Loiseau ouvre deux nouveaux restaurants

Publié par Didier Hugue, le 07 mai 2013
Dominique Loiseau, présidente du groupe d'hôtellerie et de restauration qui porte son nom. (© P.Scaff)
Dominique Loiseau, présidente du groupe d'hôtellerie et de restauration qui porte son nom. (© P.Scaff)

HOTELLERIE ET RESTAURATION. Le groupe d’hôtellerie et de restauration haut de gamme s’implante à Dijon et se réinstalle au Japon.

Malgré la crise, son établissement coté de Saulieu tient bon la barre avec des résultats 2012, rendus publics hier, à peine inférieurs à ceux de 2011.

Des formules attractives et un réinvestissement constant l’expliquent en grande partie

Cliquez sur les photos pour les agrandir.

Dominique Loiseau, présidente du groupe d’hôtellerie et de restauration qui porte son nom, accélère son développement en ouvrant coup sur coup deux nouveaux restaurants dès cet été.

En Bourgogne, après Saulieu puis Beaune (Côte-d’Or), un troisième voit le jour sur Dijon. Il s’agit d’une reprise d’un établissement récent, situé au 3 rue Vauban en plein centre historique, qui offrira une quarantaine de couverts ainsi qu’une terrasse de 20 places.

L’investissement global, acquisition et aménagements, s’élève à 500 000 €. Baptisé Loiseau des Ducs, ce restaurant dupliquera la formule qui a fait le succès de Loiseau des Vignes à Beaune en proposant une quarantaine de vins au verre. « J’ai eu un coup de cœur qui se double d’une très belle opportunité », indique Dominique Loiseau.

Dans l’une des trois futures cités de la gastronomie, avec Tours et Rungis, cette implantation fait déjà un heureux : François Rebsamen, le sénateur-maire. « Mon rôle consiste à faire de Dijon une ville attractive et à forte notoriété, la venue d’un grand nom de la gastronomie comme Loiseau y contribuera », se félicite l’élu.

Loiseau des Ducs, futur restaurant dijonnais, intégrera une oenothèque pour servir une quarantaine de vins au verre.
Loiseau des Ducs, futur restaurant dijonnais, intégrera une oenothèque pour servir une quarantaine de vins au verre.

Hausse du taux d’occupation et du nombre de couverts

À l’étranger, le restaurateur reprend pied au Japon où il a tenu jusqu’en 1995 un établissement à Kobé, avant qu’un tremblement de terre ne le détruise complètement.

Il se réinstalle cette fois-ci avec une centaine de couverts à Osaka, troisième plus grande ville du pays, dans une tour de Kintetsu Corporation, l’un des géants locaux spécialisé dans l’immobilier et le ferroviaire.

En tenant compte des deux établissements parisiens : Tante Louise et Tante Marguerite, ces créations porte à six le nombre de restaurants du groupe (115 salariés) qui a publié ses résultats, lundi 6 mai.

Le chiffre d’affaires consolidé atteint 9,56 millions d’€, en très légère baisse de 2%. Le Relais Bernard Loiseau de Saulieu, coté à la bourse de Paris, tient aussi bon la barre avec 5,5 millions d’€ de chiffre d’affaires (-3%).

L’hôtel cinq étoiles de 32 chambres voit son taux d’occupation fortement progresser à 70%, notamment en raison des deux jours de fermeture hebdomadaire pratiqués pour la première fois toute l’année. Le restaurant trois étoiles au Michelin, grâce à des forfaits attractifs, frise quant à lui les 20 000 couverts annuels.

Côté projet, après avoir achevé la réfection de toutes les chambres pour 567 000 €, l’entreprise souhaite agrandir son spa en investissant pas moins d’un million d’€.

Loiseau est aussi une marque qui se vend bien. En témoignent les multiples opérations de co-branding réalisées avec les maisons de produits du terroir : Boudier (liqueurs), Deutz (champagnes), Bichot (vins), Fallot (moutardes), Mulot et Petitjean (pain d’épices).

Et dorénavant Salaisons Sabatier, charcutier avec lequel il concocte une gamme de terrines du Morvan.

Relire nos autres articles sur le groupe Loiseau : Le groupe Loiseau plane sur la croissance et Loiseau redécolle
Le relais Bernard Loiseau de Saulieu, coté à la bourse de Paris, résiste bien à la crise. (© B.Preschesmisky - Atelier Apicius)
Le relais Bernard Loiseau de Saulieu, coté à la bourse de Paris, résiste bien à la crise. (© B.Preschesmisky - Atelier Apicius)

Évolution du chiffre d’affaires du groupe Loiseau depuis six ans.

2007 : 8,20 millions d’€

2008 : 8,43 millions d’€

2009 : 7,92 millions d’€

2010 : 9,04 millions d’€

2011 : 9,79 millions d’€

2012 : 9,56 millions d’€



Roger Martin BTP
Article classé dans : Entreprises

Mots-clés : Dijon, hôtellerie, Japon, Loiseau, restauration, Dominique Loiseau, Osaka

Découvrez également les articles associés :

A Nuits-Saint-Georges, la maison de vins Faiveley fait de sa nouvelle cuverie de 8 millions d'euros, une oeuvre architecturaleA Nuits-Saint-Georges, la maison de vins Faiveley fait de sa nouvelle cuverie de 8 millions d'euros, une oeuvre architecturale
La Haute-Marne démontre toute l'étendue de ses savoir-faire industriels à NogentLa Haute-Marne démontre toute l'étendue de ses savoir-faire industriels à Nogent
Dans les Vosges, le groupe de BTP Livio développe un vocabulaire avant-gardiste pour un octogénaireDans les Vosges, le groupe de BTP Livio développe un vocabulaire avant-gardiste pour un octogénaire
Les équipementiers de l’automobile de l’Est améliorent encore leurs performancesLes équipementiers de l’automobile de l’Est améliorent encore leurs performances

Commentez !


Combien font "7 plus 2" ?

Envoyer votre commentaire