Guinot TP grave l’apprentissage dans sa culture d'entreprise

Publié par Christiane Perruchot, le 07 mars 2016

BTP/SAÔNE-ET-LOIRE. Du CAP au BTS, l’entreprise de travaux publics et de construction, a fait de l’alternance son outil de recrutement favori.
Pascal Guinot, son P-DG, y voit le meilleur mode de formation pour acquérir la culture de l’entreprise qu’il tient à préserver alors qu’elle a connu ces dix dernières années, une croissance remarquable.

 

cyclagecentrale
Tri des déblais de chantiers en graviers de différents calibres, sur la plateforme de recyclage des matériaux. ©Traces Ecrites.

 

Les travaux publics et la construction utilisent traditionnellement l’apprentissage comme outil de recrutement. Chez Guinot TP à Montchanin (Saône-et-Loire), l’accueil de jeunes en alternance fait partie de la culture de l’entreprise. « Nous recevons aussi bien des collégiens pour leur stage de 3ème que des BTS qui seront des futurs chefs d’équipe », affirme Pascal Guinot, président de la SAS.


Il arrive même au dirigeant de l’entreprise de travaux publics et de construction de donner sa chance à une personne au profil, à priori, incongru dans ce métier. Il y a quelques années, Laurent, comptable, a spontanément présenté sa candidature, non pas pour intégrer les bureaux, mais pour aller sur les chantiers. Résultat, cet homme de 38 ans est aujourd’hui conducteur de travaux et tuteur d’un apprenti.

 


Pour comprendre cette motivation, il faut connaître le parcours professionnel de ce patron proche de la soixantaine. C’est sur le terrain qu’il a appris le métier depuis l’âge de 17 ans, chez son père qui avait une petite entreprise de canalisations.

 

sarrazin
Pose d’une adduction d’eau le long de la fonderie Henri Paul à Montchanin qui abrite aujourd’hui le fabricant de mâts d’éoliennes Henri Paul. « Pour la petite histoire, l'ancienne conduite avait été posée par Pascal Guinot, à ses débuts....il y a quelques décennies », relate l’entreprise sur sa page Facebook. ©Michel Sarrazin.

 

En 1993, il reprend le fonds de commerce de l’affaire familiale qui s’était entre temps diversifiée dans la maçonnerie. Devenu chef d’entreprise, il se forme à la gestion et au management, également sur le tas. Cet autodidacte raconte volontiers qu’il a beaucoup appris grâce à des rencontres informelles le vendredi soir avec d’autres dirigeants de la région de Montceau, auprès desquels il puise des leçons de leurs réussites, comme de leurs échecs.


Cette politique de formation par l’alternance va profiter au premier départ en retraite, cette année. « Les apprentis ont grandi avec l’entreprise, ont intégré sa culture tout en apprenant le métier, si bien que le renouvellement des effectifs qui va s’accélérer ces prochaines années, va se faire en douceur », explique Pascal Guinot, fier d’annoncer que quatorze des vingt apprentis accueillis ces dernières années ont été embauchés à différents niveaux de qualification, CAP, Bac professionnel et BTS. Actuellement, neuf jeunes sont en cours de formation.

 

Forage dirigé et rénovation par éclatement

 

recyclage
Sur les 170 000 tonnes que nous utilisons chaque année, 40 000 tonnes sont issues du recyclage des matériaux extraits sur nos propres chantiers », indique le dirigeant. ©Traces Ecrites.

 

Le choix de l’alternance accompagne aussi la croissance de l’entreprise qui a progressé de manière significative en 10 ans. En 2004, elle réalisait un chiffre d’affaires de 6 millions d’€ et employait 37 personnes. L’an dernier, il atteint 37 millions d’€ avec un effectif de 230 salariés (plus une vingtaine d’intérimaires).


Dédiée au début aux réseaux humides (eau potable, assainissement), la PME a élargi petit à petit ses compétences aux réseaux secs (électricité, télécommunications), puis au terrassement, enfin à la voirie. Il y a huit ans, elle s’est dotée d’outils industriels qui lui assurent une certaine autonomie d’approvisionnement, en particulier d’une centrale d’enrobé à chaud et à froid d’une capacité de 120 tonnes l’heure.

 

exercice_illegal_boucle

 

Il y a quatre ans, l’entrepreneur a installé une plateforme de recyclage des matériaux qui lui permet de transformer ses déblais de chantier en sable d’enrobage, tout venant (graviers pour les sous-couches des chaussées) et grave ciment (pour la confection de couches d'assise de chaussées).

 

« Sur les 170 000 tonnes que nous utilisons chaque année, 40 000 tonnes sont issues du recyclage des matériaux extraits sur nos propres chantiers (bétons concassés, décapage des routes, parkings ou trottoirs, NDLR). »


Un laboratoire interne contrôle la qualité des matériaux recyclés avant leur réutilisation sur d’autres chantiers. Il apporte aussi un nouveau savoir-faire à l’entreprise, le traitement des sols à la chaux, une technique qui améliore les caractéristiques mécaniques d’une terre trop humide.


Guinot TP possède également une filiale construction, GCBat, positionnée le plus souvent comme une entreprise générale, capable de prendre en main l’ensemble d’un projet de construction, avec des sous-traitants.

 

Géographiquement aussi, la PME se développe avec des implantations par croissance externe ou création in situ. L’activité travaux publics est aujourd'hui présente dans la Nièvre et au sud de la Saône-et-Loire et l’activité bâtiment, à Dijon et à Lons-le-Saunier (Jura).

 

banquepopulaire

 

pascalguinot
Pascal Guinot. ©Traces Ecrites.

L’avenir, dans un secteur actuellement dans le creux de la vague, Pascal Guinot l’imagine grâce à une spécialisation dans des métiers spécifiques.

 

Une machine de forage dirigé est actuellement à l’oeuvre dans le déploiement de 250 mètres de réseaux de gaz, d’électricité et de fibre optique sous le rond-point Jeanne Rose sur la Route-Centre-Europe-Atlantique (RCEA), tout près de son siège social.

 

Près de Roanne, la même technique est utilisée pour faire passer des canalisations d’alimentation électrique sous la Loire.


L’entreprise revendique également être la première en Bourgogne à utiliser la technique de rénovation par éclatement.

 

Mis en œuvre l’été dernier dans la Nièvre, elle consiste à rénover des canalisations sans creuser de tranchée, en injectant un polymère à l’intérieur.



Roger Martin BTP
Article classé dans : Entreprises

Mots-clés : bâtiment, Saône-et-Loire, RCEA, recyclage, travaux publics, Formation par alternance, apprentissage, Bourgogne Franche-Comté, Pascal Guinot

Découvrez également les articles associés :

Le fabricant de lingerie Triumph investit 11 millions d'euros dans la logistique à ObernaiLe fabricant de lingerie Triumph investit 11 millions d'euros dans la logistique à Obernai
Leader des diagnostics rapides en France, Biosynex met le cap sur l’exportLeader des diagnostics rapides en France, Biosynex met le cap sur l’export
A l’approche de son 30ème anniversaire, Imasonic s’engage dans une transmission familiale en douceurA l’approche de son 30ème anniversaire, Imasonic s’engage dans une transmission familiale en douceur
A Nuits-Saint-Georges, la maison de vins Faiveley fait de sa nouvelle cuverie de 8 millions d'euros, une oeuvre architecturaleA Nuits-Saint-Georges, la maison de vins Faiveley fait de sa nouvelle cuverie de 8 millions d'euros, une oeuvre architecturale

Commentez !


Combien font "2 plus 2" ?

Envoyer votre commentaire