Plimétal double de taille en Haute-Saône

Publié par Didier Hugue, le 27 février 2014
Certains soudages de pièces demeurent toujours manuels.
Certains soudages de pièces demeurent toujours manuels.

MÉTALLURGIE. La tôlerie fine de précision que dirige Laurent Humbert à Chaux-la-Lotière (Haute-Saône) investit à tour de bras, avec en point d’orgue un doublement de surface tout juste réalisé pour 2 millions d’€.

L’entreprise le justifie par un carnet de commandes pléthorique et l’envie de séduire une nouvelle clientèle française comme internationale.

Son dirigeant martèle avec force que l’investissement productif est la « clé d’une bonne compétitivité ». Une stratégie gagnante, bientôt 25 ans après ses débuts.

Cliquez sur les photos pour les agrandir.

Si Plimétal, tôlerie fine de précision implantée à Chaux-la-Lotière (Haute-Saône), ne paie pas de mine de l’extérieur, il en va tout autrement une fois la porte franchie.

Grâce à un doublement de surface des ateliers, à peine livré, l’espace de travail ne manque plus pour accueillir un parc de matériel à faire pâlir d’envie les spécialistes du secteur.

Sur 2 400 m2, les équipements de dernière génération cohabitent avec quelques machines à peine plus anciennes. Il en est ainsi d’un centre combiné de laser poinçonnage, autorisant taraudage, marquage et bossage.

Ou encore, ce robot de soudage laser fibre six axes qui travaille tout seul à partir d’une programmation établie par les cinq techniciens du bureau d’études.

Laurent Humbert, le fondateur de l’entreprise, n’est pas peu fier non plus de montrer sa cellule de pliage de 90 m2, entièrement automatisée et dotée d’une caméra avec reconnaissance d’images.

« Entre l’extension et ce nouveau matériel, l’investissement s’élève à 2 millions d’€ (*) », précise le dirigeant.

Et, c’est sans compter les 800 000 € déjà injectés en 2012 et les 300 000, voire 400 000 € envisagés cette année.

« Tous ces développements doivent nous permettre, avec la refonte complète de tous nos flux de production, d’améliorer de 25 et 30% notre productivité », indique Laurent Humbert.

Pliage de tôle, une opération très précise.
Pliage de tôle, une opération très précise.

Mise en place des trois-huit

Ils sont destinés à mieux satisfaire une clientèle impliquée dans le médical (appareils d’analyse), la boulangerie (matériel de cuisson), la billettique  (bornes interactives et d’affranchissement).

Mais aussi d'en séduire une nouvelle dans les domaines du ferroviaire et de l’énergie avec des réalisations plus complexes, comme des pièces de turbines.

Plimétal entend aussi muscler son activité à l’international (seulement 10% d’exportation) en prospectant dans les pays limitrophes et tout spécialement outre-Rhin.

L’agrandissement et la réorganisation spatiale de l’unité, dirigée par Cathy Ponçot, bénéficie aux 45 salariés, auxquels s’ajoutent en ce moment 16 intérimaires et 4 CDD. Les robots héritent des tâches les plus pénibles et le personnel ne se gêne plus autour des équipements.

La tôlerie a une petite sœur à Voray-sur-l’Ognon, éloignée de 7 km et baptisée Capsy. Sur 3 000 m2, 12 personnes mettent en peinture certaines pièces, assemblent et livrent même, grâce à une flotte de trois camionnettes et un poids lourd.

Le groupe de Laurent Humbert vise les 6 millions d’€ de chiffre d’affaires cette année, soit une croissance escomptée de 12%.  Alors, ne lui parlez pas de crise…

(*) Le conseil général de Haute-Saône a accordé une subvention de 42 800 € pour le bâtiment et le conseil régional de Franche-Comté une avance remboursable de 160 000 € au titre des équipements.

Laurent Humbert et l'une de ses dernières acquisitions : un robot de soudage laser fibre six axes.
Laurent Humbert et l'une de ses dernières acquisitions : un robot de soudage laser fibre six axes.

Qui est Laurent Humbert ?

Cet homme de 48 ans, franc-comtois d'origine et titulaire d’un DUT de génie mécanique, le dit sans forfanterie, « j’ai su saisir les bonnes opportunités et m’entourer des bonnes personnes ».

Chaudronnier à ses débuts avec Pascal Oudot, l'un des spécialistes du genre installé à Bolandoz (Doubs), puis technico-commercial dans la machine spéciale, il s’établit à son compte avec un associé, aujourd’hui en retraite.

Plimétal est née et nous sommes en 1990, soit près de 25 ans d'une aventure industrielle que Laurent Humbert resignerait des deux mains.

A ses yeux, piloter une entreprise s’apprend et faire confiance aussi. En découle aujourd'hui, un management qu'il veut très collégial et des équipes autonomes.

Crédit photos : Traces Ecrites



Roger Martin BTP
Article classé dans : Entreprises

Mots-clés : Franche-Comté, Haute-Saône, Investissement, tôlerie fine de précision, Plimétal, Laurent Humbert

Découvrez également les articles associés :

En Alsace, 2CRSI prépare une entrée en bourse pour défier les serveurs informatiques de la Silicon ValleyEn Alsace, 2CRSI prépare une entrée en bourse pour défier les serveurs informatiques de la Silicon Valley
Duret veut mettre la sellerie cousue-main à la portée du monde entier grâce à internetDuret veut mettre la sellerie cousue-main à la portée du monde entier grâce à internet
Le Bourguignon Adventys accueille deux fonds d’investissement pour doubler d’activité d'ici à cinq ansLe Bourguignon Adventys accueille deux fonds d’investissement pour doubler d’activité d'ici à cinq ans
A Autechaux, MBP remercie la crise et continue à investir dans les hommes et les machinesA Autechaux, MBP remercie la crise et continue à investir dans les hommes et les machines

2 réponse(s) à "Plimétal double de taille en Haute-Saône"

  1. Laurent HUMBERTdit :

    Bonjour, c'est avec grand plaisir que je pourrai vous accueillir et voir si il y a matière pour un sujet de stage. Salutations, PS: nous accueilleront le 12 Mai 2014 "les lundis de la mécaniques" organisés par le CETIM sujet : Pourquoi et comment une PME de 40 personnes a investi plus d’1M€ dans 2 cellules robotisées, l’une de pliage l’autre de soudage

  2. BROCHETdit :

    Impressionnant. J'aimerai visiter et savoir si l'entreprise est intéressée par un stagiaire UTBM ou les services de l'UTBM. Pascal Brochet, Directeur de l'UTBM

Commentez !


Combien font "5 plus 10" ?

Envoyer votre commentaire