Pour recruter, Fives Cinetic crée sa formation en automaticiens-roboticiens

Publié par Pierre-Yves Ratti, le 08 février 2017

INGENIERIE/AIRE URBAINE. Après avoir en vain tenté d’embaucher des automaticiens-roboticiens, l'usine d’Héricourt (Haute-Saône) du groupe international Fives s'associe avec Pôle Emploi, l'UIMM et la Région Bourgogne - Franche-Comté pour mettre en place une formation qualifiante.

Destinée à être pérennisée, elle permettra de répondre aux besoins de l'entreprise, et peut-être de certains de ses clients.

 

ivegrosplan
Fives conçoit et réalise des machines et des process pour toutes sortes de secteurs d'activités, métallurgie, aéronautique, automobile etc. © Fives

 

A l'instar du groupe Galilé en Saône-et-Loire, qui crée son école de soudeurs faute de trouver suffisamment des candidats qualifiés, Fives Cinetic à Héricourt (Haute-Saône), dans l’aire urbaine Belfort-Montbéliard-Héricourt, s'apprête à lancer une formation d'automaticiens - roboticiens.

 

L'entreprise s’engage dans cette démarche après avoir épuisé plusieurs méthodes : recours à des chasseurs de tête, mise en place d'une prime de parrainage incitative auprès du personnel. En deux ans, seulement quatre recrutements se sont concrétisés.

 

Le métier d'automaticien - roboticien fait partie des métiers en tension (autrement dit, en déficit de postulants par rapport aux besoins des entreprises), alors même que Fives Cinetic à Héricourt connaît une phase d'expansion.

 

Le carnet de commandes du site est en plein essor : il est passé de 14 millions d’€ en 2015 à 30 millions en 2016, avec un « panier d’achat » qui va de 500.000 € jusqu'à 10 millions d’€, précise Brice Bryon, le responsable du projet. Il emploie 118 salariés et une vingtaine d'embauches sont prévues en 2017.

 

Gif_articles

 

A Héricourt, l’un des sites d'un groupe implanté dans 30 pays, Fives Cinetic conçoit des machines, des équipements de process et des lignes de production destinés aux industriels du monde entier.

 

Ses clients se trouvent dans le domaine de la mécanisation, de la fonderie, de l'assemblage (à 95% pour l'automobile et ses sous-traitants), du bois (cuisinistes). Le site est également doté d’un service SAV et de pièces détachées.

 

fivesbyron
Brice Bryon, le responsable du projet. En contrebas, les ateliers. © Pierre-Yves Ratti.

 

Fives Cinetic appartient au groupe Fives, qui doit son nom à une petite commune de la région lilloise (il faut donc prononcer Fives à la française). Son histoire remonte à 200 ans. 

 

D'abord dans les machines à sucre, les locomotives, puis la construction (le pont de Tancarville, les ascenseurs de la Tour Eiffel), et désormais dans de multiples domaines comme l'acier, l'aéronautique, l'aluminium, l'automobile, le ciment et les minéraux, l'énergie, la logistique, le verre.

 

Le chiffre d'affaires du groupe est de l'ordre de 1,718 milliard d’€ et il compte 8.300 collaborateurs avec une centaine d'implantations dans 30 pays différents. Il revendique 1.948 brevets et annonce un budget en recherche et développements de plus de 35 millions d’€.

 

Formation en alternance et qualifiante

 

fives
Fives Cinetic appartient au groupe Fives, qui doit son nom à une petite commune de la région lilloise où l'entreprise est née il y a 200 ans.© Fives.

 

Fives Cinetic Héricourt a pris le taureau par les cornes pour palier le déficit de main d'oeuvre dans le domaine de la robotique et de l'automatisme. Le cursus a été monté avec l'Association de formation professionnelle de l’industrie (Afpi) à Exincourt (Doubs), organisme de formation continue rattaché à l’UIMM, Pôle Emploi, et  la Région Bourgogne - Franche-Comté.

 

Son objectif est de former douze personnes en un an et de délivrer aux stagiaires un savoir-faire en lien avec la culture d'entreprise.

 

La formation se déroulera en effet en contrat de professionnalisation, donc avec une alternance de cours et de pratique en entreprise, en l’occurrence chez Fives. Elle débouchera sur un certificat de qualification paritaire de la métallurgie (CGPM).

 

 Banniere-Fondation-TracesEcrites

 

Les conditions d’accès à la formation : être demandeur d'emploi, avoir un niveau bac +3 ou bac +4 et des bases en automatisme. L’entreprise demande aussi que les candidats acceptent d’être mobiles, car elle travaille fortement à l'exportation, ce qui implique des missions à l’étranger.

 

La formation est précédée par une préparation opérationnelle à l'emploi collective (POEC) qui démarrera en mars 2017. Elle est destinée à donner les bases. Vingt à trente candidats passeront par ce sas et les douze meilleurs seront retenus pour le contrat de professionnalisation.

 

Une deuxième phase de recrutements suivra pour suppléer les éventuels abandons ou le déficit de candidats par rapport aux objectifs. La formation en elle-même débutera à la fin de cet été. Pour lancer cette formation, Fives Cinetic a consenti un investissement global de 100.000 €.



Roger Martin BTP
Article classé dans : Emploi - Formation

Mots-clés : Emploi - Formation, Haute-Saône, Héricourt, Pôle Emploi, UIMM, contrat de professionnalisation, Aire urbaine Belfort-Montbéliard-Héricourt, métiers en tension, Bourgogne Franche-Comté, conseil régional Bourgogne Franche-Comté, Afpi, Fives Cinetic , automaticiens, roboticiens, formation qualifiante, Association de formation professionnelle de l’industrie, certificat de qualification paritaire de la métallurgie, ingénierie industrielle

Découvrez également les articles associés :

Cogitation géante d’ingénierie collaborative par les étudiants de l’UTBMCogitation géante d’ingénierie collaborative par les étudiants de l’UTBM
Les apprentis de l’Yonne et de la Nièvre s'exposent sur les murs du ministère du travailLes apprentis de l’Yonne et de la Nièvre s'exposent sur les murs du ministère du travail
Le manque de soudeurs fait réagir les industriels comme le groupe Galilé qui crée son école Le manque de soudeurs fait réagir les industriels comme le groupe Galilé qui crée son école
EDF et l’Union des Industries et Métiers de la Métallurgie (UIMM) créent une Ecole de production à Chalon-sur-SaôneEDF et l’Union des Industries et Métiers de la Métallurgie (UIMM) créent une Ecole de production à Chalon-sur-Saône

Commentez !


Combien font "9 plus 5" ?

Envoyer votre commentaire