Traces Ecrites News, le club
  • DVF
  • Rougeot
  • Specific log
  • Utinam

L'univers liliputien de Percipio Robotics

Publié par Christiane Perruchot, le 27 septembre 2011

START-UP. Toute jeune société créée en février 2011, Percipio Robotics à Besançon  (Doubs) travaille sur un robot qui devrait révolutionner le travail quotidien des horlogers.

La micropince dont il annonce la sortie en 2012, manipulera des objets de très petite taille, à des cadences rapides et avec une extrême précision.

Ingénieur sorti de l'école nationale des microtechniques de Besançon (Ensmm), David Hériban, navigue depuis plusieurs années déjà dans un univers liliputien, à l'échelle du micron.

Ingénieur de recherche contractuel au laboratoire Femto-St, qui associe des équipes de l'université de Franche-Comté et du CNRS, il a développé un prototype de robot manipulateur capable d'attraper des composants microscopiques qui lui a valu un micron d'or au salon Micronora 2008.

Si pour la manipulation classique, on saisit l'objet avec suffisamment de force pour qu'il ne tombe pas, et sans l'endommager, pour la micro-manipulation, il faut saisir l'objet intelligemment pour qu'il ne reste pas collé au manipulateur quand on veut le relâcher.

«Nous voulons pousser les limites encore plus loin», affirme le jeune chef d'entreprise, âgé de 31 ans. Après un passage au sein de l'incubateur de Franche-Comté à Témis où il s'est notamment formé à la gestion d'entreprise, David Hériban a créé sa société en février dernier, avec deux autres passionnés de l'infiniment petit : Michaël Gauthier, ancien responsable de recherche CNRS et Jean-Pierre Hamant, responsable R&D dans un entreprise franc-comtoise.

Cinq autres associés l'accompagnent dans cette aventure pour réunir un capital de 53 000 €. L'Université de Franche-Comté et le CNRS ont apporté des moyens financiers et humains pour rendre le prototype de recherche industrialisable et réaliser une étude de marché sur les systèmes robotisés de micro-assemblage.

Oséo a financé les brevets pour le dépôt des brevets dans le cadre du concours national pour la création d'entreprise de technologies innovantes, catégorie "en émergence ".

La réponse à l'automatisation dans l'horlogerie

La start-up est aussi "cocoonée" par le réseau Franche-Comté Entreprendre sur la stratégie de développement, avec pour parrain Pierre Petitjean, président de Métalis (découpage, emboutissage, Doubs).

Aujourd'hui , Percipio Robotics franchit la dernière ligne droite qui pourrait lui faire prendre une ascension fulgurante.

Piloté par un humain, le robot manipulateur dont il finalise la mise au point, permettra d'accélérer les cadences de manipulation et d'assemblage de toutes sortes d'objets de petite taille : pierres précieuses, composants de rouages, de rotor, systèmes optiques et bien sûr de l'horlogerie. Il est destiné à être fabriqué en série selon un modèle économique non encore finalisé : filiale de production ou sous-traitance.

«C'est la réponse au problème d'automatisation de l'horlogerie, sachant que l'application peut s'étendre à la joaillerie, les micromécanismes, le biomédical», promet-il. «Nous savons que ça marche, il n'y a pas de gros risque technologique».

Le business-plan fixe à 600 000 € le chiffre d'affaires dans les 3 ans. «Après, il peut exploser en fonction du succès commercial».

Dans l'attente, Percipio Robotics vend des prestations intellectuelles comme un bureau d'études. Et il en est fier. «Le bureau d'études alimente la trésorerie, même si gérer le court et le long termes en même temps relève souvent de l'acrobatie», affirme David Hériban.

En savoir plus :

www.percipio-robotics.com et

http://www.reseau-entreprendre-franche-comte.fr/franche-comte-entreprendre/fr/s04_laureats/s04p03_fiche_laureat.php?laureat=8602

Crédit photos : Percipio Robotics



Roger Martin BTP
Article classé dans : Entreprises
Innovation

Mots-clés : Besançon, Franche-Comté, Doubs, Micronora, microtechniques, Oséo, réseau Entreprendre, horlogerie

Découvrez également les articles associés :

La maison alsacienne de foie gras Feyel & Artzner se diversifie dans les plats cuisinés et monte en gammeLa maison alsacienne de foie gras Feyel & Artzner se diversifie dans les plats cuisinés et monte en gamme
Le fabricant de forets Diager investit plus de 8 millions dans le Jura et embauche Le fabricant de forets Diager investit plus de 8 millions dans le Jura et embauche
Ils innovent : Alsafix remplace le ciment par une mousse en polyuréthane et Redberry traque les bactéries à grande vitesseIls innovent : Alsafix remplace le ciment par une mousse en polyuréthane et Redberry traque les bactéries à grande vitesse
A Nancy, la nouvelle génération désormais aux commandes d’Ateliers Cini profite d’une situation assainieA Nancy, la nouvelle génération désormais aux commandes d’Ateliers Cini profite d’une situation assainie

Commentez !


Combien font "3 plus 8" ?

Envoyer votre commentaire