A Montbéliard, le marché de Noël crée une véritable économie du tourisme

Publié par Pierre-Yves Ratti, le 23 décembre 2014

NOÊL. Moins renommé que celui de Strasbourg, le marché de Noël de Montbéliard s'est imposé dans le paysage de l'Est de la France et attire les touristes, principalement des régions limitrophes, françaises, mais aussi suisses et allemandes.

Grâce à cette manifestation, dans le nord Franche-Comté, la saison haute du tourisme, se déroule en décembre.

 

montbeliardlumieres
©Denis Bretey – Ville de Montbéliard.

 

Le succès du marché de Noël de Montbéliard (Doubs), un des plus jeunes de l'Est de la France, ne se dément pas. Né voici 27 ans, il a imposé sa crédibilité d'une part à travers les « Lumières de Noël », nom donné aux illuminations qui décorent le centre-ville, et d'autre part par la qualité des produits proposés tout autour du plus ancien temple protestant de France.


Car à Montbéliard, on ne veut pas tomber dans le « made in China ». Les critères qui président à la sélection des exposants visent à préserver la qualité : tradition et authenticité sont les deux mots d'ordre.


Premier critère: pas plus d'un tiers de stands de nourriture, et un tiers d'artisanat. Deuxième : les produits vendus doivent strictement être artisanaux.


Pour s'en assurer, un jury se réunit quatre fois par ans. Il est composé de représentants de la Ville de Montbéliard, de l'association des commerçants, du comité départemental du tourisme et du comité régional du tourisme. Ce jury sélectionne les exposants à partir d'échantillons qu'ils doivent obligatoirement fournir pour pouvoir espérer exposer : il doit s'agir d'artisanat français de qualité. Et pendant le marché lui-même, des contrôles sont organisés pour s'assurer que les produits vendus correspondent bien aux échantillons soumis au jury.

 

Mieux que les terrasses de l'été

 

160 artisans exposent au marché de Noël cette année. Ils attirent environ 400 000 visiteurs, selon la Ville de Montbéliard (il s'agit d'une estimation, puisque aucune entrée n'est demandée). Résultat, la saison touristique forte, à Montbéliard, ce n'est pas l'été, mais la période de l'avent.


« Le week-end, les hôtels affichent complet, et en semaine, le taux de remplissage est excellent et de plus en plus fort à mesure que l'on approche de Noël », se réjouit Marie-Noëlle Biguinet, maire de Montbéliard.

 

Bannière anthalys

 

Jorge Barraud, patron du café Le Central, en témoigne également : le marché de Noël dépasse l'été et ses terrasses pour son établissement. De plus, il tient depuis plus de 10 ans un stand qui compte ses habitués autour d'un vin chaud. Pour faire face à l'afflux de clients durant cette période, il fait appel à deux salariés supplémentaires.

 

Sur le chemin des autocaristes

 

Depuis plusieurs années, les autocaristes proposent le marché de Noël de Montbéliard comme destination. Cette année, au 15 décembre, 146 autocars ont été dénombrés. Ils devraient être 200 le 24 au soir.

 

Ils étaient venus principalement de Franche-Comté (23), mais aussi des régions limitrophes : de Lorraine (24), de Bourgogne (20), d’Alsace (11). Viennent ensuite Rhône-Alpes (9), Champagne Ardenne (8), la Bretagne (7), L’Ile de France (6), le Centre et  Provence-Alpes-Côte d'Azur (5), les Pays de La Loire (3), enfin la Picardie, le Limousin et l’Aquitaine (1). Les autocaristes étrangers proposent également Montbéliard comme destination : on dénombrait, le 15 décembre, 19 cars venus de Suisse et 2 d’Allemagne.

 

Les campings caristes trouvent également le chemin du marché de Noël de Montbéliard. 477 nuitées ont d'ores et déjà été dénombrées. Ils proviennent là aussi majoritairement des régions limitrophes, mais presque toutes les régions françaises sont représentées.

 

Et les pays étrangers ne sont pas en reste : 29 viennent de Suisse, 8 d’Allemagne, 10 d’Italie, 1 d’Espagne, 1 de Grande Bretagne,2 de Suède, 3 de Hollande, 2 de Belgique.

 

Un vecteur de notoriété

 

Mais le marché de Noël, c'est aussi une belle opération de notoriété pour la ville. Dans un contexte de rigueur, le service communication s'ingénie à cibler au mieux sa politique de communication. A budget constant (de l'ordre de 90 000 €), l'enjeu est de faire plus efficace chaque année.

 

marchenoelmontbeliard
160 chalets tout autour du plus ancien temple protestant de France. ©Denis Bretey – Ville de Montbéliard.

 

Cette année, une banderole de 8 m2 a été posée dans l'aérogare de l'EuroAiport de Bâle-Mulhouse. Pendant huit jours, le programme du marché de Noël a été mis à disposition des voyageurs des TGV Paris-province en direction de la Franche-Comté. Une campagne d'affichage a été organisée à Dijon, des publicités ont été achetées dans des revues de camping-car et des magazines de personnes âgées. Et pendant les cinq semaines que dure le marché de Noël, les journalistes et télévisions se succèdent à Montbéliard.

 

Au total, la manifestation représente un investissement de 800 000 € pour la Ville de Montbéliard (illuminations, chalets, décoration, communication) ; la location des chalets lui rapporte environ 300 000 €.


500 000 € pour une manifestation qui attire plusieurs milliers de personnes tout en assurant une notoriété jusqu'au-delà des frontières, elle estime que c'est plutôt une très bonne opération.



Roger Martin BTP
Article classé dans : Territoires

Mots-clés : Montbéliard, Franche-Comté, tourisme, artisanat, hôtellerie, marché de Noël, autocaristes, camping

Découvrez également les articles associés :

Bienvenue dans le Dijon de 2030, une métropole intelligente et connectéeBienvenue dans le Dijon de 2030, une métropole intelligente et connectée
Le DFCO, vecteur d’affaires pour ses sponsors et de notoriété pour la métropole bourguignonneLe DFCO, vecteur d’affaires pour ses sponsors et de notoriété pour la métropole bourguignonne
A l'occasion de ses 60 ans, la société d'économie mixte Sedia trace sa feuille de route pour les trois ans à venirA l'occasion de ses 60 ans, la société d'économie mixte Sedia trace sa feuille de route pour les trois ans à venir
Au Sud de l’Alsace, Euro3lys, tête de pont de l’ambition économique de Saint-Louis entre France, Allemagne et SuisseAu Sud de l’Alsace, Euro3lys, tête de pont de l’ambition économique de Saint-Louis entre France, Allemagne et Suisse

Commentez !


Combien font "1 plus 4" ?

Envoyer votre commentaire