Traces Ecrites News, le club
  • Ag2r La mondiale
  • Rougeot
  • Utinam
  • Diamatec

Novaplest scelle la fusion avec Neotec Plastique à Belfort

Publié par Pierre-Yves Ratti, le 18 février 2016

PLASTurgie/BELFORT. L’agrandissement de cette entreprise familiale à Danjoutin (Territoire de Belfort) scelle la fusion avec Neotec Plastique, une entreprise vosgienne rachetée en 2005.
Le développement des bio-plastiques, à base de bois, d'amidon ou encore d'algues, pourrait offrir à Novaplest de nouvelles perspectives.

 

vaplestmachine
Novaplest transorme du polypropylène. ©Pierre-Yves Ratti.

 

Depuis novembre 2013 (lire ici l'article de Traces Écrites News), Novaplest a changé tout en restant constant. Le changement, c’est l’installation des activités de Neotec Plastique - l’entreprise vosgienne rachetée en 2005 - dans les mêmes locaux que Novaplest. La constance, c'est la réactivité pour faire face à une conjoncture qui interdit toute vision à long terme.


Novaplest et sa société soeur ont emménagé l'été dernier dans une surface de 2300 m² à Danjoutin, en lieu et place des quelque 800 m², à un jet de pierre de là. Un investissement de l'ordre d'un million d’€, financé grâce à sa banque (le Crédit Agricole) et un prêt remboursable avec un différé de Bpifrance.


L’entrepôt est devenu un espace de travail (bureaux et ateliers) lumineux et agréable. Le toit et les murs ont été isolés à base de polyuréthane, le plastique que l’entreprise transforme et qui garnit les placards, les tablettes de rebords de fenêtre ou constitue le mobilier, avec tables et chaises design. L'organisation de l'atelier a été optimisée avec un circuit rationalisé entre le stockage, la découpe et le façonnage.

 

Une conjonction d'opportunités

 

vaplestbatiment
Bardage en panneaux stratifiés compacts. ©Novaplast.

 

Le choix d'investir dans de nouveaux locaux coïncide avec le départ à la retraite du directeur de Neotec Plastique, sans compétence pour assurer la relève à Bussang, dans les Vosges, à une heure de route.

 

L'enclavement de ce site par rapport à celui de Danjoutin (proche de l'A36 et de la gare TGV), la proximité géographique qui ne justifie pas forcément deux sites, et la présence de grands clients à Belfort et Montbéliard sont autant d'arguments qui ont fait penché la balance en faveur de la fusion.


Aide au déménagement, co-voiturage, semaine aménagée sur quatre jours n’ont pas convaincu tous les salariés. Sur dix, trois ont quitté l’entreprise auxquels s’ajoute un départ en retraite. Novaplest compte aujourd'hui 13 personnes (dirigeants compris) et deux intérimaires.


banquepopulaire

 

Côté outillage, les sites de Bussang et de Danjoutin étaient complémentaires : regrouper les machines s'avère donc un facteur de souplesse, estime Thomas Lartigaud, fils de Pierre, le P-DG et technico-commercial.

 

Car Novaplest en a besoin pour faire face à un marché qui offre peu de visibilité. « Au jour le jour, on est très occupés, mais le carnet de commandes, désormais, n'est rempli que pour un mois, constate t-il, les donneurs d'ordres prennent leur décision à la dernière minute et veulent être livrés très rapidement. »


Ce qui oblige l'entreprise à faire preuve de réactivité, de souplesse et à disposer du stock de matière première adapté. Elle travaille essentiellement sur appels d'offre et grâce aussi à son site Internet, qui lui permet de collecter des demandes de toute la France.

 

ovaplestshowroom
Show-room des pièces réalisables par Novaplest. ©Novaplest.

 

Novaplest réalise en effet 95% de son chiffre d'affaires sur le territoire national, marginalement en Belgique. Ses clients sont aussi bien des grands groupes automobiles ou du secteur énergétique que des artisans locaux en recherche d'une pièce spécifique. Récemment, le plasturgistet a réalisé une cuve à vin pour une exposition aux États-Unis.


Le chiffre d’affaires 2014 - 2015 s’élevait d'environ 1,6 million d’€ (au 31 mars dernier), niveau déjà atteint en décembre grâce à l’absorption de Neotec, qui réalisait environ 1million d’€.


exercice_illegal_boucle

 

Côté perspectives, Thomas Lartigaud espère dépasser le seuil symbolique des 3 millions d’€ d'ici deux ou trois ans. Le développement des bio-plastiques, à base de bois, d'amidon ou encore d'algues, pourrait offrir de nouvelles perspectives et de nouveaux marchés : recyclables et moins polluants, ils sont dans l'air du temps.



Roger Martin BTP
Article classé dans : Entreprises

Mots-clés : Territoire de Belfort, Belfort, énergie, plasturgie, Bpifrance, Novaplest, équipementiers automobile, Bourgogne Franche-Comté, Neotec Plastique, polyuréthane, bio-plastiques

Découvrez également les articles associés :

A 170 ans, Cheval Frères reste l’atout maître du groupe microtechnique IMI A 170 ans, Cheval Frères reste l’atout maître du groupe microtechnique IMI
Le Haut-Marnais GHM, inconditionnel fondu de la fonderie d’art meuble, équipe et agence les villes du monde entier   Le Haut-Marnais GHM, inconditionnel fondu de la fonderie d’art meuble, équipe et agence les villes du monde entier
Le plasturgiste dijonnais Benvic rachète le Polonais Alfa et une start-up italienneLe plasturgiste dijonnais Benvic rachète le Polonais Alfa et une start-up italienne
Depuis l’Alsace, le groupe familial de construction Rector-Lesage déploie ses bétons d’Est en OuestDepuis l’Alsace, le groupe familial de construction Rector-Lesage déploie ses bétons d’Est en Ouest

Commentez !


Combien font "8 plus 9" ?

Envoyer votre commentaire