Photline Technologies, porte-drapeau de l'industrie comtoise

Publié par Christiane Perruchot, le 31 mars 2014
Henri Porte, P-DG de Photline.
Henri Porte, P-DG de Photline.

MICROTECHNIQUES. Comptant parmi les leaders mondiaux des solutions de modulations optiques, Photline Technologies est choisie pour le lancement de la semaine de l'industrie en Franche-Comté qui a lieu du 7 au 13 avril.

Exemple réussi d'un essaimage de l'Université de Besançon, l'entreprise bisontine accueille du beau linge demain 1er avril : préfet, présidente du conseil régional, président de la CCI du Doubs et de l'Union des Industries et Métiers de la Métallurgie (IUMM). Un hommage plus que mérité pour ces forts en maths qui font rayonner la technologie française dans le monde entier.

Cliquez sur les photos pour les agrandir.

Destinée à valoriser les métiers de l'industrie auprès des jeunes, l'opération La semaine de l'industrie, du 7 au 13 avril, ne pouvait choisir plus beau porte-drapeau.

Premier essaimage de l’université de Franche-Comté, il y a plus de dix ans déjà, Photline Technologies est un concentré de technologies dans des marchés prometteurs, voire avant-gardistes.

Spécialiste bisontin des modulateurs à ultra haute fréquence, la PME dirigée par Henri Porte, ancien universitaire, est devenue il y a quelques mois, une filiale à quasi 100% du groupe iXBlue, l'un de ses fournisseurs majeurs qui avait déjà une participation minoritaire.

Fédération de PME technologiques, le groupe basé dans les Yvelines ( chiffre d’affaires de 80 millions d'€, 450 salariés dans le monde) lui ouvre de nouveaux horizons, en particulier dans le secteur des systèmes de navigation marine, sa spécialité.

« Nous disposons maintenant d'une intégration verticale, des composants aux produits les plus complexes », expose Henri Porte qui garde les rennes de l'entreprise bisontine.

Créée il y plus de dix ans par des chercheurs du CNRS et de l’Université de Besançon, Photline conçoit, développe et fabrique des composants optiques intégrés et des produits pour des applications scientifiques et industrielles dans les secteurs de l’instrumentation, des télécommunications, de l’aéronautique, du spatial et de la défense.

Les succès sont au rendez-vous. La PME affiche une croissance à deux chiffres : + 20% pour un chiffre d'affaires de 6 millions d'€, + 40% en 2011.

Photline travaille sur l'infiniment petit.
Photline travaille sur l'infiniment petit.

Demain sur Temis

Ancien chercheur de l’institut Femto-St, comme Pascal Mollier et Jérôme Hauden, ses associés, Henri Porte fait partie de ces chefs d’entreprises qui voient l’avenir lui sourire.

Un vaste marché s’ouvre aux modulateurs à ultra haute fréquence qu’il conçoit et fabrique depuis son atelier de la zone de Trépillot à Besançon (Doubs), en attendant un déménagement sur Temis, encore à l'état de projet.

Du sur-mesure aujourd’hui, le dirigeant de cette entreprise de 40 salariés va progressivement passer à de plus gros volumes. « Encore en démarrage, l’optoélectronique voit ses coûts chuter, ce qui ouvre d’encourageantes perspectives », indique t-il.

Et ce, avec un avantage considérable : celui d’être sinon le seul, assurément l’un des rares fabricants en Europe de modulateurs à ultra haute fréquence.  Explication : « C’est une technologie compliquée à mettre en œuvre », précise Henri Porte.

Le niobate de lithium est le matériau de base. Ses propriétés permettent de transformer un champ électrique en impulsion lumineuse à une vitesse vertigineuse, mesurée en picosecondes.

« L’utilisation la plus courante des modulateurs à ultra haute fréquence est la fibre optique, mais les applications sont multiples et se situent pour beaucoup dans des niches », explique le chef d'entreprise.

Historiquement, Photline Technologies travaille pour les télécommunications : un quart de ses ventes portent d’ailleurs sur des systèmes de modulation ultra rapide. Mais la PME dessine son avenir ailleurs.

Déjà la fusion en 2008 avec Adlightec (Côtes d’Armor), spécialisée dans les circuits intégrés hyperfréquences, lui a apporté le savoir-faire en électronique nécessaire à des « solutions plus abouties et complètes ».

Ces composants sont utilisés par exemple, dans les capteurs à base de fibre optique pour la surveillance des pipe-lines, des satellites en vol, pour les signaux radars aussi.

Autre marché, les lasers industriels à fibres, « un secteur en phase de développement ». Et, grâce à la fusion à iXBlue, désormais la navigation maritime.

Un marché mondial

Une équipe commerciale internationale renforcée explique en partie le succès exponentiel des dernières années. L’export représente désormais les trois quarts des ventes :  Japon, 1er client étranger, Chine, États-Unis, Allemagne, Angleterre…, pour ne citer que les marchés les plus significatifs.

Ajoutée à la « démocratisation » de ces composants, l’expansion géographique devrait, selon le P-DG, doubler le chiffre d’affaires dans les trois ans.

Des puces de modulateurs.
Des puces de modulateurs.

Des investissements réguliers maintiennent un haut niveau d’équipements.

Depuis 2006, Photline Technologies a dépensé pas moins de 3 millions d'€ d’équipements - dont une salle blanche de 100 mètres carrés - et obtenu la certification Iso 9001.

Entrepreneur actif, Henri Porte n'oublie pas son passé universitaire. Il prend le temps de publier et de donner des conférences dans le monde entier. Sachant ces prestations intellectuelles ne nuisent pas à l’entreprise, bien au contraire.

Photos : Traces Ecrites.



Roger Martin BTP
Article classé dans : Entreprises

Mots-clés : Besançon, Franche-Comté, microtechniques, optique, Université de Franche-Comté, Photline Technologie, iXBlue

Découvrez également les articles associés :

Pourquoi Suez et Engie investissent 18 millions d’euros sur le site régional d'enfouissement des déchets de Drambon, en Côte-d'OrPourquoi Suez et Engie investissent 18 millions d’euros sur le site régional d'enfouissement des déchets de Drambon, en Côte-d'Or
Les frères Allemandou inaugurent avec Frapak leur seconde usine de plasturgie à Sens en association avec Marjolein PutterLes frères Allemandou inaugurent avec Frapak leur seconde usine de plasturgie à Sens en association avec Marjolein Putter
En Moselle, Laboratoires Lehning inaugure un investissement de 12,4 millions d’€En Moselle, Laboratoires Lehning inaugure un investissement de 12,4 millions d’€
La brasserie familiale alsacienne Meteor met la huitième génération aux commandes de ses cuves La brasserie familiale alsacienne Meteor met la huitième génération aux commandes de ses cuves

Commentez !


Combien font "9 plus 3" ?

Envoyer votre commentaire