Traces Ecrites News, le club
  • CCI Grand Est
  • Toyman
  • Mulot et Petitjean
  • Acadir

Métal-Est se reforge un avenir

Publié par Christiane Perruchot, le 13 avril 2011

Reprise d'entreprise. Globe-trotter de la chaudronnerie, Éric Menoud a toujours eu en tête de devenir un jour son propre patron. C'est chose faite depuis la fin de 2009, avec la reprise de Métal-Est à Belfort.

Le rachat de cette entreprise de chaudronnerie et de métallerie est aussi l'occasion, pour ce haut-saônois, de revenir au pays après 25 ans années à la direction industrielle ou générale d'établissements de grands groupes français, américain et finlandais qui l'ont conduit à travers le monde.

Avec pour parrain François Didier, dirigeant de Mécaplus (usinage de précision dans le Territoire de Belfort), le réseau Entreprendre Franche-Comté l'accompagne dans sa nouvelle vie professionnelle qu'il mène tambour battant. «Les conditions dans lesquelles j'ai repris cette entreprise familiale, suite au décès des deux dirigeants successifs, avaient brouillé la visibilité de Métal-Est; certains partenaires croyaient qu'elle n'existait plus», raconte Éric Menoud.

2011, bien parti

Métal-Est est cependant bel et bien toujours debout et le dirigeant ne se ménage pas pour le faire savoir, auprès de sa clientèle potentielle, sur trois marchés distincts.

Forte de ses compétences dans le travail des métaux et l'usinage, la PME de 26 salariés fournit des outillages et des machines spéciales pour l'industrie, en particulier des gabarits de contrôle et de montage.

En fort potentiel de développement, l'énergie est son second marché. Pour GE Energy et Alstom Power, tous les deux implantés à Belfort, Métal-Est fabrique des pièces de turbines. «Je pense élargir ce marché avec les perspectives ouvertes par EDF et Areva dans l'entretien des centrales», indique le dirigeant.

Le bâtiment représente le troisième métier : charpentes métalliques, escaliers métalliques, garde-corps, portes coupe-feu… Parmi ses dernières signatures : l'Axone et le nouveau département de l'UTBM à Montbéliard, le marché Fréry à Belfort. «Dans cette activité, je travaille à 250 km alentour et depuis peu, jusqu'en Suisse», annonce t-il fièrement.

La première année d'exploitation est satisfaisante, malgré une chute vertigineuse des commandes des grands groupes. Le chiffre d'affaires s'est élevé à 1,7 million d'€. Selon le dirigeant, 2011 est «bien parti», malgré un ralentissement des affaires ces dernières semaines, qu'il espère passager.

Un petit groupe dans les 5 ans

Selon le business plan, l'objectif demeure un chiffre d'affaires de 2,4 millions d'€ d'ici 3 ans et la création d'un petit groupe de chaudronnerie et de métallerie dans les 5 ans, probablement dans le cadre de transmissions.

Dans l'immédiat, Eric Menoud s'intéresse à l'aéronautique, secteur qui génère davantage de valeur ajoutée en raison du niveau qualitatif et de complexité des pièces.

«Sur les marchés standard, le client a tôt fait de chercher de meilleurs prix en Europe de l'Est», témoigne t-il.

www.metal-est.com/

Voir aussi la cérémonie "d'intronisation" dans le réseau Franche-Comté Entreprendre

www.youtube.com/watch?v=STKOUre-bTQ



Roger Martin BTP
Article classé dans : Entreprises

Mots-clés : Territoire de Belfort, Franche-Comté, Belfort, réseau Entreprendre, mécanique, chaudronnerie, métallerie, Métal-Est

Découvrez également les articles associés :

A Nancy, la nouvelle génération désormais aux commandes d’Ateliers Cini profite d’une situation assainieA Nancy, la nouvelle génération désormais aux commandes d’Ateliers Cini profite d’une situation assainie
A 170 ans, Cheval Frères reste l’atout maître du groupe microtechnique IMI A 170 ans, Cheval Frères reste l’atout maître du groupe microtechnique IMI
Le Haut-Marnais GHM, inconditionnel fondu de la fonderie d’art meuble, équipe et agence les villes du monde entier   Le Haut-Marnais GHM, inconditionnel fondu de la fonderie d’art meuble, équipe et agence les villes du monde entier
Le plasturgiste dijonnais Benvic rachète le Polonais Alfa et une start-up italienneLe plasturgiste dijonnais Benvic rachète le Polonais Alfa et une start-up italienne

Commentez !


Combien font "9 plus 1" ?

Envoyer votre commentaire