonté de l’adapter à d’autres secteurs d’activité, devraient, sauf accident, conduire l’ingénieriste à atteindre d’ici à 2022 un chiffre d’affaires de 50 millions d’€. « Avec vraisemblablement de la croissance externe », précise Thierry Allanic.

 

Pour en savoir plus sur les opportunité d'investissement industriel en côte-d'or, cliquez surinvest



Roger Martin BTP
Article classé dans : Entreprises

Mots-clés : Côte-d'Or, Nolay, Pinette Emidecau Industries, Cleia, terre cuite, briqueterie, tuilerie, Philippe Pénillard, diversification, équipementier automobile, robotique, Bourgogne Franche-Comté, Jean Perrot, innovations, Thierry Allanic, Frank Bigeard

Découvrez également les articles associés :

A Besançon, et depuis peu à Dijon, Âges et Vie invente la colocation pour les personnes âgéesA Besançon, et depuis peu à Dijon, Âges et Vie invente la colocation pour les personnes âgées
Egger injecte 60 millions d’euros en trois ans dans son usine de panneaux mélaminés dans les VosgesEgger injecte 60 millions d’euros en trois ans dans son usine de panneaux mélaminés dans les Vosges
Sous pavillon allemand, la papeterie Wepa dans l’Aube s’est mise en ordre de marcheSous pavillon allemand, la papeterie Wepa dans l’Aube s’est mise en ordre de marche
Profession restaurateur itinérant qui exerce son métier de foire en salonProfession restaurateur itinérant qui exerce son métier de foire en salon

Commentez !


Combien font "10 plus 10" ?

Envoyer votre commentaire