« Nous rendons réaliste le rêve de la création d’entreprise »

Publié par Christian Robischon, le 27 janvier 2015

AVIS D'EXPERT. Dans toutes les régions, le réseau Initiative France, oeuvre au soutien à la création d’entreprise.

En Alsace, sept plates-formes d’initiative locale (PFIL) remplissent cette mission. Solidement implantée dans le paysage économique local depuis 15 ans, celle de Sud-Alsace, à Mulhouse n’est pas la moins performante.

En Franche-Comté, les traditionnels prêts d'honneur à la création s'élargissent aux besoins en développement des petites entreprises.

 

initiative
Bernadette Sigrist, présidente d'Initiative Sud-Alsace (à droite) et Agnès Bisch, responsable opérationnelle. ©Christian Robischon.

 

Entretien avec la présidente d'Initiative Alsace, Bernadette Sigrist et la responsable opérationnelle, Agnès Bisch.

 

Quelle est la vocation d’Initiative Sud-Alsace en financements de projets… et pour quels résultats ?

 

Agnès Bisch. Notre plate-forme a été créée pour combler un déficit de financements de la création d’entreprise dans la tranche jusqu’à 100 000 francs à l’époque. En cohérence avec cet objectif, elle accorde au(x) porteur(s) de projets des prêts d’honneur, c’est-à-dire sans intérêt ni caution ni garantie, d’un montant de  5 000 à 15 200 € sur trois à cinq ans.

 

Ce financement est décidé par un comité d’agrément local qui regroupe les mondes bancaire, consulaire, de l’expertise-comptable et de l’entreprise et qui siège respectivement à l’échelle des trois pays de la région mulhousienne, de Thur-Doller et de Sundgau-Trois Frontières. Il est assorti de conditions : un apport personnel minimal de 1 500 €, la sollicitation en parallèle d’un prêt bancaire classique, une implantation dans la circonscription de la CCI Sud-Alsace à laquelle notre association est adossée.

 

De l’an 2000 à fin 2014, Initiative Sud-Alsace a attribué 616 prêts correspondant à  550 entreprises (70 % de création, 30 % de reprise) et 1 344 emplois. Le montant moyen proche de 10 000 € aboutit à un total de 5,85 millions d’€ qui ont créé un effet levier de 35,4 millions d’€ de prêts classiques.

 

Le parrainage est la marque d’identité des plates-formes d’initiative locale. En quoi consiste-t-il et fonctionne-t-il bien en Sud-Alsace ?

 

Bernadette Sigrist. Oui, il fonctionne bien : Initiative Sud-Alsace se distingue par le fait que 100 % des projets sont parrainés alors que ce n’est le cas que d’un dossier sur cinq dans le réseau en France. Le parrainage est l’outil-clé d’accompagnement du créateur. Le parrain est un chef d’entreprise ou un cadre de direction qui accepte d’apporter son expertise pendant deux ans de façon bénévole, sans chercher à faire des affaires et avec un respect total de confidentialité.

 

Il est choisi en fonction de son profil : même secteur d’activité, ou spécialité qui aidera à résoudre un point faible identifié du porteur de projet, en marketing, RH, gestion-finance par exemple. Le parrainage préconise au moins un contact par mois et impose la rédaction tous les trimestres d’une « fiche-navette » qui fait le point sur tous les aspects de la vie de la jeune entreprise. Nous avons calculé qu’un parrain devra consacrer 42 heures sur deux ans à son filleul.

 

Comment a évolué le parrainage ?

 

Agnès Bisch. Au fil des années, nous avons constitué un vivier de près de 200 parrains. Il forme un réseau de compétences que nous avons quelque peu formalisé pour répondre à des demandes ponctuelles. On peut faire appel à un membre de ce réseau pour intervenir en complément du parrain sur un point particulier que celui-ci maîtrise moins. Depuis novembre 2014, nous avons aussi créé un comité de soutien : un membre du bureau de la PFIL (Plate-Forme d'Initiatives Locales), un ancien cadre dirigeant et le parrain, viennent en aide au créateur qui connaîtrait des difficultés.

 

Les entreprises soutenues tiennent-t-elles le choc sur la durée ?

 

Bernadette Sigrist. Alors qu’au niveau national, les PFIL parviennent à un taux de pérennité à trois ans de 87 % des entreprises soutenues,  nous atteignons 95 % en Sud-Alsace. Nous ne cassons pas le rêve de la création d’entreprise, nous le rendons réaliste.

 

En Franche-Comté, cap sur les TPE en croissance

 

Initiative Franche-Comté lance un nouveau fonds ciblé prioritairement vers le développement des petites entreprises, jusqu'à 15 salariés. Baptisé Croissance, il est alimenté dans l'immédiat à hauteur de 120 000 € par le conseil régional de Franche-Comté et la Caisse des dépôts. D'autres partenaires financiers sont invités à le rejoindre pour constituer une enveloppe de 450 000 €, ce qui permettra, précisent ses initiateurs, de lever au moins un million d'€ de prêts bancaires.

 

Ce prêt d'honneur à taux zéro, sans caution ni garantie apportée par le bénéficiaire, consolide les fonds propres de l'entreprise pour un montant maximal de 45 000 €. Il complète le dispositif de soutien à la création d'entreprises, animé par les quatre plateformes d'initiatives locales de Franche-Comté : Initiative Dole Territoire, Initiative Doubs-Territoire de Belfort, Initiative Haute-Saône et Initiative Jura ; contact ici.

 

En 2014, l'activité de ces plateformes s'est traduite par le financement de 337 projets avec 2,4 milions d'€ de prêts d'honneur engagés et 472 000 € de prêts NACRE (Nouvel Accompagnement à la Création et la Reprise d'Entreprise), ce qui a permis de mobiliser 23,37 millions d'€ de prêts bancaires. La Caisse des dépôts abonde déjà le fonds Initiative Franche-Comté et le conseil régional intervient à toutes les étapes de la création et de la reprise d'entreprises.

 

La signature de ce nouveau fonds a eu lieu le 22 janvier 2015 à Besançon avec Marie-Guite Dufay, présidente du conseil régional de Franche-Comté-, Antoine Bréhard, directeur régional Franche-Comté de la Caisse des dépôts et Jean-Paul Fischère, président d'Initiative Franche-Comté.

 

Ce dernier cèdera la présidence du réseau franc-comtois le 1er février 2014, au jurassien Frédéric Fraichot, responsable du cabinet conseil en finances, Finovéa à Lons-le-Saunier.



Roger Martin BTP
Article classé dans : Avis d'expert

Mots-clés : Franche-Comté, Alsace, Caisse des Dépôts, création d'entreprises, conseil régional de Franche-comté, réseau Initiative France, Plate-Forme d'Initiatives Locales

Découvrez également les articles associés :

Des taux historiquement bas, le paradoxe d’une croissance sans inflationDes taux historiquement bas, le paradoxe d’une croissance sans inflation
Nous allons mieux associer les chefs d’entreprises de Bourgogne-Franche-Comté aux stratégies de l'Agence Économique Régionale Nous allons mieux associer les chefs d’entreprises de Bourgogne-Franche-Comté aux stratégies de l'Agence Économique Régionale
La Banque de France et la Région du Grand Est proposent une formule d'ingénierie financière pour le développement des entreprisesLa Banque de France et la Région du Grand Est proposent une formule d'ingénierie financière pour le développement des entreprises
« L’Ecole des vins de Bourgogne ouvre les portes d’un monde d’émotions et de sensations en faisant aimer toute une région »« L’Ecole des vins de Bourgogne ouvre les portes d’un monde d’émotions et de sensations en faisant aimer toute une région »

Commentez !


Combien font "4 plus 2" ?

Envoyer votre commentaire